Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 01:20

Le planning d'astreinte de la force légère de réaction rapide de l'UE - les battle groupes 1500 personnes minimum pour chaque battle group - vient d'être réactualisé à l'approche du conseil des ministres de la défense du 18 mai. En voici la teneur... (NB : le premier pays est la nation-cadre du Battle group

1er semestre 2009
2009-1 : Italie, Espagne (force amphibie italo-espagnole), Portugal, Grèce (OHQ = Rome - Italie)
2009-1 : Grèce, Bulgarie, Chypre, Roumanie = Helbroc (OHQ = Larissa - Grèce)

2e semestre 2009
2009-2 : République tchèque, Slovaquie (OHQ : Potsdam – Allemagne)
2009-2 : Belgique, France, Luxembourg (OHQ = Mont Valérien - France)

1er semestre 2010
2010-1 : Pologne, Allemagne, Lettonie, Lituanie, Slovaquie (OHQ = Allemagne)
2010-1 : Royaume-Uni, Pays-Bas (OHQ = Royaume-Uni - Northwood)

2e semestre 2010
2010-2 : Italie, Roumanie + Turquie (OHQ = Italie)
2010-2 : Espagne, France, Portugal

1er semestre 2011
2011-1 : Pays-Bas, Allemagne, Finlande, Autriche, Lituanie (OHQ = Allemagne)
2011-1: Suède, Finlande, Estonie, Irlande + Norvège = Nordic battlegroup

2e semestre 2011
2011-2 : Grèce, Bulgarie, Chypre, Roumanie = Helbroc
2011-2 : France ou Portugal, Espagne, France, Italie

1er semestre 2012
2012-1 : xxx
2012-1 : xxx

2e semestre 2012
2012-2 : Italie, Slovénie, Hongrie
2012-2 :  Allemagne, Autriche, République tchèque + Croatie et Fyrom (OHQ : Allemagne)

1er semestre 2013
2013-1 :  Pologne, Allemagne, France
2013-1 : xxx

2e semestre 2013
2013-2 : Royaume-Uni, Suède
2013-2 :  Belgique (à confirmer)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans La PeSDC: comment çà marche
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 00:54

Selon mes calculs, l'opération Eunavfor obtient le meilleur "score" de traduction des pirates devant les tribunaux. Avec la livraison prochaine de 14 pirates par la marine espagnole, ce taux devrait avoisiner même les 84% (*). Lire le bilan anti-piraterie, actualisé régulièrement.

(*) Taux de traduction en justice (nombre de pirates remis à la justice sur le nombre d'arrestations)
• EUNAVFOR : 84%.
• CTF 150 et 151 : 44%.
• Opération Nationale : 69%
• OTAN : 18% (taux revu à la baisse, une opération non décomptée)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 23:07
Quelques jours "off" dans la city feront que ce blog sera un peu moins alimenté régulièrement que d'habitude.

A tres bientot
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 22:44
Selon un rapport militaire qu'a pu consulté notre collègue espagnol de Cadena Ser, les pirates ne choisiraient pas leurs cibles tout à fait au hasard mais seraient parfaitement renseignés, ayant accès aux détails du trafic maritime mondial. Un rapport militaire rédigé par les Européens d'Atalanta le démontre. Des "personnes bien placées" à Londres les informeraient sur les bateaux, leurs itinéraires et leur cargaison. "Des informations fournies volontairement par les navires transitant par la région pour les différents organismes internationaux arrivent (ainsi) aux mains des pirates". Cette "intelligence de la piraterie" aurait permis la tentative d'attaque sur un thonier basque, le 13 mars dernier, le Felipe Ruano mais aussi l'arraisonnement du cargo grec "Titan" ou du navire marchand turc "Karagöl". Autre élément du rapport : le fait que les pirates évitent certains pavillons notamment le pavillon britannique. On peut cependant avoir un certain doute sur ce dernier point - Cf. l'exemple de l'Ariana, bateau battant pavillon maltais mais avec un armateur britannique -. On peut aussi se poser la question : comment ce rapport arrive aujourd'hui à la presse et quel intérêt sert-il au moment où les Britanniques semblent mener un double jeu : mener Atalanta en lui prêtant l'OHQ de Northwood, mais en même temps limiter son action - en ne mettant aucun navire à disposition, en changeant son chef et son responsable de communication en cours de mission, en faisant le minimum d'information à la presse... Tout en continuant à promouvoir un rôle pour l'OTAN dans la lutte anti-piraterie... Bizarre, bizarre...

