Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 08:09

La programmation de la mission militaire de l'UE contribuant à la formation des forces de sécurité somalis (selon le nom officiel : "EU Military Mission to contribute to the training of Somali Security Forces") évolue lentement. Cela fait maintenant plus de six mois qu’on en discute au sein des groupes du travail ou du Comité politique et de
sécurité (COPS). Le premier document mis en circulation date de début juillet ! Mais aucune décision définitive n’a toujours été prise. Les Européens peaufinent leurs plans ! Mais hésitent encore à s'engager dans une mission de nature bien différente...

Une décision en janvier ?

Une option stratégique a été adoptée au conseil des ministres de la Défense de novembre dernier, avec l’adoption d’un concept de gestion de crise (1). Et plusieurs MSO (options stratégiques militaires) ont été successivement discutées pour aiguiller le travail des militaires et planificateurs (2).L'Espagne a accepté le rôle de Nation-Cadre (3) et un planificateur a été désigné. Mais le lancement officiel tarde.

Pour un proche de Catherine Ashton, la Haute représentante de l'UE à la politique étrangère, il n'y a pas d'ambiguité :  "Le changement institutionnel a sans doute légèrement retardé la prise de décisions. Mais, très prochainement, une décision pourrait être prise". Peut-être dès le Conseil de janvier (le premier qui sera présidé dans le format "Traité de Lisbonne" par la Haute représentante), voire celui de février, selon certains avis, en tout cas avant le délai de mai 2010 avancé par certains diplomates d'Etats membres. Le COPS se réunit, vendredi, et a sur sa table ce dossier pour "déblayer" les derniers points difficiles. Et le groupe des diplomates peaufine un projet de décision du Conseil. La discussion est de plusieurs natures d'après le témoignage d'un expert du dossier.

Les questions qui restent en discussion

Une discussion est d'ordre politique : Faut-il ou non que les Européens s'engagent dans cette région du monde ? Faut-il une nouvelle mission PESD ? Ne faut-il pas laisser plutôt la place à des actions bilatérales ? Dans cette discussion, on retrouve celui que j'appelle "l'hésitant historique" - le Royaume-Uni (4) -, mais aussi les Pays-Bas. Mais d'après un membre du COPS, si ces hésitations existent encore, d'autres problèmes plus "techniques" sont aussi évoqués. Une autre façon d'évoquer des réticences politiques diront les pessimistes, le signe que la plupart des Européens sont entrés dans la discussion concrète, diront les optimistes. Il est aussi un fait qui ne peut être laissé de coté : l'engagement américain et britannique au Yémen principalement et en faveur de l'Amisom, également, Les questions "techniques" sont diverses. On peut les résumer à trois essentiellement :

1° Comment s’assurer que les militaires somaliens, ainsi formés, ne vont pas ensuite retourner leurs armes ? Question d’autant plus cruciale à la lumière des
derniers attentats en Somalie (lire aussi :
Redoutable découverte des Ougandais: deux rebelles somalis avaient été formés par eux).

2° Comment payer et équiper les militaires ainsi formés ? Question délicate alors qu’officiellement l’UE ne finance pas ce type de prestations. La solution pourrait passer par l’Union africaine et une collaboration avec les Etats-Unis (notamment pour les armes) pourrait s’esquisser.

3° Comment assurer un accompagnement médical ? La situation en Ouganda ne paraît pas suffisante en matière médicale. Et il pourrait être nécessaire d’avoir une structure type Rôle 2 sur place.

Le contenu de la formation : des modules plutôt qu'une formation de base

Certaines questions ont été résolues, notamment le lieu (l'Ouganda) et le contenu de la formation : plutôt qu'une formation de base (comme les Français l’ont assuré à Djibouti en 2009) et comme l’assurent déjà les Ougandais, les Européens proposeraient d'assurer la tenue de modules spécifiques comme sur l’encadrement, sur certaines procédures (arrestations ou appréhensions de suspects, etc.). Ce qui a plusieurs avantages : ménager l'Union africaine, nécessiter moins d'hommes, "avoir une réelle valeur ajoutée" plus en phase avec la tradition européenne. résoudre une question politique (qui heurte certains pays, former des militaires au combat n'est pas vraiment une mission traditionnelle de l'UE davantage orientée vers l'Etat de droit ou le peacekeaping). En matière d'effectif, il ne semble pas vraiment avoir de problèmes : les Etats ayant déjà annoncé leur participation chiffrée (Espagne, France, Hongrie, Slovénie...) assurant déjà l'effectif suffisant pour démarrer la mission.

Nom de code de l'opération : Eutra

Last but not least : le nom de code de l'opération : ce serait "Eutra" (comme EU Training).

Lire également :

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique Est - Somalie Ouganda
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.