Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 22:00
Je reviens de l'Océan indien où j'ai pu participé à une tournée des "popotes" du ministre français de la Défense, Hervé Morin, qui l'a mené de la Réunion - avec visite aux Fazsoi, les forces armées du sud de la zone de l'Océan indien, et célébration du Service militaire adapté - à Mayotte  - sur le rôle de l'action de l'Etat en mer avec la lutte contre l'immigration clandestine des Comoriens - pour finir par les Seychelles - avec entretien avec les ministres somaliens et démonstration de force des équipes de protection embarquées qui assurent la protection des thoniers français (lire aussi Le Drennec et le Glénan reprennent la mer). Une visite très intéressante à plus d'un point de vue au point de vue journalistique. Pour le Ministre, cela permettrait aussi de répondre aux questions "chaudes" du moment (lire l'argent en Afghanistan), d'assurer à la fois sa communication (de nombreux journalistes étaient des journalistes "image") et de mobiliser son parti "Nouveau centre" qui entend rester le pôle "centre" de la majorité présidentielle (il s'agit de tailler des croupières au Modem aux prochaines Régionales). A La Réunion comme à Mayotte, le programme du Ministre comportait ainsi des rencontres avec les militants locaux.

Un Airbus à la peine entretenu par les Belges
.
La tournée a pris un peu plus de temps que prévu. Le bon vieux Airbus A310 a eu, en effet, bien toutes les peines du monde à nous ramener. Un oiseau ramassé au passage à l'atterrissage à Djibouti (escale pour le fuel) a obligé à faire une halte plus longue que prévue et un peu inorganisée dans la capitale du petit Etat de la corne de l'Afrique (lire plus loin). Le temps de se livrer à une introspection au scanner - prêté par la base aérienne des Mirages - pour vérifier que tout était en ordre et rien d'abimer. Et de repartir au petit matin vers la Réunion. Là, un mécano de la base s'est livré à une réparation maison filetant une pièce. Las ! L'avion officiel avait une panne plus sérieuse : un des alternateurs. C'était plus sérieux ! Et l'Airbus ne pouvait reprendre l'air pour une longue distance (réglementation de sécurité aérienne oblige). Il fallait donc rapatrier une pièce de Paris. Et le mécanicien - un belge de la société Sabena Technics (les avions militaires étant entretenus par cette société) - passa une bonne partie de son séjour aux Seychelles à l'installer.

La prise d'assaut du Kempinski... A Djibouti, la question, se posait de savoir où dormir. La salle d'accueil publique de l'aéroport est plutôt rustique (chaises en plastique et c'est tout) et fermée la nuit. Il ne pouvait être question d'y rester. La seule solution était de passer dans un hotel. Mais le seul disponible était le Kempinski Hotel ... Avec ses chambres à 360 euros (après négociation !), il n'était pourtant pas question pour la plupart des journalistes de faire comme les membres de la délégation - prendre une chambre pour quelques heures. La solution consistait donc à squatter très discrètement les transat de la piscine... Malheureusement un groupe de journalistes fut-il petit, ne passe pas inaperçu dans un hotel de cet ordre... Et  l'ordre de repli a donc été donné par l'officier de presse. Heureusement, l'aéroport de Djibouti a également un "salon VIP" qui nous a été ouvert, où nous avons pu nous étendre mollement sur les canapés en skai colorés, jaune, bleu, vert. Les officiers djiboutiens n'étaient pas dupes de notre statut "pas très délégation" mais nous ont laissé faire. Avec ambiance bon enfant des dortoirs d'étudiants et extension collective des lumières. Finalement, à peine trois heures de sommeil plus tard, l'ordre est arrivé "debout l'avion est réparé", la lumière crue (néons) s'est rallumée brutalement. En quelques minutes, les journalistes d'ordinaire peu disciplinés, se sont levé, ont rangé paquetages, récupéré leurs passeports. Devant les yeux ébahis de l'officier de presse qui n'a jamais vu une telle "discipline" des journalistes "en opération" heureux de retrouver la chaude torpeur de l'A310 qui était devenu leur "seconde maison". Inutile cependant de préciser qu'à l'arrivée à la Réunion, vers 10 heures locales, nous étions déjà un peu les yeux dans les choux.

Plus sérieusement... quelques papiers vont suivre sur le dispositif anti-pirates aux Seychelles (français, espagnol et luxembourgeois), et des pirates de plus en plus organisés, l
a surveillance maritime à Mayotte et la lutte anti-immigration qui ressemble à un verre sans fond...

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.