Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:19
C'est un véritable coup dur pour le gouvernement tchèque de couleur ODS (Chrétien-Démocrate, Eurosceptique), à la veille de sa prise de fonction à la tête de l'Union européenne et alors que les Américains et l'Otan veulent augmenter notablement la présence  militaire occidentale en Afghanistan. Le gouvernement voulait d'ailleurs augmenter le contingent tchèque (400 hommes sous mandat de l'ISAF, dans la province du Logar, à l'est) pour les porter à 645 hommes. Mais la chambre des députés l'a refusé. Confirmant ainsi la détermination de l'opposition de "casser les pieds" au gouvernement sur ce sujet sensible.

Retrait d'ici mars si pas de nouvelle décision. Il a manqué, en effet, deux voix au gouvernement pour obtenir la majorité de 101 voix nécessaires (99 voix contre 75 voix, et 18 abstentions). Le vote avait lieu vendredi. Le retrait n'est cependant pas immédiat. Une décision de cabinet permet de maintenir les troupes jusqu'à mars. Et le gouvernement du Premier ministre Topolonek peut faire une nouvelle tentative pour obtenir la majorité dans les 60 jours à venir. Mais sans autorisation après ce délai, il devra retirer ses troupes en Afghanistan comme au Kosovo.
 
Pas de battlegroup de l'UE !
Cette décision ne concerne pas que l'Afghanistan. Mais toutes les missions extérieures pour l'armée tchèque. La chambre des députés a en effet rejeté la proposition du grouvernement qui fixe de manière annuelle les contingents utilisés à l'extérieur du pays. Qu'il s'agisse de l'Afghanistan ou du Kosovo (où une augmentation de troupes était également envisagée, pour faire passer le contingent de 400 environ à 550). Mais aussi de la possibilité pour la république tchèque de participer à un des battlegroups européens (avec les Slovaques). Ou du déploiement possible dans les pays baltes de 75 soldats et 4 chasseurs Jas-39 Gripen dans le cadre de la surveillance aérienne de l'Otan sur le nord-est de l'Europe, effectuée par rotation par plusieurs pays.

Enjeux politiques. La guerre en Afghanistan n'est pas très populaire en république Tchèque. Et les socio-démocrates avaient déjà montré leur hostilité à son égard. Au-delà, il y a d'autres enjeux. On sait que l'ODS (parti au pouvoir) tient à faire ratifier le traité visant à l'installation dans le pays d'un radar dans le cadre du bouclier antimissile américain. Et que les socio-démocrates tiennent à la ratification du traité de Lisbonne, auquel est hostile l'ODS. Celle-ci a d'ailleurs repoussé le vote à plus tard. Dans le même temps, se poursuivent des tractations sur un "pacte de non-agression" entre l'opposition et la majorité durant la présidence tchèque (au 1er semestre 2009). Mais le prix demandé par l'opposition (ratification du traité de Lisbonne et élections anticipées à la fin de l'année) se montre trop élevé pour le parti au pouvoir. La décision de refus d'envoi de troupes à l'étranger apparaît ainsi comme un élément de plus dans la confrontation entre les deux forces politiques principales en république Tchèque. A la veille de la prise de fonction de la présidence tchèque, çà ne fait pas très sérieux tout de même...

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Orient - Afghanistan-Pakistan
commenter cet article

commentaires

ZI 30/12/2008 20:51

"La guerre en Afghanistan n'est pas très populaire en république Tchèque. Et les socio-démocrates avaient déjà montré leur hostilité à son égard."Est-elle veritablement populaire quelque part?

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.