Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 07:31

Suite de notre entretien avec Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, consacré au service européen d'action extérieure

"Le combat d'arrière-garde que se livrent le Parlement européen et la Commission européenne doit cesser"

• Dernier point, la négociation du nouveau service européen d’action extérieur semble s’enliser ?

Effectivement. Je suis inquiet. Le Parlement (européen) se livre actuellement à un combat d'arrière-garde avec la Commission qui retarde tout. Mais soyons sérieux ! La politique étrangère, ce sont les nations, avant tout. Ce ne sont pas les commissaires européens ni le Parlement européen qui vont décider d'aller faire tuer des soldats. Si le service extérieur doit être pris en otage par des gens comme çà ; cela pose problème. Dans nos capitales, nous nous sommes battus pour imposer un service européen contre nos "quais" respectifs ? Cela ne donne pas une bonne image de l’Europe. On doit avancer maintenant, rapidement, et cesser ces querelles de chapelle incompréhensibles.

"le SEAE ne doit pas devenir un 28e service diplomatique"

• Comment ce service ne fera pas doublon avec nos diplomaties ?

Ce Service doit apporter une valeur ajoutée, rajouter de la puissance dans le monde. Il ne doit surtout pas devenir un 28e service diplomatique qui va rajouter des problèmes et ajouter à la confusion institutionnelle.

"Cathy doit être une vraie chef d'équipe"

• Cathy Ashton vous paraît-elle taillée pour le job ?

Elle fait un formidable travail. C'est d’ailleurs actuellement le job le plus passionnant de l'Union. Pour moi sa tâche est multiple. Elle doit coordonner et mettre ensemble tout le monde, créer un service à partir de rien et arriver à un corps commun. Cela suppose un changement de culture pour les fonctionnaires de la Commission qui vont intégrer le Service ; ils servent l'Union, pas la Commission. Elle doit favoriser une position commune entre les Etats concernés. La "dame" doit aussi coordonner l'action des 5-6 commissaires européens qui ont une action extérieure (développement, énergie, commerce, voisinage). Un vrai travail de chef d'équipe. Mais c'est important. Nous devons changer notre mode de fonctionnement. Par exemple, nous avons 53 accords différents avec la Chine, et 120 accords avec la Suisse. Est-ce bien sérieux pour peser dans une négociation...

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans HautReprésentant-ServiceDiplomatique
commenter cet article

commentaires

Clairet 08/06/2010 10:53



Monsieur Lellouche est un intergouvernementaliste,...C'est pour cela qu'il considère comme "d'arrière-garde" (je le cite) les demandes du Parlement européen(PE):


-de garder, voire de développer, un contrôle démocratique au niveau européen (donc de la part du PE), sur la Politique extérieure de l'UE;


-d'exercer un contrôle démocratique sur le budget de cette Politique, "dans toites ses composantes";


-d'assurer que la mise en cohérence de l'action extérieure ne se traduise pas par la dé-communitarisation de ses dimensions les plus intégrées-communautaires-solidaires ,comme la politique de
Développement;


-de veiller à ce que le SEAE ne soit pas "qu'un prolongement/une annexe des 27 Ministères des Affaires étrangères nationaux", ce que les demandes de certains Etats concernant "des postes et les
Zones d'influence qui vont avoir" ont largement laissé entendre"...


En qualifiant "d'arrière-garde" ces demandes ,M. Lellouche montre qu'il n'est ni un Européen de vision et de conviction, ni , par anti-"parlementarisme européen", un démocrate. A titre d'exemple,
comment faire face collectivement et de façon durable  à la montée en puissance des nations émergentes, en gardant cette logique d'impuissance puisque l'intergouvernementalisme n'est
porteur que de solidarité aléatoire et non de solidarité structurelle et pérenne... Mais depuis 1870,  certaines élites politico-militaires françaises ont toujours vu le monde avec 50
ans de retard 


Pourtant, en bon atlantiste, M.Lellouche devrait prendre en compte les demandes croissantes des Etats-unis d'une Europe forte car solidaire dans l'action (ce que l'intergouvernementalisme ne
permet pas de façon structurelle et pérenne)... mais peyt-être son atlantisme se réfère-t-il à d'autres Etats-Unis que ceux du Président Obama?



Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.