Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 06:49
Au niveau économique, la Géorgie reste un pays en développement. Avec des gens très pauvres ou pas très riches d’un côté, et très riches de l’autre. La vie reste chère – environ la moitié des prix pratiqués dans les pays européens – mais avec un pouvoir d’achat autrement différent – le salaire moyen varie entre 250 et 400 laris (environ 125 et 200 euros). Résultat : la débrouille, les jeunes chez les parents aussi longtemps que possible, plusieurs boulots à la fois… Et sinon… la pauvreté. L’inflation demeure à un rythme plus élevé que le chiffre officiel. Les chiffres du chômage sont inconnus. Environ un Géorgien sur deux est sans emploi.

L'église de Métékhi et la statue du Roi Vakhtang dominant Tbilissi © NGV


La crise à venir. Avec la crise économique et financière mondiale, la situation risque d’être plus désastreuse demain. La banque et la construction sont parmi les principaux secteurs d’activité. Quant aux recettes du tourisme géorgien, une partie de la saison 2008 (août et septembre) est partie en fumée avec la guerre. Et l’avenir est plus ou moins sombre. Ce secteur bénéficiant  – en partie – des touristes russes (riches). Disons donc que l’avenir économique de la Géorgie est très sombre… Quant aux déplacés plus récents - ceux de la guerre d'août - venant du monde rural, on ne sait pas vraiment comment ils pourront survivre à l'hiver. Ils ont en effet souvent perdu toute leur récolte d'été. (voir aussi une étude de Crisis Group sur le risque de l'hiver)


La non intégration des réfugiés. C’est un véritable problème. Sur le demi-million de personnes qui ont fui le conflit des années 1990 en Abkhazie et Ossétie du sud, ce qu’on appelle les "anciens déplacés", près de la moitié sont encore "déplacées" (220 000 environ). La plupart venant d'Abkhazie, ont tout perdu, sans vraiment d'espoir d'y revenir. Certains ont été accueillis dans des familles d'accueil Mais 90 000 personnes sont depuis 15 ans, dans des centres collectifs : des anciens batiments publics de l'époque soviétique réquisitionnés pour l'occasion (sanatoriums, kindergarten, usines...) équipés à la va-vite, provisoirement. Mais le provisoire dure. Ces déplacés ne sont pas autosuffisants. Certains reçoivent de la nourriture cuite ou quelques aliments du PAM. Il y aura encore besoin de soutien.

Le bénéfice du conflit : une nouvelle attention. Jusqu’à peu, en fait, le gouvernement géorgien ne voulait pas intégrer durablement ces personnes. "La communauté internationale s'est un peu faite dupée par le gouvernement géorgien" explique ce responsable d'une organisation internationale. Il n'y avait alors aucune volonté d'intégrer ces déplacés qui n'avaient parfois pas de droit de vote ou d'achat de terre". Tout cela pour les pousser à revenir. Ce n'est que récemment, depuis trois ans en fait, que cette position a commencé lentement de changer. Le contexte de la nouvelle guerre a accéléré cette prise de conscience. « Désormais le mot « intégration » n’est plus tabou ». Ce conflit a ouvert une « fenêtre d’opportunité financière, une attention politique, internationale », comme jamais il n'y en a eu me confient plusieurs responsables d'ONGs ou expert politique. Ainsi le HCR a reçu de l'Union européenne, trois fois son budget annuel, juste pour la phase d'urgence. 


Un pays où l’impulsion règne. On va vite, on construit vite. « Cheap and dirty » me dit un des organisations humanitaires. Ainsi la Géorgie construit à toute vitesse, des maisons pour abriter les déplacés. Des "cottages" dans l'appellation humanitaire. Enfin des maisons ! Plutôt du préfabriqué, un toit, de l'électricité. Et c'est tout ! Pas d'eau courante. C'est un robinet à l'extérieur qui fait fonction. Idem pour les toilettes. Le chauffage a tout bêtement été oublié : on n'a ainsi pas prévu de faire un trou dans les super double vitrages, pour passer le traditionnel poële à bois. Quant aux équipements collectifs - école, commerce, transports publics... - ils ne sont pas prévus. Ils vont arriver affirment les responsables géorgiens à leurs interlocuteurs des organisations humanitaires. De quoi vont vivre ces personnes ? Des industries vont arriver affirment les mêmes. Quand ? Comment ? Pas de réponse pour l'instant... On l'aura compris, en Géorgie, tout est réalisable. Mais la réalité c'est autre chose...

Les "cottages" en construction pour les déplacés le long de l'autoroute de Tbilissi à Gori © NGV

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Asie centrale-Géorgie-Russie
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.