Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 08:29

BanKiMoon, le secrétaire général de l'Onu a soumis au Conseil de sécurité un rapport complet précisant à la fois les modalités de réorganisation de la Minuk et les conditions de transfert de certaines activités à Eulex (la mission européenne "Etat de droit") comme l'état des avancées politiques, économiques et juridiques du Kosovo. Le rapport rappelle « la neutralité de l’Organisation des Nations Unies à l’égard du statut du Kosovo ». Une phrase qui satisfait les Serbes, surtout de l'intérieur qui s'opposent au nouvel Etat et pour qui « la Minuk est le seul interlocuteur civil légitime au niveau international », mais irrite les Kosovars qui s'opposent au plan de réorganisation de la Minuk et veulent son départ complet. Sans le mentionner, le Conseil de sécurité a donné, le 26 novembre, ce qui ressemble à un "feu vert" à la mission Eulex, en saluant "l'intention de coopérer (de Belgrade et Pristina) avec la communauté internationale".


Le principe est le suivant : « EULEX exercera ses fonctions dans le domaine de l’état de droit selon certains principes : 1) elle respectera strictement les dispositions de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité, et opérera sous l’autorité générale de l’ONU et dans le contexte de la neutralité de l’Organisation à l’égard du statut du Kosovo. 2) Elle rendra régulièrement compte à l’ONU. 3) Son déploiement dans tout le Kosovo, qui sera coordonné avec la MINUK, s’effectuera en étroite consultation avec les parties prenantes concernées, compte tenu de la situation et des préoccupations. » (Nb : les chiffres ont été rajoutés pour faciliter la lecture).


Nb : au 31 octobre, 52 pays avaient reconnu le Kosovo en tant qu’État indépendant, et le Kosovo avait ouvert des représentations dans 10 pays, les Serbes.


Plan en six points de réorganisation de la Minuk


« Du fait des orientations radicalement différentes adoptées par Belgrade et par les responsables politiques issus de la communauté albanaise du Kosovo après la déclaration d’indépendance, les conditions dans lesquelles la MINUK peut s’acquitter de son mandat ont évolué. » De ce constat, Ban Ki Moon tire une série de conséquences.


En juin, il avait présenté un rapport présentant en six points, la réorganisation dela MINUK. Il en détaille maintenant les modalités dans les six secteurs concernés - permettant surtout au nord du Kosovo de fonctionner de manière un peu autonome par rapport à Pristina, en restant sous l'autorité de la Minuk.


I. Police. Une chaîne de commandement autonome est mise en place pour la police serbe du Kosovo et un contrôle de l’ensemble du pays reste effectif. 1° Un policier serbe du Kosovo « doué de l’expérience requise » sera nommé comme chef par le Représentant spécial de l’ONU. Et il fera rapport au chef de la police internationale au Kosovo. 2° Des contrôleurs de la police internationale seront déployés dans tous les postes et sous-postes, dans toutes les régions et tous les départements. Ces contrôleurs dépendront d’une chaîne de commandement indépendante. Ils seront chargés d’assurer la primauté du droit et de veiller à ce que les policiers issus de minorités reçoivent un traitement équitable et à ce que leurs conditions de travail soient protégées conformément à la réglementation applicable.


II. Douanes. Si le Kosovo fonctionnera comme « un territoire douanier unique », des agents internationaux des douanes, désignés conformément à la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité, seront réaffectés aux Gate 1 et 31 (bordure de la frontière avec la Serbie). « Dans la mesure du possible, ils seront déployés suivant la conception européenne de la gestion intégrée des frontières, ce qui pourrait supposer la juxtaposition des postes frontière ». « Ils appliqueront le code des douanes du Kosovo ». La question de « la répartition des recettes provenant des droits de douane prélevés aux points d’entrée 1 et 31 » doit encore être discutée mais ils « devraient également servir au développement des populations locales ».


III. Justice. « Le fonctionnement du tribunal dans le nord de Mitrovicë (Mitrovica) a été en partie rétabli, sous le contrôle de la MINUK » note le rapport. « Pour une période de 60 jours au maximum ». « Ultérieurement, des juges et des procureurs locaux seront nommés conformément à la résolution 1244. « Dans la composition du tribunal, il sera tenu compte de la diversité ethnique du Kosovo et des compétences territoriales. (sous entendu, zone serbe = juges serbes du Kosovo)


IV. Transports et infrastructures. Un comité de coordination technique sera créé par le Représentant spécial de l'ONU en vue de régler les grandes questions relatives à l’infrastructure (routière et ferroviaire, et approvisionnement en eau et en électricité), aux flux du trafic et aux échanges commerciaux ainsi que sur des questions pratiques comme l’homologation des qualifications.


V. Frontières. la KFOR, en sa qualité de force militaire internationale, continue, dans le cadre de son mandat, d’assurer la sécurité dans tout le Kosovo, y compris en ce qui concerne les frontières, avec le concours d’autres organisations internationales.