Summary : According to a military report, the Spanish radio station « Cadena Ser » has revealed today that the pirates are well informed. They don’t choose their targets randomly. They receive accurate informations directly from London. It is possible that there are some well-placed people, who could inform pirates about ships itineries and cargoes.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 19:00
L'hypothèse d'une extension de l'opération EUNAVFOR aux Seychelles se formalise. Les ambassadeurs du Comité politique et de sécurité (COPS) de l'Union européenne ont avalisé, ce vendredi 8 mai, un cadre de coopération avec les Seychelles. Il ne s'agit pas encore d'un agrément de livraison des pirates, plus complexe à négocier - car il doit s'accompagner d'un volet juridique et financier - les Seychelles n'ont pas en effet une structure juridictionnelle et pénitentiaire aussi développée pour juger et emprisonner tous les pirates pris à proximité de ces côtes. Selon les autorités des Seychelles, 23 pirates sont en instance de jugement. Cet accord pose, notamment, les bases de la coopération, de l'entrée dans les eaux territoriales ou de l'implantation de personnel.

Pas de révision de l'action commune.
Coté politique. Un accord semble être acquis pour étendre l'opération. Un accord par défaut, puisque pour contourner les difficultés notamment allemande (qui ont une zone d'action bien définie), l'action commune (qui donne le cadre politique de l'action) ne va pas être révisée. Seul le plan d'opération (OPLAN) va l'être. Ce qui est du niveau uniquement opérationnel. Et ne nécessite pas une décision proprement politique. Concrètement il évite au gouvernement allemand de solliciter à nouveau le Bundestag pour obtenir une extension de son action. (je reviendrai sur ce point, la lecture de l'action commune me semblant plus politique que juridique). Face à plusieurs options étudiées, les militaires ont ainsi été priés de revoir l'Oplan et la planification de leurs forces, pour étendre l'opération au moins aux alentours des Seychelles (pas dans toute la zone s'etendant jusqu'au nord de Madagascar, option envisagée un moment.

Une aide indienne aux Seychelles. A signaler également qu'au niveau opérationnel, les Gardes-côtes des Seychelles vont voir leur activité renforcée. Un de leurs navires, le Topaze, ancien navire indien, a été remis à jour par les autorités indiennes et vient d'être livré.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 08:04
Voici le texte de la proposition de directive sur les transferts des biens de défense, qui crée les prémices d'un marché europén de défense, qui devrait être publié au Journal officiel (télécharger ici). Il a été définitivement approuvé (en point A) par le conseil Agriculture le 23 avril. Un accord politique était intervenu à la fin de la présidence française, entre les Etats membres et finalisée avec l'opinion favorable du Parlement européen obtenue le 16 décembre 2008. Le texte entretemps a dû être "peigné" par les juristes linguistes. Sur le second texte (marchés publics de défense) pour lequel l'accord avait été plus difficile à obtenir, ce travail n'est apparemment pas terminé. Plus difficile, plus délicat d'harmoniser tous les amendements. L'accord formel ne pourrait ainsi être obtenu qu'en juillet, voire en septembre.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Marchés de défense - Industrie
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 12:09
C'était hier (mercredi) en fin de matinée. Un bateau grec - le Nepheli - battant pavillon panaméen, a été attaqué par les pirates dans le Golfe d'Aden (sur une position: 1335 Nord et 04858 Est). Le navire marchand a pu, par différentes manoeuvres d'évitement - changement de direction, etc... - échappé au skiff qui les poursuivait. Dans les manoeuvres, le skiff a chaviré. Il aurait été heurté par le navire marchand. L'alerte ayant été donnée par radio, plusieurs navires de guerre (espagnol et sud-coréen) se sont portés à son secours. Le navire ravitailleur espagnol de la Flotte Atalanta, le Marqués de la Ensenada (*), tout proche de là (à 15 miles nautiques) a ainsi dépêché son hélicoptère sur place et s'est rapproché très vite. Il a ainsi pu récupérer les 7 pirates, tombés à la baille, et les a détenus à bord, annonce le QG d'Atalanta. NB : un destroyer coréen, le King Munmu, a également répondu à l'appel de détresse et envoyé son hélicoptère sur la zone.

