Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 08:33
(paru dans Ouest-France, 13 mars 2009) Le Haut représentant pour la politique étrangère, Javier Solana, était mercredi soir l’invité de Ouest-France à Bruxelles pour le 19e séminaire de formation « Europe » du journal. La conversation a naturellement roulé sur la France et l'Otan et l'engagement en Afghanistan et le Darfour.

• Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la décision de réintégrer les commandements de l’OTAN. En quoi est-ce une avancée pour l’Europe ?
Javier Solana –Cela va créer un climat de confiance entre tous les Etats membres de l’UE comme de l’OTAN. Les doutes sur un possible « agenda caché » de la France seront effacés. Et il y a un autre élément, positif, côté américain. Un secrétaire d’Etat américain (Hillary Clinton) qui passe 3 jours à Bruxelles, pour rencontrer tous les interlocuteurs, c’est nouveau. Tout cela crée une autre ambiance pour agir au niveau international. En Afghanistan comme au Moyen-Orient, par exemple.

• En Afghanistan, l’Europe est engagée avec les Américains. Quel doit être notre objectif ? Ne faut-il pas une porte de sortie ?
J.S. - Notre objectif doit être réaliste : faire de l’Afghanistan un pays stable, capable de vivre avec les voisins, avec des éléments de démocratie suffisants. Il faut laisser les Afghans, ensuite, choisir la manière dont ils veulent vivre dans l’avenir. Pour cela, nous devons impliquer toute la région : le Pakistan et l’Inde bien sûr, la Russie, la Chine et l’Iran aussi. Nous nous retrouvons tous, à La Haye, fin mars, pour une première réunion. C’est important. Le moment où un seul pays pouvait régler les problèmes mondiaux est terminé. A problème global, solution globale.

• En rétorsion à son inculpation par la Cour pénale internationale, le président soudanais Bechir expulse les ONGs du Darfour. Quelle position a l’Europe ?
J.S. - Nous condamnons fermement l’expulsion des Ongs. Et nous soutenons le travail de la Cour pénale internationale. C’est le Premier chef d’Etat en exercice à être inculpé, on ne doit pas faire marche arrière. Mais il faut faire en sorte que les citoyens du Soudan ne souffrent pas. Il faut parvenir à rendre compatibles le droit et la politique. Ce n’est pas facile.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Défense UE (droit doctrine politique)
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.