Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 23:40
Image-18.pngLes ministres de la Justice pourraient avoir, dès jeudi 25, un premier débat sur l'adhésion à la Convention européenne des Droits de l'homme. Si le principe, inscrit dans le Traité de Lisbonne (article 6 § 2 TUE), paraît a priori assez simple, il recèle aussi de nombreuses questions, plutôt délicates politiquement ou juridiquement. Autrement dit, les divergences sont au coin du bois...

Une obligation.
L'adhésion à la CEDH n'est pas seulement une possibilité, c'est une obligation. A accomplir de façon prioritaire. Le programme de Stockholm adopté en 2009, prévoit ainsi que l'UE doit adhérer "rapidement" à la CEDH. Les présidences l'ont bien compris. Le travail a ainsi été entamé dès la présidence... suédoise. Plusieurs réunions se sont tenues, dès le mois de décembre 2009 au niveau des experts JAI des Etats membres. Un membre de la Cour de Justice de l'UE a ensuite été associé aux travaux. Quant à la présidence espagnole, elle s'est fixée comme objectif que les directives de négociation soient approuvées avant la fin du semestre. Un séminaire s'est tenu à Madrid, début février 2010, réunissant la plupart des acteurs concernés, y compris l'Agence des droits fondamentaux. On attend maintenant une proposition de recommandation de la Commission — celle-ci a été invitée "à présenter de toute urgence une proposition sur l'adhésion" — et il faudra aussi que les Etats membres s'entendent sur un certain nombre de questions.

Parmi les questions délicates :
• Quelle sera le champ  de l'adhésion de l'UE ? Outre la convention proprement dite, à quels protocoles additionnels l'UE adhérera-t-elle ? (la possibilité de recours individuels, par exemple ?) ;
• Comment seront garantis
le monopole de la Cour de justice de l'UE en matière d'interprétation du droit de l'Union, la non-affectation des compétences de l'Union, la situation particulière des États membres à l'égard de la CEDH ? ;
• Faut-il concevoir un mécanisme de "co-défendeur", permettant, dans certains cas, que "l'UE et l'État membre concerné puissent être parties dans toute procédure devant la CEDH" ? (on a vu que l'Allemagne a déjà exprimé vertement son opposition à ce dispositif, lire ici) ;
• L'UE sera-t-elle représentée, et comment, au sein des instances du Conseil de l'Europe qui exercent des fonctions liées à la CEDH, par exemple l'Assemblée parlementaire (compétente pour la nomination de juges) ou le Comité des ministres (pour la surveillance de l'exécution des arrêts) ?
• Quelles seront les relations entre la Cour de justice de l'Union européenne et la Cour européenne des droits de l'homme ?

Certaines questions sont plus institutionnelles et internes à l'UE:
• Qui sera le négociateur ou le chef de l'équipe de négociation de l'UE ?
• Quel sera le rôle du Parlement ? On l'a vu dans l'affaire Swift, le rôle du Parlement n'est pas négligeable. Il faut déterminer quel sera son rôle "au cours des discussions préliminaires" comme "pendant les négociations avec le Conseil de l'Europe"
Pour rappel, selon l'article 218 § 10 du TFUE,
"le Parlement européen est immédiatement et pleinement informé à toutes les étapes de la procédure".

(crédit photo : Cour européenne des Droits de l'homme)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Europe pouvoir - Traité de Lisbonne
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.