A la recherche de preuves. Tenant compte de précédents malheureux - obligeant à libérer les pirates faute de preuve judiciairement acceptables par les autorités kenyanes - les marins espagnols ont pris plusieurs preuves. A commencer par le témoignage du capitaine.
"Après avoir observé les photos de personnes secourues, le capitaine du Nepheli a reconnu les auteurs de la tentative d'enlèvement de son bateau" annonce ainsi le ministère de la défense espagnol. Outre la signature d'une déclaration qui décrit les tentatives d'attaques de pirates et la façon dont ils ont réussi à s'échapper, l'équipe de la visite du «Marqués de la Ensenada" a pu relevé sur le bateau, plusieurs blessures par balles dans les fenêtres et la superstructure, attestant de la réalité de l'attaque. Et dans le bateau appartenant aux naufragés, les Espagnols ont trouvé, entre autres, de l'essence,  une aiguille magnétique et un GPS...

Nouvelle attaque réussie. Par ailleurs, ce matin, à 9h00 locales, les pirates ont fait une nouvelle conquête. un petit cargo néerlandais de 2500 tonnes été détourné par des pirates somaliens dans le golfe d'Aden (position : 1343 Nord 05035 Est), avec 8 membres d'équipages à bord.

(*) Le pétrolier ravitailleur Marqués de la Ensenada est commandé par le capitaine de frégate Carlos Alfonso Gomez Fernandez de Cordova et compte un équipage de 113 hommes. Outre les missions de ravitaillement des navires d'EUNAVFOR Atalanta, il assure des missions de patrouille et de surveillance. Il a ainsi assuré, fin avril, le transport à bon port du navire de croisière italien Melody - qui avait été attaqué par les pirates.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 11:30
Près de 4000 soldats venus d'une vingtaine de pays, essentiellement de l'Union européenne, ont commencé à affluer, lundi 4 mai, vers le camp de Wildflecken (en Allemagne, près d'Ulm), à Ramstein (composante Air) ou pour Bremerhaven (composante Marine) pour l'exercice de gestion de crises de l'Union européenne "European Endeavour 2009". Un exercice animé par l'armée allemande et placé sous la direction de son PC opérationnel (OHQ).

Le scénario de "European Endeavour" est basé sur de solides réalités et de vraies missions. "Amberland" et "Beachland" sont en conflit pour la domination de la région frontalière. Une résolution du Conseil de sécurité autorise les forces armées de l'Union européenne à créer une zone démilitarisée entre les deux Etats en place.

European Endeavour reste cependant essentiellement un exercice d'Etat-Major. Il n'ya pas d'avions, de blindés ou de soldats sur le terrain. Les opérations militaires sont essentiellement simulées sur ordinateur. Car, durant ces dix jours, l'essentiel de l'exercice vise à tester la coopération entre les différents éléments des forces terrestres, navales et aériennes et de la bonne collaboration entre autorités politiques et militaires.

Effectif. L'essentiel des effectifs est formé, en effet, par les Allemands (3200 soldats) et des soldats de l'Union européenne ou de l'Otan. Les autres pays fournissent environ 700 militaires, dont 203 Français, 152 Autrichiens, 98 Belges, 96 Espagnols et Polonais. Le reste des effectifs se répartit ainsi: Canada (32), la Turquie (14), Italie (13), Hongrie (12), Royaume-Uni et Etats-Unis (6 chacun), Danemark (5), Pays-Bas (4), Grèce, République tchèque et Norvège (3 chacun), Luxembourg et Slovaquie (2), Lituanie, Estonie, Suisse et Suède (1).

Environ 300 militaires de l’Eurocorps participent, en tant que tel, à l'exercice, au titre de la composante terre de la Response Force Operation Command (RFOC)
.

