Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 18:26

La tension palpable. En Géorgie, plus de deux mois après la guerre du mois d’août, la situation reste tendue et les incidents, courants. Incidents de toutes sortes d’ailleurs. Vu de Paris ou de Bruxelles, cette assertion pourrait paraître exagérée. Sur le terrain, elle est très palpable. Même s’il faut faire une distinction entre la psychose logique de la population et la réalité, il y néanmoins quelques faits qui interpellent. Les plus anciens de la Géorgie diraient que ce n’est jamais qu’un « retour à la normale », une situation qui a souvent été vue, depuis la première guerre d’Abkhazie et d’Ossétie dans le début des années 1990.

Mais par rapport au premier mois de la mission des Observateurs européens (EUMM), il y a une accélération des incidents mortels. Octobre avait été « assez calme », de l’aveu de tous. Quelques incidents, des « tirs » et « explosions » entendues. Mais rien de particulièrement sérieux. « Depuis début novembre, il y a « davantage d’incidents » explique un observateur. Et certains sont « sérieux ». Certes, chacun n’est pas comparable à l’autre. Certains sont sans conséquence sur les vies humaines. D’autres visent clairement à tuer ou à semer la peur de la population.


Photo : check point géorgien, au fond le check point russe et ossète près de Tskhinvali © NGV


La classification des incidents


Les Observateurs utilisent une grille pour classer les incidents, selon non pas leur gravité en soi, mais leur contexte.


1er type d’incidents : des échanges de tirs entre forces de police. Cela ressemble d’ailleurs plutôt à de la provocation rituelle entre forces armées qui se font face à face, qu’à une réelle confrontation. Ainsi, jeudi matin à Ghalmagourhi, il y a eu des tirs sur le poste géorgien. Selon les témoignages recueillis sur place, « 12-15 personnes ont débarqué d’un BTR, côté russe, s’en sont suivis des tirs au RPG7, loin du poste, personne n’a donc été blessé. Les Géorgiens ont riposté. Mais sans toucher personne… alors qu’ils étaient à 80 mètres, une distance très courte » (sous entendu, à 80 mètres quand on veut blesser quelqu’un, c’est à la portée de n’importe quel tireur). Ce qui laisse planer « un doute » sur la réalité de la confrontation. Celle-ci est parfois digne davantage de la guerre des boutons. « Ce matin » (nous sommes le 20 novembre) me raconte le policier géorgien au check point près de Tskhinvali, « ils (les Ossètes et Russes qui tiennent le poste en face) nous ont jeté des pierres ». Qu’avez-vous fait alors ? « On a relancé des pierres » explique-t-il hilare. Certains incidents sont moins drôles. A Pakhulani, ainsi, le 15 novembre, un policier a été tué, à la limite administrative, avec un échange de coups de feux. Il avait franchi la limite estiment les Abkhazes.


2e type d’incidents : ils visent à limiter la liberté de mouvement de la population mais aussi à entretenir un sentiment de peur. C’est davantage le cas le long de l’Abkhazie, avec la destruction d’un pont, d’un transformateur à Mushava. Mais aussi le long de l’Ossétie comme ce pont qui a sauté à Artsevi.


3e type d’incidents : des actes avec volonté délibérée de tuer. « Deux incidents sérieux ont eu lieu, coup sur coup, ces derniers jours » me raconte un observateur. Ce qui est nouveau par rapport à notre premier mois de présence. Des engins explosifs improvisés (IAD) ont été « déposés sciemment avec l’intention de tuer ». Et n’importe qui. Civils ou policiers, adultes ou enfants.


