Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 07:50

DelegationCE.gifAu moment où on parle d'une approche globale de l'UE et de la fusion des délégations de l'UE et de la Commission européenne, à Genève, un mouvement inverse d'amorce à Genève. La Commission européenne a proposé, en effet, le 26 mai dernier, de "spliter" sa délégation. Ce pour d'excellentes raisons

La délégation de l'UE à Genève a deux fonctions essentielles : assurer la représentation et la défense des intérêts de la Commission européenne auprès des Nations-Unies comme de l'OMC. Avec l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, la délégation de l'UE va devoir assurer le rôle qui était - jusqu'à présent - tenu par les présidences tournantes de l'UE. Le chef de délégation, notamment, aura "une charge de travail beaucoup plus lourde" ; il devra ainsi "être physiquement présent aux différentes réunions de coordination de l'UE au niveau du chef de délégation".

Il ne pourra ainsi plus assurer le rôle de chef de délégation pour l'OMC. Et n'avoir qu'un chef de délégation adjoint pour la matière "OMC" n'est pas pensable, selon la Commission. « Il est essentiel - explique-t-on à la Commission - que l'ambassadeur de l'UE auprès de l'OMC reste du niveau le plus élevé et conserve un rang équivalent à ses homologues car il doit entretenir des relations satisfaisantes et fructueuses avec les pays tiers accrédités auprès de l'OMC et le directeur général de l'organisation, et assurer une coordination quotidienne efficace avec les Etats membres de l'Union. » 

Car « l'Union a une compétence exclusive dans le domaine du commerce extérieur ». La Commission ayant un rôle « d'unique négociateur pour l'UE, ainsi que le poids de l'Union, plus important bloc commercial du monde, la délégation a d'importantes responsabilités dans le contexte des négociations de l'OMC ». Et le processus de l'OMC est essentiellement fondé sur les ambassadeurs ; les négociations ne réunissent parfois qu'un nombre limité de chefs de mission présents à Genève dont le chef de délégation de l'UE mais pas les Etats membres ». Bref il faut non pas une délégation de l'UE mais deux : une dévolue à l'OMC et géree par la Commission européenne, l'autre consacrée aux autres questions diplomatiques et gérée par le nouveau Service diplomatique de l'UE - qui intégrera le bureau de liaison du Secrétariat général du Conseil.

Bien entendu cette petite opération ne se fait pas, tout à fait, à budget constant. Le passage de chef adjoint à chef de délégation (AD 13 à AD14/AD15 pour les connaisseurs) conduit à une augmentation de salaire notable : + 5.000 euros par mois. Pas négligeable ! Sans compter la voiture officielle (30.000 euros à l'achat), la résidence (différence de 29.200 pour 2010) et le mobilier de la résidence (43.000 euros). Bref la bagatelle en coût annuel revient à 183.000 euros (une fois les investissements faits). « Le surcoût reste limité » affirme la Commission. Car les services administratifs et de soutien resteront partagés entre la mission. Ouf ! on respire.

NB : Précisons d'un point de vue formel que cette proposition a été faite par la Commission européenne seule et non par la Haute représentante. Ce qui est assez singulier dans le cadre de la nouvelle organisation des délégations du SEAE !

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans HautReprésentant-ServiceDiplomatique
commenter cet article

commentaires

giraud jg 11/06/2010 08:38



Nul doute que votre article soit prestement repris par "Open Europe" dont il imite admirablement le style . Vous nous aviez habitués à plus de hauteur de vue . La décision de la Commission est
parfaitement logique et justifiée . Ses conséquences matérielles sont inévitables . Leur mise en exergue - un peu populiste - ne fait guère avancer le "shclimblick" ...JGGIRAUD / Les Amis du
Traité de Lisbonne .



Nicolas Gros-Verheyde 11/06/2010 09:18



Merci de vos commentaires. Ils témoignent sans aucun doute d'une intention louable. Mais je ne le partage.


On peut être pro européen et ne pas partager tous les faits et gestes de la Commission. Je ne suis pas journaliste pour cela. Et j'utilise cette liberté.


Cette décision est, pour moi, "suspecte" à un point de vue. Elle a été prise sans communication à la presse, alors que la Commission ne manque pas d'alerter les journalistes sur ces faits et
gestes (parfois les plus inintéressants).


Elle est quand meme assez extraordinaire au moment où on cherche à avoir une politique étrangère qui englobe tous les instruments. Va t on suivre le meme processus dans toutes les organisations
internationales où la Commission a une compétence exclusive ? Je ne crois pas que c'était l'esprit du Traité de Lisbonne... 


Quant à la "pichenette" salariale, elle est tout de meme assez extraordinaire en ces temps de restriction budgétaire. Il y a peut etre d'uatres urgences qu'ouvrir une 2e délégation à Genève,
alors que l'UE n'a toujours pas de délégation dans certains pays stratégiques : Iran notamment et, en général, toute la pénisule arabique.


NB : Tout ce qui est mentionné dans cet article a été écrit noir sur blanc dans un document de la Commission que je tiens à votre disposition.



Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.