Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 1989 5 01 /12 /décembre /1989 03:02
Fer de lance de l'opposition, les étudiants sont avec les acteurs, "sur la brèche" depuis le 17, date de leur dispersion brutale par la police à Prague. La grève déclenchée le lundi 20, continue cependant toujours aujourd'hui. Car à coté des revendications pour la démocratie et les libertés politiques, leur avenir n'est pas assuré. Dans les universités occupées, débats ouverts à tous, conférences et activités de grève… se succèdent de façon ininterrompue du matin au soir. L'emprise du Parti sur le contenu des études, la carrière des professeurs, les cours d'idéologie obligatoires, et le monopole de l'organisation des jeunesses socialistes… sont au centre des critiques, de même que les conditions d'études. La part de budget consacrée à l'éducation est un des plus faibles d'Europe. L'équipement des universités est pauvre, peu de photocopieurs ou d'informatique. Les étudiants ne peuvent vivre qu'avec l'aide fincière des parents…etc… Si la majorité des enseignants soutient ces revendications ; certains se souviennent, et préfèrent s'abstenir de toute publicité… la peur.

Dans chaque faculté, un comité de grève, constitué des éléments les plus dynamiques, règle les problèmes quotidiens d'organisation. Un centre de coordination siège 22h/24 dans les deux capitales : Prague et Bratislava (l'éducation étant depuis 1968 décidée au niveau régional), le tout coordonné par un comité fédéral à Prague. Une structure interne de soins est assurée par les étudiants en médecine, malgré le refus d'aide du comité central de la Croix-Rouge tchécoslovaque. Sage "révolution" tout de même, qui invite à dénoncer les incitations à la violence à … la police !  Police qui collabore parfois à la discipline instaurée, avec succès, puisque aucun incident grave n'est à déplorer - la criminalité ayant même baissé en Slovaquie de 75% !  Le nerf de la "guerre" reste pourtant l'information. Machines à écrire, ordinateurs et ronéos tournent quasiment jour et nuit pour imprimer journaux et tracts, diffusés ensuite dans tous les lieux stratégiques. Signant la faillite du système d'éducation communiste, "ce mouvement - déclare le doyen TICHY, exclu de l'enseignement depuis 1969 - est un vrai miracle; ce que nous, les vieux, n'avons pu réalisé, nos enfants l'ont fait. Ils ont eu assez de courage pour sortir dans la rue exprimer leurs idées"…

(article paru dans le Quotidien de Paris, 1er décembre 1989)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Elargissement UE
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.