Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 21:40
SherlockHolmesCongo-US100218.jpgSi certains Européens considèrent que la défense européenne, c'est "peanuts", cela ne semble pas être le cas de tout le monde. La semaine dernière, deux responsables d'Africom, le commandement militaire américain en Afrique, étaient en visite à Bruxelles. L'Ambassadeur Holmes, adjoint au commandant d'Africom pour les activités civilo-militaires et le Major General Sherlock, directeur de la stratégie, des plans et des programmes. Objectif : parfaire leur connaissance de l'UE, examiner les collaborations qui peuvent s'esquisser entre Américains et Européens, sur la gestion civile de crise en particulier.

L'expérience civilo-militaire de l'UE intéresse. Les Américains sont effectivement particulièrement intéressés par l'expérience civilo-militaire des Européens, surtout pour la réforme du secteur de la sécurité (SSR). Comme l'explique à la presse l'ambassadeur Holmes : « Nous sommes à l'Africom, des militaires, dans un système américain où nous avons des contraintes juridiques. Nous pouvons gérer l'aspect de la défense mais ne sommes pas autorisés, par exemple, à entraîner la police. Nous voulons voir comme dans la perspective européenne, nous pouvons travailler ensemble, en complément l'un de l'autre. »

Les américains ont fait le tour du propriétaire. Au menu, selon mes informations, un tour à la CMPD - la nouvelle direction civilo-militaire de gestion de crises. Un entretien destiné à comprendre le fonctionnement des instances européennes. « Expliquez-nous le Traité de Lisbonne » ont dit en substance les Sherlock Holmes américains à leur interlocutrice, Claude-France Arnould. Un entretien plus pratique s'en est suivi, destiné faire le tour des collaborations possibles avec l'UE, notamment au Congo (qui intéresse beaucoup les Américains) ou en Guinée-Bissau. La surveillance maritime les a également beaucoup intéressés. Les Américains n'ont pas oublié, non plus, de rencontrer quelques responsables de la DG Développement, pour parler un peu plus stratégie et programme de développement.

En Somalie. Par ailleurs, les discussions vont bon train entre Européens et Américains sur l'opération de formation des militaires somaliens en Ouganda (EUTM), qui pourrait devenir la première démonstration de cette nouvelle entente (1). « Il y a beaucoup de domaines où nous regardons comment nos intérêts peuvent se combiner, et comment contribuer les uns aux autres. (...) Il est donc important pour nous d'écouter les priorités de l'Union européenne. » a précisé l'ambassadeur Holmes. Par exemple « la formation des sous-officiers ou la lutte contre les IED. Nombre de soldats du GFT sont tués par des IED. Avec l'Irak ou l'Afghanistan, les Etats-Unis, mais pas seulement eux, les Britanniques également, avons beaucoup d'expérience dans ce domaine, et nous pouvons entraîner les forces du GFT comme de l'Amisom pour neutraliser cette menace. » Concrètement, du coté européen, on estime que les Américains pourraient participer également à l'équipement des forces somaliennes.
  • NB : les Etats-Unis fournissent déjà un soutien aux troupes de l'AMISOM (Ouganda, Burundi) tant du coté de la formation, de l'équipement et du support logistique (transport également). Elles bénéficient également du programme d'équipement en armes (Foreign Military Sales ou FMS) : véhicules, équipement de protection personnel et uniformes.
L'Africom. Créé en 2007, formalisé en 2008, le commandement américain pour l'Afrique (basé à Stuttgart...) se veut le témoignage d'une meilleure coordination et intensification de la coopération militaire en Afrique. Africom est très impliqué dans les zones post-conflit, dans les pays du Sahel, au Liberia, en Guinée (sous le parapluie de l'ONU). « Et cela ne m'étonnerait pas que nous allions au Niger pour accompagner la transition vers la démocratie » explique l'ambassadeur Holmes. Les Américains sont également très présents en RDC Congo. Africom vient d'entamer (il y a deux semaines) la formation d'un bataillon des FARDC à l'extérieur de Kisangani. « Une formation destinée non seulement à acquérir les connaissances militaires de base » selon le Maj. Gén Sherlock « mais aussi à être un centre d'excellence dans les FARDC. Les soldats recevront ainsi une formation sur l'Etat de droit, et sur les questions de violence sexuelles. Ce que nous essayons de faire, c'est de fournir un bataillon qui pourra servir d'exemple pour les autres unités et les efforts futurs d'entraînement des FARDC ».

(1) Les Américains sont certes déjà intégrés à la mission "Etat de droit" (Eulex) au Kosovo. 83 hommes et femmes, policiers. Mais il s'agit, là, d'une intégration assez classique d'un Etat tiers dans une mission européenne, déjà cadrée, sous commandement européen.

(crédit photo : Africom - le général Sherlock et l'ambassadeur Holmes lors du lancement de la formation des soldats de la FARDC à Kisangani, mi-février)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Défense UE (droit doctrine politique)
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.