Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 22:00
L'odysée de l'Arctic sea, ce bateau attaqué par les pirates en pleine mer baltique fin juillet, disparu sans laisser de traces pendant plusieurs jours, avant d'être retrouvé près du Cap Vert, avec à bord ce qui ressemble plus à une bande de pieds nickelés qu'à une équipe de "pirates" organisés", laisse rêveur. Et chacun y va de ses versions. Rassurez-vous. Je n'ai pas la version officielle ni même la version secrète. Mais quelques éléments d'information, et de réflexion

Quelques éléments de réflexion

1° La Commission européenne - que j'ai interrogée - persiste et signe et ne voit rien à changer à ses déclarations du mois d'août. Oui il y a bien une « seconde attaque au large du Portugal, après celle au large de la Suède ». Et il ne s'agit « pas d'un acte de piraterie classique », selon le porte-parole du commissaire au Transport (1). Pour être sûr, j'ai demandé à un expert européen, de me définir ce qu'est un "acte de piraterie classique". Et voici la la définition qu'il m'en a donnée, précisant que tous les éléments étaient aussi importants l'un que l'autre : « 1° un acte crapuleux, 2° pour s’emparer d’un navire et/ou cargaison ou personnel, 3° dans l'intention d'en tirer un avantage financier ». Même si elle se refuse à commenter l'enquête en cours, mené... par le parquet russe, cela contredit légèrement les déclarations russes actuelles.

2° Les deux versions livrées dans la presse qui circulent actuellement : l'une des Russes, avec une attaque de pirates aux motivations vaguement écologiques, l'autre avec l'intervention du Mossad pour arrêter une livraison de missiles Sam S 300 à l'Iran, ne sont pas très très convaincantes. Elles laissent davantage de questions posées qu'elles en résolvent. Qui était les membres de la première équipe ? Pourquoi les Suédois laissent faire ? Qui étaient les membres de la deuxième équipe ? Quand est arrivée à bord l'équipe de pieds nickelés à bord du navire ? Pourquoi la trace du navire a officiellement été coupée ? Pourquoi l'ordre de retrouver le navire a-t-il été donné avec autant de solennité ? Et autant de moyens russes mobilisés au grand jour ? Combien a-t-il fallu autant de temps pour vider le bateau de l'équipement "non officiel" qu'ils contenaient (s'il en contenait) ? Etc...

3° Tarmo Kouts, qui est à l'origine de l'information (sur le Mossad) et baptisé rapporteur de l'Union européenne sur la piraterie, est en fait surtout un député estonien, membre du parti "Pro Patria and Res Publica" et auteur (avec deux autres députés : Kurt Bodewig, Aristotelis Pavlidis) d'un rapport sur la piraterie à l'Union pour l'Europe Occidentale (UEO). Il est ancien chef d'Etat major des armées (jusqu'à août 2006, avec le grade de vice-amiral) et surtout ancien responsable des gardes-côtes d'Estonie, ce qui lui donne une certaine compétence. En revanche, il n'a été chargé d'aucune mission européenne. Propos confirmé de façon nette, tant du coté de la Commission européenne que de l'Union européenne.

(1) Les questions de piraterie maritime sont à la Commission européenne essentiellement de la compétence du Commissaire aux Transports. Un règlement du 31 mars 2004 sur la sûreté maritime prescrit en effet certaines mesures pour prévenir le terrorisme et la piraterie notamment.

Quelques réflexions sur d'autres faits qui semblent importants

- Une première équipe prend pied à bord du bateau. Reste 12 heures. "Parlant mal l'anglais". Puis disparaît. Sans que les autorités suédoises ni finlandaises (le bateau appartient à une société finlandaise et transporte du bois finlandais) réagissent. Si cette version est réelle, cela suppose que cette équipe appartient à un pays, sinon membre de la zone Otan, au moins allié.

- Le navire n'aurait jamais été perdu de vue par les autorités maritimes des différents pays européens, comme le montre l'information communiquée par la Commission européenne, fin août, mentionnant une attaque au large du Portugal. Une information puisée à bonne source, apparemment directement des services de surveillance maritime des pays concernés. La "disparition" du navire après le passage de la Manche et le signalement au Cross de Brest serait alors une "feinte". Mais pour échapper à qui ?

- Kalilingrad aurait été le port d'embarquement du matériel "de contrebande" (des armes Sam d'après les dernières informations communiquées à destination de l'Iran). Un embarquement réalisé par la mafia russe. En solo ? Cela paraît peu possible. Vu la configuration de Kalilingrad. Il paraît certain qu'au moins un des services de la sécurité russe est embarqué dans l'opération.

Là s'arrêtent les faits et commence le roman. Ou plutôt les romans. Comme j'aime aussi les romans d'espionnage ou policiers, voici quelques pistes pour des auteurs en mal d'imagination.

- 1ère piste : une divergence au sein de l'appareil russe de sécurité. Une partie des "services" soutient l'exportation des produits prohibés. Une autre cherche à la torpiller. D'où les deux abordages. Et la décision de Medvedev d'envoyer, de la façon la plus solennelle, les navires de guerre, sonne comme un message clair : vous vous heurterez à nous si vous continuez.

- 2e piste : le contrat avec l'Iran. La Russie est bien décidée à ne pas livrer les missiles Sam à l'Iran. Mais elle est plus ou moins liée par le contrat de fourniture. Ce qu'il faut c'est respecter le contrat. Mais ne pas livrer. L'empêchement doit être suffisamment public pour laisser supposer que le contrat a été respecté.

- 3e piste : l'intervention d'un service allié. La première attaque - au large de la Suède - est mené par un service allié (le Mossad... ou plutôt un autre). Il s'agit d'envoyer un avertissement net aux Russes qu'ils prennent l'affaire en charge : le bateau est sous surveillance. Nous savons ce qu'il transporte. Maintenant occupez-vous de l'affaire, et au plus haut sommet de l'Etat.

- 4e piste : l'intervention d'un service russe. La deuxième attaque, au large du Portugal, est menée par les services russes "loyalistes" avec pour charge de mener le bateau hors des grands circuits internationaux. Donnant suffisamment de temps aux navires et moyens aériens russes pour se "positionner".

Feuilleton à suivre... -:)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article

commentaires

Ilya Kanak 15/09/2009 13:04

Bonjour,En relation avec l'affaire de l'Arctic Sea, voici un autre scénario.L'Arctic Sea transportait une marchandise que le Mossad croyait avoir "acheté" en Russie.Une équipe du Mossad aborde l'Arctic Sea.L'OTAN au courant de l'opération du Mossad laisse l'Arctic Sea poursuivre sa route.Suivi par les services russes compétents, l'Arctic Sea est intercepté et libéré par la Marine russe.Benjamin Netanyahu va à Moscou pour prendre en compte la liste des conditions à remplir par Israël pour oublier cette opération.A noter que selon ce scénario, la DGSE a coopéré avec les services russes.S'il n'y avait pas eu le Mossad dans l'affaire, l'OTAN aurait intercepté le navire. Le matériel aurait été exhibé avec les discours russophobes traditionnels. Or dans cette affaire, l'OTAN se regarde les pieds et Benjamin Netanyahu se précipite à Moscou. Moscou qui s'est félicité de la coopération des services secrets français dans la lutte contre le terrorisme. Seulement dans cette lutte ?Cordialement,Ilya Kanak

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.