Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:30
Le Japon enverra deux destroyers appartenant à la force maritime d'auto-défense pour l'opération anti-piraterie au large de la Somalie, dès le 14 mars, selon le plan dévoilé par le gouvernement dans la presse japonaise.

Protection des japonais avant tout. L'objectif de la mission est clairement défini, de façon nationale : escorter les navires marchands qui ont un lien avec le Japon, c'est-à-dire enregistrés au Japon ou avec des personnels ou matériels japonais à bord. La mission japonaise devrait bénéficier d'un appui de la base de Djibouti mais pourrait faire escale aussi à Aden, au Yémen, et Salalah, à Oman. (NB : Une mission conjointe du ministère de la défense japonais et de la marine, dirigée par le capitaine Takanobu Minami, était partie en février faire une tournée de reconnaissance et de négociation dans les pays voisins du Golfe d'Aden.)

Deux destroyers et un ravitailleur. Le Sazanami (DD 113) et le Samidare (DD 106 classe Murasame) - tous deux dotés d'un hélicoptère - quitteront leur base de Kure (dans la préfecture d'Hiroshima) le 14 mars et arriveront dans le Golfe d'Aden dans les deux ou trois semaines suivantes. Ils bénéficieront sur place de l'assistance du navire de ravitaillement"Towada" (AOE 422) déjà présent dans l'Océan indien, dans le cadre de la coalition anti-terroriste menée par les Américains (CTF-150). Ce qui suppose d'étendre la mission de ce navire. L'opération devrait comprendre 400 personnes. Huit officiers des gardes côtes seront aussi à bord.

Cadre juridique limité. Les forces japonaises seront engagées, provisoirement, sous couvert de dispositions de la police maritime des forces d'auto-défense, qui permettent d'agir face à la menace de pirates mais imposent de strictes limites d'action. Le temps que la loi en préparation soit applicable. Cette loi autorisera, en effet, les marins japonais à ouvrir le feu sur des bateaux pirates qui, après un coup de semonce, continuent d'attaquer les bateaux civils. Mais elle ne permettra pas le droit de poursuite (imposible de pourchasser un bateau pirate qui a quitté les lieux de l'attaque ni de l'arrêter). Elle limite également l'usage des armes à certaines circonstances comme la légitime défense et les évacuations d'urgence. Cette loi prévoit des peines pour les actes de piraterie, allant d'un emprisonnement pour trois ans jusqu'à la peine de mort.

(Photo : marine Française - mat du Towada lors d'une opération de ravitaillement avec le Jean de Vienne)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.