Pour plus d'informations, le site European Endeavour 09
(en allemand)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 09:30
Les pirates sont toujours aussi audacieux. Hier, mardi, au nez et à la barbe des forces européennes anti-pirates, ils ont saisi un vraquier allemand (battant pavillon d'Antigua), à 120 miles nautiques au nord de Bossasso (Somalie), selon le QG d'Eunavfor. Comme le loup qui suit le troupeau de moutons, les pirates ont repéré et pris d'assaut un bateau qui était dans le corridor de transit (corridor virtuel semi-sécurisé dans lequel les autorités recommandent aux navires marchands de passer), pas très loin d'un groupe de transit (protégé encadré par des bateaux militaires) mais en dehors de celui-ci. L'assaut n'a duré que quelques minutes. Le temps que l'hélicoptère de la frégate qui accompagnait le groupe de transit décolle, il était trop tard. Les pirates étaient à bord... La navire transporte du riz et a un équipage de 11 personnes.

Audacity is one of the most significant qualities of the pirates. Tuesday, they hijacked a German bulk carrier under the nose of the anti-piracy forces. The hijacked vessel was in the transit corridor, close to a another group of vessels, protected by warships. The attack took just a few minutes. When the frigate’s helicopter took off, it was too late.  The pirates were on board. The merchant vessel, with a crew of 11 persons, was carrying rice.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 00:00
Rencontrer des anciens ministres de la Défense est toujours intéressant. Car ils ont souvent l'expérience, le recul nécessaire, et la parole un peu plus libre que les Ministres en exercice. Quand celui-ci est belge, et qu'il a officié plus de 8 ans dans ce ministère, qui plus est auprès de Guy Verhofstadt, c'est encore plus captivant. Aussi le déjeuner en tête-en-tête que nous avons pu improviser avec André Flahaut (début avril) n'a pas manqué d'attrait. Celui a été un des artisans du « sommet des Pralines », qui avait pour but accélérer l'Europe de la Défense, même s’il n’exerce plus d’activité gouvernementale, garde toute sa sagacité, et son mordant, sur les évolutions en cours, qu'il s'agisse de la réintégration de la France à l’OTAN, des dépenses militaires, de l'avenir de l'Airbus A400M, de l’Europe de la Défense ou des opérations en cours, par exemple en Afghanistan...

La France a réintégré l’OTAN en avril. Y voyez-vous un progrès pour l’Europe de la Défense ?
Je ne suis pas sûr. Cette réintégration ne va pas nécessairement aider la politique européenne de défense. Dans l’OTAN que j’ai connue, la France jouait souvent le rôle de chef de file des pays qui revendiquaient une autre approche. Pour les petits Etats (comme la Belgique), ça les rend orphelins d’une garantie d’autonomie par rapport aux grands pays. Dans tous les cas l’Europe de la défense reçoit un coup. Je crains un ralentissement.

Cela assainit cependant les relations au sein de l'Alliance ?
Je crois surtout que le moment est venu de redéfinir – ou confirmer – les principes de base de l’Alliance. Celle-ci est, avant tout, une Alliance politique et doit le rester. Il ne faut pas laisser les militaires agir seuls. L’OTAN doit ainsi continuer de décider par consensus ; il ne faut pas recourir à cette procédure de silence qui supprime le débat. Ensuite, elle doit agir dans le strict cadre de l’ONU et en limitant ses interventions dans certaines zones. Enfin, il doit y avoir un financement prévisionnel et des stratégies de sortie pour chaque opération afin d'éviter tout dérapage.

Vous estimez donc que l'OTAN doit voir sa zone d'intervention limitée ?
Oui. Je ne trouve pas souhaitable que l’OTAN ait vocation à intervenir partout. En Afrique, en Méditerranée, c’est l’Europe qui doit agir. Ainsi l’intervention de l'OTAN au Tchad – certains y pensaient à un moment – n’est pas possible. De même, les relations avec la Turquie, l’Ukraine, la Géorgie, cela concerne aussi l’Union européenne, ces pays sont sur le territoire européen.

