Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 07:00
Le Commissaire européen à l'aide humanitaire et au développement, Louis Michel, qui revient d'un voyage de 48 heures entre Kinshasa (RD Congo)et Kigali (Rwanda), avait fixé rendez-vous à la presse à son arrivée à 6h30 (du matin). En fait l'avion était un peu... en avance. Donc la conférence de presse, improvisée, a commencé quelques minutes après 6h00, au milieu du hall d'arrivée de l'aéroport de Zaventem. Avec en toile de fond, les vacanciers qui revenaient de leurs séjours lointains. Autant dire qu'à cette heure là, les journalistes présents n'étaient pas très frais et se comptaient sur les bout des doigts - à part les médias belges télévisés (Rtbf, Rtl, Vrt...), Belga - seuls Radio France et votre serviteur... Mais Louis Michel s'est prêté - avec tout le temps qu'il fallait au jeu des questions réponses. Extraits...

Après 48 heures d’allées et venues, pensez-vous qu’une solution est possible ?
Oui. Je crois à une solution politique. J’ai parlé à Kabila (président du Congo) et à Kagamé (son homologue rwandais). Ils sont tous les deux d’accord pour négocier, avec tous les parties concernées – le Burundi, l’Ouganda, les organisations régionales -. Il y a une dynamique positive qui peut s’enclencher. L'élément qui change, c'est que Kinshasa est prêt à discuter avec tout le monde, y compris le CNDP (le mouvement du général rebelle tutsi Laurent Nkunda). Mais pour réussir l’accord de paix, un « Nairobi 2 » (*), il faut éviter de répéter les erreurs du passé. Il faudra surtout avoir un « monitoring » international, pour suivre, pas à pas, les progrès de l’accord. Avec des moyens et un agenda. La communauté internationale ne peut pas se désengager de cette région qui est un facteur de stabilité non seulement pour le Congo mais pour toute la région et en Afrique.

Le Congo comme au Darfour ?
Je me refuse à faire ce genre de comparaisons. Il n’y a pas de gradation dans laes valeurs d’atteinte aux droits de l’homme. Mais on peut dire que la situation est comparable. Je vois quand une différence. Je crois qu’avec un peu plus de volontarisme des parties, de la communauté internationale, on pourrait parvenir une solution. Je ne suis pas sûr qu’au Darfour, ce soit possible comme çà l'est au Congo. (...) On sait ce qu’il faut faire, on connaît les données, de l’accord, où est le cadre, le copromis, qu’on arrête alors de faire semblant qu’on ne le sait pas.

Faut-il donc une intervention militaire de l’Union européenne ?
S’il s’agit d’une intervention militaire pour régler le conflit, je n’y crois pas. L'avantage d'une force militaire tournerait à l'inconvénient. Cette présence militaire serait considérée comme partie prenante au conflit. S’il s’agit, en revanche, d’une force militaire qui consiste à sécuriser le travail des humanitaires, des ONGs – comme le propose Bernard Kouchner et le gouvernement belge  -, je suis pour. C'est essentiel. Il faut permettre aux ONGs d’assister ces dizaines de milliers de personnes qui manquent de tout. La situation est dramatique. Il ya des dizaines de milliers de personnes qui manquent de tout. L’armée congolaise s’est enfuie, et on assiste à une recrudescence dela pratique du pillage et des extorsions en tous genres. Il faut absolument aider ces populations. Il faudra sans doute aussi renforcer la Monuc. Je ne suis pas un spécialiste de cette question, mais je crois qu'avant d'avoir des hommes supplémentaires, il faut surtout des moyens logistiques en plus.

Les moyens de l'Europe sont-ils suffisants pour l’aide humanitaire ?
Les opérateurs humanitaires sur le terrain savent bien qu’ils n’ont qu’un coup de fil à donner et que dans l’instant on peut décider. La Commission a versé 800 000 euros et je peux débloquer 3 millions d’euros supplémentaires. Ca peut aller très vite. Car les contrôles se font ex-post (a posteriori). J'aimerai bien qu'on ait la même rapidité pour l'aide au développement. Mais cela ne semble pas possible.

La force des Nations-Unies, la Monuc, semble impuissante, le Rwanda paraît impliqué ? Quel est votre sentiment ?
Il faut éviter d’incriminer qui que ce soit. Les Casques bleus font un travail difficile. il faut les soutenir. De façon générale, tout ce qui consiste à exalter les antagonismes, à pointer du doigt un coupable éventuel, est dangereux. Il ne faut pas exciter la haine, mais faire converger les points de vue..

(*) Un accord avait été signé à Nairobi en novembre 2007 entre le Congo et le Rwanda notamment pour « éliminer la menace » constituée par les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de la Libération du Rwanda (FDLR) réfugiés depuis quatorze ans dans l'ex-Zaïre.

Photo © NGV
(Cette interview est la version longue d'un article paru dans Ouest-France dimanche)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Congo
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.