Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 23:40
La contribution européenne d'assistance à l'entraînement des forces de sécurité somaliennes de l'UE se précise.  Ce sera une opération militaire - à mandat non exécutif - menée par l'UE (et non pas une mission civile comme au Congo). Un document de travail a été présenté par le groupe politico-militaire et discuté lors du dernier Comité militaire de l'UE. Et l'objectif est que les Ministres des Affaires étrangères et de la Défense, réunis à Bruxelles les 16 et 17 novembre prochain, approuvent non pas l'action commune (cela paraît un peu rapide), mais au moins le principe stratégique.

Première phase : 2000 soldats. L'objectif est de former « rapidement environ 2000 soldats », a précisé à la presse le général Bentegeat,
après sa dernière intervention au comité militaire de l'UE. « Un chiffre qui n'est pas sorti de notre chapeau mais a été demandé par les Nations-Unies ». Si la plupart des pays se montrent désormais volontaristes, et certains points déjà résolus, trois grandes questions se posent ainsi

1ère question : où former les soldats ? Trois endroits ont été évoqués : Djibouti, Ouganda, Kenya.
Mais l'endroit exact « reste à définir ». Chacun a des avantages et inconvénients. A Djibouti comme au Kenya, il est plus facile de trouver des personnes parlant le Somali. Mais cela est plus délicat au plan géopolitique (avec un risque de déstabilisation de ces pays, surtout à Djibouti). A Kampala (Ouganda), l'avantage est d'avoir une base plus sûre, où sont aussi formés les soldats de l'Amisom.

2e question : comment seront-ils réintégrés ? La réintégration et le paiement des salaires notamment posent question aux militaires. « Comment ces soldats seront-ils réintégrés ? Et surtout, comment seront-ils fidélisés ? Il faut éviter de former des gens qui vont ensuite se retourner contre le gouvernement somalien » explique, en effet, le général Bentegeat.

3e question : comment les payer et qui les paiera ? Plusieurs options pour financer les salaires ont été évoqués. « Des moyens à la fois internes et externes ». On sait que le budget européen ne peut permettre de financer ces salaires : « il n'est pas question pour la Commission d'assurer le paiement de soldats nationaux », affirme un de ses responsables. La même impossibilité existe du coté de l'Union africaine, au moins directement. Il est aussi difficile de fournir l'argent directement au gouvernement somalien, avec le risque d'évaporation et « de ne pas voir finalement les soldats payés, et surtout l'impossibilité d'assurer un contrôle » explique un expert du dossier. Le financement est une chose, le contrôle de la destination en est une autre.
La mise en place d'un "trust fund" alimenté par plusieurs pays, sous contrôle de l'Union africaine, assisté par l'Union européenne, pourrait ainsi être une hypothèse de travail.

L'UE ne sera pas seule. « Le leadership de l'opération restera (d'ailleurs) sous couvert des Nations-Unies ». Ce qui semble signifier qu'il faudra obtenir une résolution du Conseil de sécurité. Les résolutions existantes ne permettant pas de couvrir cette activité. L'UE ne sera pas toute seule :
« D'autres organisations (l'Union africaine particulièrement) et d'autres pays (Etats-Unis notamment mais la Russie aussi est intéressée) seront associés » a précisé le général Bentegeat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique Est - Somalie Ouganda
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.