Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 21:30
(A Göteborg) A l'issue des premières discussions qui se sont déroulées durant une partie de l'après-midi à l'informelle des 27 ministres de la Défense de l'UE, à Göteborg, le Suédois Sten Tolgfors, qui présidait la réunion, paraissait moins sûr de lui qu'au début de la réunion sur l'utilisation plus flexible de la force de réaction rapide de l'UE (les battlegroups). « Certains sont pour augmenter la flexibilité. D'autres sont plus pour rester au système actuel. Je reconnais qu'il y a des difficultés. Mais il fallait entamer la discussion ».

Des réticences. Apparemment çà coince tout de même. Tout d'abord sur la flexibilité. Chacun peut entendre ce mot différemment. Pour le ministre de la défense polonais, Bogdan Klich, par exemple cela signifie plutôt pouvoir utiliser ces forces pour la défense territoriale. Pour d'autres, il s'agit d'une force d'anticipation des opérations en cours (avant la génération de force). Certains craignent aussi qu'à trop flexibiliser, les battlegroups soient davantage employés, donc coutent plus cher à tous. Et là vient une autre réticence : celle du financement. Une partie des coûts du battlegroup est, en effet, mise en commun. Chaque Etat pourrait donc être amené à contribuer à une opération qu'il ne désire pas et où il estime que cela ne peut pas être utile. Le risque est aussi opérationnel. Le danger, de puiser dans le battle group pour différentes missions, pourrait le "découdre". Et l'UE n'aurait plus avoir alors de force de réaction rapide. Le Ministre est bien conscient de ces réticences et toutes les questions qui se posent. Il l'avoue à mi-mot.

La discussion continue. « Nous avons juste voulu entamer la conversation - assure-t-il. « Nous voyons bien au fur et à mesure des discussions qu'il y a une série de questions auxquelles il faut répondre. Par exemple, si nous envoyons un battlegroup, que fait-on au bout de ces 4 mois (par exemple) de présence sur place. Par quoi et par qui le remplace-t-on ? ». Alors... « La discussion va continuer - c'était notre objectif : ouvrir la discussion ». Le sujet sera, à nouveau, débattu, à la réunion formelle du conseil jumbo des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, en novembre. « Et la présidence espagnole (au 1er semestre 2010) nous a confirmé qu'elle entendait poursuivre cette discussion ». Et le Ministre de justifier : « Nous ne voulons pas changer le système. Nous ne modifions pas le concept des Battle groups. Ce que nous prônons, c'est juste un peu plus de flexibilité, sur une base volontaire. Chacun sera libre d'utiliser ses flexibilités ou non. Mais il faut avancer » indique-t-il, se remémorant l'exemple du Tchad.

Le "traumatisme" suédois du Tchad.
« Lorsque l’UE a pris la décision de procéder à une intervention militaire rapide au Tchad (en 2007), il était difficile de rassembler les unités qui devaient y être envoyées. Alors qu’en même temps nous avions «  sous la main » deux groupements tactiques totalement prêts à intervenir.» a-t-il expliqué le Ministre. Dont le Nordic battlegroup, super-entraîné, et dans lequelle la Suède (comme les autres pays nordiques avaient beaucoup investi et misé). « Dans ce type de situation, une possibilité serait de pouvoir « emprunter » un groupement tactique ». En 2011, un nouveau nordic battlegroup sera opérationnel (lire ici). Et le Ministre ne veut pas que si les conditions soient vraiment réunies, il reste dans les casernes. « Il faut que je motive mes contribuables pour entretenir ces Battlegroup. Cela a couté un milliard de couronnes suédoises pour mettre en place ce battlegroup (100 millions d'euros) » assure-t-il. (Nb : en Suède, les socio-démocrates demandent des comptes au gouvernement sur cette emploi. D'où l'omniprésence dans le discours du Ministre à plusieurs reprises de cette notion d'utilisation des Battlegroups.

Lire aussi : L'idée suédoise de modulation des battlegroups

 

Les battlegroups: "un concept c'est bien, les utiliser c'est mieux" dit la présidence de l'ue

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Défense UE (droit doctrine politique)
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.