Deux actes violents


Premier acte. D’abord à Dvani (à l’ouest de Tskhinvali), lundi 10 novembre, 2 morts dans l’explosion d’un engin explosif improvisé. un drapeau sud ossète est planté en plein champ, avec la hampe du drapeau est relié par un fil à une mise à feu et un engin explosif enterré. Impossible de détecter quoi que ce soit a priori. Deux policiers géorgiens s’y laissent prendre. En tirant la hampe, explosion, deux morts... Après cet incident, les règles de sécurité pour les observateurs ont été rappelées. Interdiction de ramasser quoi que ce soit…


Deuxième acte. Un drone piégé explose à Plavi, lundi 17 novembre, 2 morts, 8 blessés dont un enfant de 10 ans. Un « engin bricolé mais fait pour tué ». Plusieurs versions ont circulé. Telle que j’ai pu la reconstituer, voici ce qui aurait pu se passer. L’histoire relève non seulement l’intention de tuer mais d’une mise en scène assez vicieuse avec la maitrise de certaines technologies. Les Géorgiens ont, en effet, d’abord trouvé, le matin, un premier drone, qui avait atterri dans un arbre avec parachutes et caméras. Un vrai drone donc. Puis, dans l’après-midi, un deuxième drone lui ressemblant étrangement est signalé, au sol. Une équipe de déminage – comme c’est l’usage – arrive pour examiner l’engin. La méthode de détection est basique, mais normalement efficace. Les démineurs placent une corde autour de l’engin, puis se mettent à l’abri et tirent dessus. Si rien ne vient, c’est que tout est Ok. C’est ce qui se passe. Les démineurs s’approchent alors, rassurés. Ils déplacent le drone vers une zone plus propice à l'examen ; s’approchent, ouvrent le couvercle du drone. Boum. Les démineurs meurent, huit autres policiers et un enfant de 10 ans sont blessés (selon le bilan fourni par les autorités géorgiennes). Selon les habitants sur place, la première réflexion des démineurs (et leurs derniers mots), quand ils se sont approchés, la dernière fois du drone, aurait été de s’étonner de ne voir ni caméra, ni système de propulsion. A l’arrivée des observateurs, « tout a été nettoyé ». Il ne reste plus qu’un corps de policier. Et rien d’autre…
La question est donc de savoir qui a pu mettre de tels engins explosifs, en territoire géorgien, à la limite de l’Ossétie. Une incursion ossète ou russe est tout à fait possible techniquement. « La nuit nous entendons des bruits de voiture, de déplacement » confient certains habitants de la région.  Comme l’hypothèse d’une provocation géorgienne peut être aussi envisagée.


Dernier type d’incidents, non classifié, explosions ou coups de feu, de part et d’autre, non dirigés, souvent à l’intérieur des territoires respectifs. Il y a aussi régulièrement des explosions. « Ce matin – me raconte ainsi ce policier géorgien près de Tskhinvali -, nous avons entendu également des explosions de l’autre côté (il désigne de son doigt Tskhinvali, juste au dessous de nous). Mais cela tenait plutôt de l’entraînement ou d’autre chose » précise-t-il, pas inquiet pour un sou. Les forces géorgiennes ne sont pas en reste de ce type de provocation également… Elles ont ainsi décidé d’entraîner leurs forces armées, à deux pas de la frontière ossète. Une possibilité qui n’est pas exclue, formellement, par les accords en six points. Car la démilitarisation (pas de présence des forces armées).


Savoir ce qui s'est réellement passé, difficile


Les observateurs ont souvent des difficultés à déterminer les faits, entre les déclarations des uns et des autres (police, officiels, population…). « Nous n’avons pas de pouvoir d’investigation, d’entrer dans les maisons, ni d’interroger des personnes. Nous sommes dépendants des informations qu’on nous donne. Quand nous arrivons parfois, les sites ont été « nettoyés ». En même temps, nombre des observateurs ont une expérience policière et militaire ». Cela leur permet d’apprécier « la qualité des informations » recueillies. Exemple : « Un policier nous a dit avoir été frôlé par une balle. Son blouson était effectivement troué au ras du cou. Mais rien de plus précis. Aucune trace de brûlure ou même de rougeur pour l’homme (alors que normalement, avec la chaleur dégagée par la balle, et le trou placé au blouson, il y aurait du avoir au moins une rougeur)… Quant à savoir qui a commencé et la réalité de ce qui s’est passé, c’est encore une autre histoire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Asie centrale-Géorgie-Russie
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.