Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 21:33
Le calendrier de l'opération antipirates au large de la Somalie, en application des résolutions de l'Onu (Eu Nav), s'accélère. Les premiers détails de la future Action commune. L'Otan dépeche un de ses groupes permanents, la marine indienne est sur le pont.

Le calendrier accéléré.
Avec la nomination du chef de l'opération militaire, le vice-amiral britannique Jones, le travail de planification s'accélère pour EuNav Somalie. L'Action commune qui nomme le chef de mission - comme le Concept d'opération préparé par celui-ci qui définit les modalités générales de l'opération - devraient être adoptés simultanément d'ici le 24 octobre, éventuellement par la procédure de silence (pour aller plus vite).
La génération de forces sera entamée aussitôt. Le Conseil des ministres de la Défense du 10 novembre devrait permettre d'engranger les premières offres fermes et les autres. Afin de pouvoir boucler le plan d'opération (OpPlan) et d'obtenir le "feu vert" politique pour le lancement de l'opération. Au plus tard début décembre, selon l'objectif fixé par Javier Solana, le haut représentant.

Cinq objectifs et trois zones de déploiement. L’action commune européenne devrait viser plusieurs objectifs : 1) la protection des navires du Programme alimentaire mondial ; 2) la protection de certains navires marchands, à « particulière vulnérabilité ou dont la cargaison est particulièrement sensible pour la Somalie ou l’économie de la région" ; 3) surveillance de la mer au large de la somalie, 4) mesures pour dissuader les actes piraterie ou de banditisme, 5) appréhender les auteurs d’actes de piraterie. L’opération devrait se déployer donc sur trois zones : au nord de la Somalie, près de la mer rouge et dans le golfe d’Aden (navires marchands) ; au sud de la Somalie, dans l’océan indien (bateaux Pam) ; autour des Seychelles (bateaux de pêche).

EuNavco, la cellule de coordination, continue son travail.
Qui consiste à recenser les moyens militaires sur place. Eu Navco joue un rôle d’interface entre, d’une part les armateurs européens, et d’autre part les Etats membres qui disposent de moyens maritimes militaires dans le Golfe d’Aden ou sont intéressés. Dernier exemple. Le navire français, Courbet a assuré l’accompagnement, du 12 au 14 octobre, du Yangtze River sur le transit Ouest-Est dans le Golfe d’Aden, à la demande de son armateur allemand. Un autre bateau "L'intrépide" est en cours d'accompagnement à la demande de son armateur maltais. Outre la Russie et les Etats-Unis (coalition CTF150), plusieurs Etats tiers voisins ou qui dont la flotte marchande est importante: l'Egypte, le Yémen, l'Inde, les Philippines...

La marine indienne sur le pont. Le ministre de la Défense indien, Pallam Raju, vient de confirmer à la presse indienne, la volonté de son gouvernement de s'engager dans la lutte contre la piraterie. Une déclaration qui intervient alors que les familles des 18 marins indiens d'un navire japonais MT Stolt Valor, retenus en otage par les pirates, ont lancé un appel à l'aide. Un navire de la marine indienne, le INS Tabar, qui se trouvait dans la zone a été détourné de sa mission pour aller rapidement dans le Golfe d'Aden, entre Salalah, Oman, et Aden, pour effectuer des missions de protection. Equipé d'un hélicoptère et de commandos marine, il peut rester un mois. D'autres navires de guerre pourraient suivre et être envoyés le long de la côte africaine. Cependant la nouvelle stratégie antipirates indienne ne comprend pas les chasses aux pirates. Il faudra l'autorisation des ministères de la défense, affaires étrangères et mer pour ce type d'action. Le trafic dans cette région est vital pour l'Inde qui voit 90% de son commerce extérieur transiter par le canal de Suez. Environ 25 bateaux battant pavillon indien passent par le golfe d'Aden, chaque mois.

L'Otan a dépêché un de ses groupes permanents. L’organisation Euro-atlantique a, elle aussi, décidé de dépêcher sur place, un de ses groupes permanents maritimes, le SNMG2, qui devait assurer une tournée des ports de la région (Bahrain, Koweit, Qatar), dans le cadre de la coopération d’Istanbul. Ce afin d’assurer le relais de la protection des bateaux du PAM entre les Canadiens – qui terminent leur mission le 23 octobre – et l’arrivée de la force européenne et en complément du bateau néerlandais.  Dirigée par l'amiral italien Giovanni Gumiero, la Marine italienne, la SNMG2 est habituellement composée de sept navires :
- l'ITS Durand de la Penne (bateau commandement, destroyer D560)
- FGS Karlsruhe (frégate F212, Allemagne)
- FGS Rhön (auxiliaire A1443, Allemagne)
- HS Themistokles (frégate F465, Grèce)
- TCG Gökova (frégate G496, Turquie)
- HMS Cumberland (frégate F85, Royaume-Uni)
- L'USS Sullivans (destroyer DDG 68, États-Unis)

Photos : armée française (le Courbet escortant le Yangtze River), Indian Navy (INS Tabar)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.