Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 21:23
Si la situation humanitaire en Géorgie est encore difficile, elle semble désormais sous contrôle des organisations humanitaires (internationales ou non gouvernementales). Ce point sera cependant à l'ordre du jour du sommet européen extraordinaire du 1er septembre à Bruxelles.

L'aide est arrivée de façon assez rapide et en grand nombre. En trop grand nombre parfois, l'arrivée massive de l'aide américaine vers Tbilissi a ainsi obligé le PAM (programme alimentaire mondial, une agence des Nations-Unies) à interrompre ses distributions pour laisser la place à celles d'UsAid... (selon une des organisations présentes sur place).

Un problème d'accès en Ossétie du Sud
La situation est plus délicate dans la "zone de sécurité" russe autour de l'Ossétie et en Ossétie du Sud même. Où seule une organisation, partenaire de l'Union européenne, - le Comité international de la Croix-Rouge -, a accès à cette région (depuis le 21 août). Aucune autre organisation n'y a accès pour l'instant. L'Office européen d'aide humanitaire (ECHO) a bien proposé d'envoyer un de ses experts sur place (du bureau de Moscou). Mais cette demande n'a pas reçu encore d'accueil positif des autorités russes. Celles-ci n'y tiennent pas vraiment.
La Russie préférerait en fait que toute l'aide transite par le ministère russe des secours d'urgence (Emercom) qui a déployé, comme l'expliquait l'ambassadeur de la Russie à l'Otan, V. Rogozine, avant son rappel à Moscou, "des moyens importants sur place. Il est important que les ONGs s'adressent à lui. Elles bénéficieront ainsi de facilité douanières notamment".

Des dégâts assez lourds et des risques "d'après-conflit" toujours présents
Le bilan humanitaire peut être dressé, d'après différentes sources, compilées par les autorités européennes.
Le niveau des destructions en Ossétie du Sud est "substantiel" (source : HCR, Conseil de l'Europe). Il existe toujours un risque de mines ou d'objets non explosés, particulièrement autour de Gori. Une partie de la deuxième tranche d'aide (5 millions) décidée par la Commission européenne sera consacrée au déminage.
158 700 personnes ont été affectées par le conflit (source Onu). Il y a : 97.983 personnes déplacées - du coté géorgien (enregistrés par le ministère géorgien des Réfugiés) ; 14 872 réfugiés d'Ossétie du Sud sont toujours dans les départements du sud de Russie et 22.582 personnes sont déjà retournées en Ossétie du Nord (source : Emercom).

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Asie centrale-Géorgie-Russie
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.