VI. Patrimoine serbe. La protection internationale de l’Église orthodoxe serbe doit être et sera maintenue. Et le rapport de tracer une feuille de route : veiller à l’application des dispositions relatives à la protection des principaux sites de l’Église orthodoxe serbe, mener des activités visant à assurer le bien-être des moines et des religieuses, telles que l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée, des droits d’accise et des droits de douane pour l’Église orthodoxe serbe, définir les modalités de la reconstruction des sites de l’Église et régler la question du rapatriement des objets archéologiques.

Transfert à Eulex en pratique


Le transfert de la Minuk à Eulex a déjà commencé de façon très concrète. Trois exemples.


Véhicules. le 18 août, les deux missions ont signé un accord portant sur la vente de l’excédent de matériel et de véhicules de la MINUK. La « mise en oeuvre de cet accord se poursuit ».


Locaux. Les bureaux dont la MINUK n’a plus l’usage sont actuellement mis à la disposition d’EULEX. La MINUK a relogé son personnel dans les locaux de son siège administratif mieux adaptés à la taille et aux besoins actuels de la Mission et libéré le complexe du centre de Prishtinë (Pri_tina). Elle a également quitté les locaux des bases logistiques régionales dont elle n’a plus besoin. Elle a donc pu fournir des bureaux à EULEX sans compromettre ses opérations.


Enquêtes judiciaires. Selon un « accord opérationnel sur l’accessibilité et la divulgation des enquêtes judiciaires et actions en justice connexes », le Département de la justice de la MINUK doit faciliter l’accès des procureurs d’EULEX aux dossiers traités par leurs homologues des tribunaux internationaux et spéciaux. L’accès à certains documents judiciaires concernant des enquêtes pénales est fourni à la composante policière d’EULEX conformément à un accord analogue, conclu en septembre. Un autre accord opérationnel est sur le point d’être conclu de façon à permettre à EULEX de consulter les dossiers de la Division de l’appui judiciaire international.


Réactions des Kosovars et des Serbes


Position des Kosovars : rejet du plan de réorganisation mais coopération avec Eulex

Pristina a, en effet, dans une courte déclaration indiquer qu’il « rejette le document en six points dans son intégralité. » Les Kosovars précisent cependant être « favorables à un déploiement rapide d’EULEX au Kosovo (mais) conformément au mandat prévu dans la Déclaration d’indépendance, à la proposition détaillée sur le règlement de la question du statut du Kosovo, à la Constitution de la République du Kosovo, à la législation du Kosovo, à l’action commune de l’Union européenne du 4 février 2008 et à l’invitation que les institutions du Kosovo ont adressée à EULEX ». Et ils coopéreront avec la mission européenne « en vue de son déploiement sur tout le territoire du Kosovo, sur la base du mandat énoncé dans (ces) documents »


Position des Serbes : acceptation du plan mais opposition au nouvel Etat (surtout pour les Serbes du nord du Kosovo).

Les Serbes - surtout ceux au nord du Kosovo - « rejettent fermement toute autorité ou symbole des institutions du Kosovo » note le rapport. Dans le nord du Kosovo, l’opposition est encore plus radicale. « Quatre structures municipales parallèles serbes fonctionnent selon les dispositions législatives régissant l’autonomie des collectivités locales de la Serbie ». Et les « responsables politiques serbes du Kosovo dans le nord continuent de s’opposer à l’implantation du Bureau civil international, prévue dans la proposition Ahtisaari (non approuvée par le Conseil de sécurité). « Ils continuent également de s’opposer au déploiement de la Mission État de droit menée par l’Union européenne au Kosovo (EULEX). Ils affirment que leur position ne variera pas, quelle que soit la voie choisie par Belgrade. » 308 policiers serbes refusent toujours de travailler. Le tribunal de Mitrovice/Mitrovica a rouvert le 3 octobre. Malgré tout, depuis l’indépendance, « il y a eu plusieurs incidents interethniques mineurs ».


Examen des avancées du pays sur la voie démocratique et la protection des minorités


Le rapport de Ban Ki Moon se livre ensuite à un examen, sujet par sujet, des avancements : vie démocratique au Kosovo (encore trop peu ouvert aux serbes), protection des minorités, composition de la police (10% de Serbes du Kosovo), du personnel pénitentiaire (avec obligation de recrutement pour pallier au départ de Serbes), liberté de circulation (assez respectée), retour de minorités (trop limité), droits de propriété (il reste près de 4300 biens abandonnés), protection de l’église orthodoxe (incidents en diminution)…


Le rapport indique également certains problèmes anachroniques, comme celui des douanes au nord du Kosovo. Ainsi, depuis fin février, le service de douane de la MINUK est resté absent aux gate 1 et 31 (serbie), « ce qui a entraîné un manque à gagner pour les États serbe et kosovar estimé à 2 millions d’euros de droits de douane et de taxes sur la valeur ajoutée par semaine. La contrebande sévit, notamment pour ce qui est du carburant, entraînant d’importants profits illicites pour le crime organisé ».

 

Télécharger le rapport de BanKiMoon

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Balkans-Bosnie-Kosovo
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.