A vous écouter, on sent comme une concurrence entre l’Otan et l’UE ?
Il ne faut pas le nier. Il y a une concurrence entre l’OTAN et l’UE, même si ce n’est pas dit. Par exemple, les battlegroups de l’UE ont été conçus avant la NRF. Mais l’OTAN a été la plus rapide, car il faut bien le reconnaître... il y a moins de démocratie. Résultat les deux organisations ont mis en place deux structures différentes qui reposent - on l'oublie toujours - sur les mêmes moyens des Etats membres. Et, aujourd’hui, la NRF n’est même pas disponible.

Les Battlegroups ne sont pas vraiment non plus opérationnels ?
Ecoutez. Tout le monde nous bassine avec ces Battlegroups. Mais, avec l’Eurocorps, on a déjà cette force de réaction rapide. Pourquoi tout simplement ne pas se reposer sur lui et le mettre en œuvre si on a besoin.

Il faut supprimer une organisation alors ?
Mais non. Les deux organisations ont des avantages. Il faudrait simplement injecter un peu de démocratie politique dans l’Otan et un peu plus d’efficacité militaire dans l’UE. Il est clair que l’OTAN a un rôle à jouer sur l'interopérabilité des matériels, des personnels. (...) Côté européen, il serait nécessaire d'avoir davantage d’engagement de certains pays - Les Britanniques freinent toujours, pinaillent jusqu’au dernier cent pour engager une assistante à l’Agence européenne de défense - et un peu plus de réalisme également. On n’arrive pas à avancer également car on veut faire certaines choses trop en grand.

Peu d'Etats atteignent l'objectif fixé de consacrer 2% de leurs dépenses aux affaires militaires. Que faut-il faire ?
Ce seuil de 2% est une aberration. Je ne sais pas vraiment où ces gens ont la tête. En pleine crise économique, c’est de la folie. Quand vous dites qu’il faut un budget de défense de 2% alors qu’on n’a même pas atteint l’objectif de consacrer 0,7% du PIB aux politiques de développement, vous ne passez pas la rampe de l’opinion publique. Il y a, et il y aura, des économies à faire avec la crise. Et dans la défense, certains gains de rentabilité existent.

Gagner en rentabilité dans la défense, vraiment ?
Tout est question de volonté. Je suis assez à l’aise sur ce point. Quand j’étais au gouvernement, sans augmenter le budget, on a pu moderniser la défense, en supprimant les différents états-majors et en créant une structure unique. Cela a permis d’en finir avec certaines commandes faites un peu en désordre. Nous avons pu aussi générer des coopérations avec nos voisins français et néerlandais. Ainsi notre marine est compatible avec celle des Pays-Bas. Tandis que la formation des pilotes d’avions se fait avec la France. Il faut pousser cette réflexion dans d’autres pays. Une structure unique de l'armée, avec une gestion moderne, décloisonnée, a beaucoup d’avantages. Et on notre coopération au niveau européen peut être optimisée. Travailler en commun ensemble est possible avec l’Agence européenne de défense.

Sur quels sujets peut-on optimiser notre coopération ?
Je crois que travailler sur un programme industriel d’équipement, qui puisse voir le jour rapidement, du matériel de terrain pratique (comme l’énergie ou l’alimentation en eau…) serait intéressant. Il faut également renforcer la formation, arriver à une véritable Académie militaire européenne.

Justement, l’Airbus 400M semble avoir quelque difficulté à tenir ses promesses. Faut-il abandonner ce programme ?
Surtout pas. Renoncer à l’A400M serait la plus grosse erreur que nous pourrions faire. Ce n’est pas un retard de quelques années qui doit nous faire hésiter. Cet avion stratégique et tactique est nécessaire pour nos armées. Nous sommes très demandeurs. La Belgique est d’ailleurs candidate pour accueillir l’État-major de la force aéronautique européenne à Beauvechain (tel qu’envisagé au dernier conseil des Ministres de la Défense).

Dernière question: vous êtes un Européen convaincu. Qui voyez-vous dans les 5 prochaines années à la tête de la Commission ?
Poul Nyrup Rasmussen bien évidemment. Il faut en finir avec Barroso.

Au niveau européen, une coalition est toujours nécessaire. A défaut d’un socialiste, qui d’autre ?
Guy Verhofstadt est certainement l’homme qui a le plus à coeur de défendre l’intégration européenne.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Défense UE (droit doctrine politique)
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.