Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:02
Quand on écoute les responsables politiques européens vanter les mérites de l'hélicoptère — cette mule à tout faire de l'armée moderne, capable de se poser partout et d'effectuer toutes les missions possibles (arrestation en Somalie, évacuation sanitaire au Tchad, transport de troupes, combat, etc.) — et expliquer qu'il faut absolument renforcer les capacités opérationnelles européennes en la matière, on peut se dire que les mêmes vont mettre les moyens pour pallier à ce déficit.

Un beau et vrai projet d'intérêt général. Quand on voit que les Etats européens se mettent d'accord pour mettre sur pied un programme pour former les pilotes d'Europe de l'Est et upgrader leurs matériels de fabrication russe de type Mi (Mi 8 etc.), afin qu'ils soient opérationnels pour des missions extérieures, on se dit que c'est intéressant.
Autant utiliser les pilotes et les hélicoptères déjà disponibles pour les rendre plus opérationnels aux missions de stabilisation de paix ou d'interposition. Une formation des pilotes tchèque, hongrois, polonais au vol de montagne vient d'ailleurs de démarrer le 9 mars sur la base de Gap-Tallard (avant de partir pour l'Afghanistan). Quand on sait qu'il s'agit d'une initiative franco-britannique, réalisée en commun entre l'Otan et l'UE, on se prend à rêver et dire : enfin, un vrai projet commun d'intérêt général. 

Sans vraiment de moyens financiers. Mais quand on voit la réalité, c'est plus limité.
A Prague, lors de la réunion informelle des Ministres de la Défense, le directeur de l'Agence européenne de défense, très disert quand il s'agit d'expliquer le programme est, tout d'un coup, devenu silencieux quand des journalistes lui ont demandé le montant financier disponible. "Je n'ai pas les chiffres en tête" a-t-il expliqué. Silence très explicable. Le trust fund mis en place par les Français et Britanniques ne rassemble qu'environ 30-35 millions d'euros (25 millions selon certaines sources plus pessimistes). Quand on sait qu'au bas mot, la mise à jour d'un hélicoptère de type Mi (fabrication russe) pour voler dans des conditions d'opération extérieure classique coûte plusieurs millions d'euros (3-4 à 10-12 millions d'euros... par appareil, selon ce qu'on y met dedans), on a vite fait de faire le calcul. On pourra juste rendre opérationnels moins d'une dizaine d'appareils. Pas suffisant pour pallier aux manques actuels, criants, en matière d'opération militaire. Encore une fois, l'Europe a une excellente idée. Mais la réalisation peine, faute de moyens financiers. C'est-à-dire, concrètement, de volonté politique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.