Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 21:03
La mission des observateurs européens (EUMM) en Géorgie a souffert très vite... d'un trop plein de contributions. "Tous les Etats veulent participer". Heureusement pourrait-on dire ! Car avec le refus des Russes d'augmenter les observateurs de l'OSCE, c'est d'une certaine façon, les observateurs de l'UE qui vont compenser.

Le nombre d'observateurs pourrait finalement etre supérieur : entre 250 et 300, dont à peu près la moitié seront des militaires en civil.

Mais cela pose quelques problèmes diplomatiques : "Et il faut donc faire le tri entre toutes les propositions, demander à certains de revoir à la baisse leur offre, de la requalifier (si les personnels ne conviennent pas tout à fait), de la fortifier au besoin (en matériels notamment). Le tout "sans froisser ni mécontenter personne" explique un expert. Les groupes de travail du Conseil de l'union européenne sont donc en train de finaliser l'offre finale (avec le chef de mission et son adjoint).

Cela pose des problèmes pratiques, également: il faut trouver des équipements pour tout le monde. Et de l'aveu d'un de plusieurs responsables, il "manque des véhicules, surtout des véhicules blindés". En effet, contrairement à d'autres missions civiles, devant la rapidité de mise en place de la mission, et pour éviter le casse-tête régulier des appels d'offres publics, les responsables de l'opération ont demandé à chaque pays contributeur de fournir l'équipement et le matériel de chaque homme envoyé.

Coté budget apparemment pas trop de problème. Celui-ci devrait être revu à la hausse. On mentionne maintenant le chiffre de 35 millions d'euros minimum (au lieu de 31 millions) sur le budget communautaire. Le budget complet de l'opération est cependant supérieur puisqu'une partie des frais est supportée par chaque Etat membre (une répartion à 40% Ue / 60% Etat, selon le ministre italien de la Défense La Russa).

Au niveau opérationne, les observateurs pourraient évoluer par groupe de 2 ou 3 + 1 interprète, à bord d'un véhicule blindé, muni de tous les moyens de communication (fourni de manière homogène par l'EUMM afin d'être calé sur la même fréquence). Chaque groupe d'observateurs sera regroupé dans une "'Unité d'observation opérationnelle". Il devrait y avoir une dizaine d'unités au total. Le déploiement pourrait intervenir en deux vagues principales : le 22 septembre et le 25 septembre, selon les premiers éléments du Plan d'opération (OpPlan).

Voici les deuxièmes offres (chiffres à confirmer et qui vont encore évoluer - le total dépasse les 300):
60 Français (un escadron de gendarmerie mobile)
40 Allemands (décision du cabinet fédéral le 24.09)
40 Italiens (carabinieri, décision du Conseil des ministres le 19.09i)
30 Polonais (10 policiers et 20 militaires)
25 Suédois (civils de la Folke Bernadotte Academy, du Swedish Rescue Services Agency et policiers du National Police Board - décision du 18.09), les premiers partent cette semaine.
20 Roumains
20 Britanniques
20 Finlandais et Danois (10 Finlandais)
12 Néerlandais (3 militaires de la Maréchaussee (= gendarmerie) et 9 civils - décision du cabinet du Premier ministre du 19.09)
10 Belges (décision de principe du cabinet)
10 Bulgares (venant du Ministère de la défense et du Ministère de l'intérieur)
10 Grecs (2 officiers d'Etat-major et 8 officiers des trois armes, en civil, sans armes, + deux véhicules type Hummer)
10 Espagnols (Guardia Civil)
10 Hongrois
10 Lituaniens
10 Tchèques
9 Estoniens (déclaration de Urmas Paet, ministre des affaires étrangères)
5 Lettons (venant des ministères de la Défense, Intérieur et Affaires étrangères - décision du cabinet du Premier ministre du 16.09)
4 Autrichiens (3 policiers et 1 expert des droits de l'homme - annonce du ministre des affaires étrangères)
2 Luxembourgeois (2 policiers + une aide logistique de transport via Cargolux)

(photo : observateurs de l'OSCE)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Asie centrale-Géorgie-Russie
commenter cet article

commentaires

cigalette 20/09/2008 16:27

Bon samedi !Merci pour ces précisions.Suis pour une ARMEE EUROPEENNE AUTONOME EN TOUT et crédible. Ce n'est pas le cas.De plus 1 - l'intégration de la France dans l'OTAN signifie abandon2 - les USA ne voudront jamais d'une telle arméeCordialement

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.