Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 02:08
La participation ukrainienne à l'opération anti-piraterie de l'UE "Atalanta" se confirme. Lors du sommet UE-Ukraine, qui vient de se tenir à Kiev, vendredi, il en a été question. Et les participants sont tombés d'accord. Les conclusions publiés après ce sommet ont ainsi salué la possible contribution de l'Ukraine: « In this regard they welcomed the fact that Ukraine is considering a contribution to international efforts in combating piracy through taking part in the Operation Atalanta

A Kiev, le chef de la sécurité ukranienne (SBU), Valentyn Nalyvaichenko, a confirmé que 25 hommes des commandos Alfa, la force spéciale des services de sécurité ukrainiens, avaient été spécialement entraînés pour cela et étaient prêts à se joindre à l'opération, ont relaté les médias ukrainiens. Et on n'attend que le feu vert de la Verkhovna Rada - l'assemblée ukrainienne - à la demande du président. Le coût de l'opération reviendrait à environ 3 millions d'euros sur une année, selon le ministère des Affaires étrangères ukrainien.

Coté européen, un expert du dossier m'a confirmé que la volonté était bien présente de part et d'autre, au niveau. Mais qu'il y avait encore du travail. On reste prudent. Les modalités pratiques d'association des forces ukrainiennes étaient étudiées. Ces forces peuvent, en effet, prendre place à bord de navires marchands, de préférence ukrainiens, voire de bateaux du PAM ou de l'AMISOM, escortés par les navires européens EUNAVFOR Atalanta (ou d'autres navires des forces multinationales ou forces nationales, présentes dans la zone).

Une arlésienne : la participation ukrainienne. Cela fait longtemps qu'une participation ukrainienne dans le Golfe d'Aden est évoquée. Le général Bentegeat, qui était président du comité militaire jusqu'à peu l'avait évoqué publiquement il y a un an déjà (lire :
Les Ukrainiens avec les Européens dans l'opération Atalanta?). Et le même commandant du SBU avait (déjà) annoncé, en mars 2009, l'arrivée rapide de membres du commandos Alfa. On comprend donc la prudence des responsables européens. La prise du cargo "Faina", en septembre 2008, avec ses 17 marins ukrainiens et... son chargement d'armes, avait convaincu les autorités ukraniennes de "faire quelque chose". Mais ceci était restée lettre morte, notamment pour des raisons financières. La participation de l'Ukraine à l'opération européenne ressemblait donc plutôt (jusqu'ici ?) à une Arlésienne. Le phénomène de piraterie ne s'arrêtant pas, et les marins ukrainiens étant nombreux à bord des navires de commerce, le phénomène a pris de l'ampleur. La médiatisation a atteint un sommet avec la découverte qu'une enfant ukrainienne qui accompagnait sa mère restait détenue à bord du MV Ariana (le capitaine de l'Alakrana avait été prié de leur apporter à manger). L'Ukraine étant, par ailleurs, en période électorale (l'élection présidentielle a lieu à la mi-janvier), il paraissait peut-être urgent à Kiev d'agir un peu plus pour protéger ses navires et ses marins...

NB : Les forces ukrainiennes participent à plusieurs opérations internationales de stabilisation ou de maintien de la paix (Unmil au Liberia ou Monuc au Congo par exemple). C'est la première participation à une opération militaire de l'UE. En revanche, lUE a une mission, presque PESD, d'assistance aux douanes pour la lutte contre la contrebande aux frontières de la république autonome (non reconnue) de Transnistrie, entre l'Ukraine et la Moldavie (lire :
La mission Eubam aux frontières de l'Ukraine et Moldavie).

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.