Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 06:28
C'était le 20 février 2003. Le Portugal dirigé alors par le Premier ministre, José-Manuel Barroso (aujourd'hui président de la Commission européenne), fervent admirateur de Georges Bush, entérine dans une nouvelle loi de programmation militaire la réorientation de certaines de ses dépenses, vers un programme d'achat plus conforme aux vues de l'allié américain. L'Airbus A400M - auquel le Portugal participe depuis le début - est dans la ligne de mire. Le Portugal suspend l'achat (3 avions) et sa participation au programme. Un mois plus tard à peine, les Etats-Unis - aidés par certains de leurs alliés - déclenchent ce qu'on appelle la troisième guerre d'Irak.

L'objectif officiel est de diminuer les dépenses.
L’Airbus A400M est « si cher » qu’il est préférable d’acheter le Lockheed C130J (Super Hercules) explique alors un porte-parole du Ministère de la Défense. « Les concurrents américains nous ont présenté une offre qui permet d’acheter le double des avions ». On peut avoir un doute sur cette approche comptable. Car, en se retirant du programme, le Portugal renonce aussi aux contreparties pour sa petite industrie aéronautique (dans le consortium Airbus A400M, les Portugais devaient concevoir le design du fuselage). Ce qu'il gagne en gain budgétaire, il le perd en perte industrielle. De plus, cette réorientation s'accompagne d'achats de matériels, comme des sous-marins, dont l'utilité immédiate paraît futile si l'objectif est de redresser les comptes.

Les raisons de ce retrait sont plutôt très politiques.
Il s'agit surtout d'un geste permettant de montrer toute la fidélité du nouveau gouvernement portugais à l'allié américain. Nous sommes alors en pleine crise irakienne qui provoque un schisme en Europe - non pas entre la vieille Europe et les nouveaux Etats membres, ni entre les modernes et les conservateurs comme on l'a souvent dit, à tort -, mais entre les Atlantistes - adeptes d'une politique d'une grande puissance - et les partisans d'une politique multinationale onusienne et européenne (1). Dans les pays qui produisent l'A400M la division est nette : l'Espagne et le Royaume-Uni se sont rangés dans le camp américain - rejoints par l'Italie et le Portugal - tandis que la France, l’Allemagne, la Belgique et même la Turquie ont marqué leurs réserves à cette intervention (lire Louis Michel à l'époque). Les Américains ont d'ailleurs fait pression sur les Italiens (avec succès - dès l'arrivée de Berlusconi au pouvoir, l'Italie se retire) comme sur les Britanniques pour qu'ils se retirent du programme (les Britanniques résisteront, eux !). Ils tentent aussi de faire pression par tous moyens sur les Allemands et les Français. Dans les motivations américaines, il n'y a, bien sûr, pas uniquement que des raisons politiques mais bien entendu industrielles. C'est l'occasion pour certains proches de l'administration Bush... et de Lockheed d'éliminer un concurrent notable.

La décision portugaise de retrait du programme A400 est prise, en fait, dès les premiers jours du gouvernement de coalition des droites (PSD - CSD) en mai 2002. Le ministre portugais de la défense, Paulo Portas (un des leaders du CSD) est aussi un atlantiste invétéré. Il est assez proche de Bruce P. Jackson, lobbyiste américain très actif sur l'affaire irakienne, proche de Dick Cheney (2)... et vice-président de Lockheed-Martin. A la Wehrkunde (la conférence de la sécurité) de Münich début février 2003, les Etats-Unis cherchent à isoler les Allemands et les Français. A la manoeuvre : le portugais Paulo Portas qui apostrophe le ministre allemand des Affaires étrangères, Joschka Fischer, dans les couloirs évoquant Münich, et les dangers du pacifisme "dangereux en 1938, dangereux dans les années 1980" et... Bruce Jackson qui explique doctement aux journalistes combien les Franco-Allemands sont isolés face aux 18 Etats qui ont signé pour une intervention en Irak (3).

Alors... l'abandon de l'Airbus A400M par l'équipe Barroso-Porta : une simple motivation budgétaire, personne n'y croit vraiment... Mais pour Airbus, l'annulation des commandes italienne et portugaise (19 avions) est un coup dur et, même une perte sèche qu'on peut chiffrer à un peu plus de 2 milliards d'euros ! (ce qui équivaut aux pertes actuelles !).

(1) Parmi les "nouveaux" : Chypre, Malte et la république Tchèque n'ont pas signé la lettre (le président Havel n'a en effet signé qu'à titre personnel, quelques jours avant son départ du gouvernement, la lettre des 10). La Suède, la Finlande, l'Autriche (entrés dans l'UE en 1995) sont plus catégoriques et pour la poursuite des inspections. Parmi les "anciens", l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, le Danemark sont pour le déclenchement de l'intervention US. On compte dans les deux camps des gouvernements socio-démocrates (Royaume-Uni), voire même ex-communistes (Pologne), et libéraux ou chrétiens-démocrates.

(2) Ancien agent du renseignement militaire (jusqu'à 1990), il fut aussi actif en Bosnie et Croatie durant la guerre civile. Il travailla pour Lehman Brothers. Puis il oeuvra ensuite pour l'intégation à l'OTAN des pays d'Europe de l'Est et des Balkans à la tête du « US Committee on NATO » jusqu’à 2002. Il convainca notamment la Pologne de s'équiper du F16. Il réitéra ce type d'action de lobbying politique avec le « Committee of the Liberation of Iraq », cercle néoconservateur qui milita pour l'intervention en Irak et fut notamment sinon l'inspirateur des lettres "des 8" et "des 10". Pour un aperçu plus complet du personnage. Sacré BPJ

(3) Lire "Allies at War" de Phillip H. Gordon et Jeremy Shapiro

(Photo : Commission européenne)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Marchés de défense - Industrie
commenter cet article

commentaires

João Braga 10/03/2009 22:01

Selon le Financial Times d'aujourd'hui, tout le programme Airbus militaire A400M risque d'être annulé avant même le premier vol d'essai. Alors, qui avait raison de douter de la viabilité du projet? Qui a le mieux défendu les intérêts des contribuables? Barroso a beaucoup de défauts mais son ministre de la Défense a eu bien raison...

Goffinet Hadrien-Laurent 10/03/2009 00:33

Une explication uniquement basé sur le rational choice et la préférence atlantiste ne me semble pas assez complète pour expliquer le retour en arrière du gouvernement portugais sur l'acquisition de l'A400M.En tout cas, elle n'explique pas à elle seule la diminution de commandes allemande ni l'annulation brittanique, ni l'attitude espagnole (pourtant engagé en Irak auprès des USA mais participant néanmoins activement au programme via la création de AMSL).Le portugal ne faisant par partie de l'OCCAR chargé de finaliser le contrat ( 27 mai 2003), il m'apparait peut-être un peu trompeur d'insinuer que l'impact pour airbus est énorme. (le cas italien etant lui plus significatif).Cependant la guerre en Irak (et c'est un fait connu) a surligné le manque de cohésion européen sur le plan politique. L'engagement au coté de la coalition a imposé des restictions budgétaires pour la défense de petits pays/armées comme le Portugal. ( voir : http://www.google.be/books?id=PbPXWBJ5eWAC&pg=PA507&dq=portugal+%2B+A400M&ei=0Ka1SdXHMJGOMs-8jN8B&hl=fr)

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.