Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 21:03
En marge du Sommet européen de mars, j'ai pu rencontré Janez Jansa, le Premier ministre slovène. Objectif: expliquer comment il aborde la présidence par la Slovénie, au 1er semestre 2008, de l’Union européenne et notamment la question de l'élargissement et des Balkans.

• Sacré enjeu, la présidence de l’Union, pour premier nouvel Etat membre issu de l’élargissement ?
JJ - Oui. C’est un gros défi (challenge) pour la Slovénie. Mais nous pouvons suivre un bon exemple, celui du Luxembourg qui a très bien accompli sa présidence. Nous avons commencé à travailler très tôt sur cette question, immédiatement après les dernières élections (2004). Nous avons de la chance. Dans notre pays, il y a une unité politique sur la question.

Vous êtes aussi et surtout le seul pays issu du démembrement de la Yougoslavie, à l’heure où se profile l’élargissement aux Balkans. Cette proximité vous permet-elle de proposer une solution ?
JJ - Nous n’étions pas membres de l’Union européenne quand l’agenda de Thessalonique pour les Balkans occidentaux a été adopté. L’intérêt de la Slovénie est le même que les autres pays : que les Balkans deviennent membres de l’Union quand ils auront rempli toutes les conditions. Bien sûr, à cause de l’histoire et notre position géographique, nous comprenons mieux les positions de chacun, l’intérêt à adhérer de chaque pays d’un coté, la signification de l’élargissement de l’autre. Les Etats sont à des étapes différentes : entre la Macédoine qui a le statut d’Etat candidat, la Serbie ou le Monténégro qui en sont à la première étape de l’accord de stabilisation et le Kosovo qui attend un statut final. Avec une telle situation, on ne peut pas fixer de date objectif pour l’adhésion.

• Cependant, peut-on donner un horizon : il faut donc de nouvelles perspectives financières, après 2013 ?
JJ - Bien sûr. Il n’est pas possible de dire quand la Serbie aura l’accord de stabilisation. Pour la Croatie et la Macédoine, les négociations seront plus rapides. La situation du Kosovo sera résolue à la fin de l’année. Et après on pourra parler (d’adhésion). La Bosnie Herzégovine est dans la situation la plus complexe, si complexe que l’on ne peut encore vraiment parler sérieusement d’adhésion.

• Comment est le principal atout de la Slovénie dans cette présidence ?
JJ - Nous sommes un pays du milieu, de la moyenne, si on prend en compte, par exemple, le Produit intérieur brut et d’autres indicateurs macro-économique. Nous pouvons donc comprendre à la fois les uns et les autres, les nouveaux Etats membres et les anciens, les petits et les grands, trouver les bons compromis pour le développement économique et les solutions sociales.

• La Slovénie est-t-elle prête à gérer des questions mondiales comme le Proche, la guerre en Afrique (Congo), des drames type Darfour
JJ - Nous n’avons pas d’illusion pour résoudre ces crises. On ne peut pas contribuer tout seul. Notre présidence s’inscrit dans un groupe de trois pays et une action coordonnée. Le sommet Ue-Afrique a ainsi été placé sous la présidence portugaise, qui continuera à suivre ce sujet, de façon coordonnée, durant notre présidence.

(entretien réalisé en face à face le 9 mars 2007)
Crédit photos : Ngv (sommet européen mars 2008 - J.Jansa en tant que président du Conseil)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Elargissement UE
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.