Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 16:03

Après la députée grecque Rodi Kratsa, la semaine dernière, c’est au tour aujourd’hui de son collègue français de l’UMP, Gaston Franco, de s’interroger publiquement sur l’efficacité européenne face aux incendies en Russie. «Au-delà de la bonne volonté de certains états membres, que fait l’Union européenne dans son ensemble alors que la Russie s’asphyxie lentement? Elle est terriblement absente pour l’instant» constate-t-il. « A l’heure où la diplomatie européenne se structure avec la création du service d’action extérieure, la tragédie du moment sonne l’heure de vérité pour les actions de solidarité internationale de l’UE vis-à-vis de son voisinage direct. La Russie est un partenaire stratégique de premier plan qui mérite un geste politique fort de notre part : nous devons la convaincre d’accepter notre aide et, pour cela, nous devons être en mesure de répondre sans tarder à l’ampleur de ses besoins » Et pour le député européen, il n’y a pas d’autre moyen. « Cette catastrophe démontre à nouveau la nécessité pour l’UE de disposer d’une force commune de protection civile capable d’être projetée sur des théâtres d’actions extérieurs ».

NB : Gaston Franco est élu du sud-est, maire de Saint-Marin Vésubie et membre de la garde rapprochée de Christian Estrosi (aujourd’hui ministre de l’Industrie) quand il était maire de Nice. Il connaît bien la problématique des forêts (et de ses feux) pour avoir présidé l’association des communes forestières ainsi que le parc national du Mercantour. Au Parlement européen, il siège aux commissions Industrie et Environnement

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 08:08

Arrestations de suspects dans le Golfe d'Aden. crédit : EUNAVFOR / Marine nationale

Les marins de la frégate De Grasse n’auront pas vraiment eu le temps de fêter le nouveau statut de navire-amiral de la force européenne anti-piraterie EUNAVFOR. C’est l’hélicoptère du navire danois Esbern Snare de la flotte de l’OTAN (CTF 508) qui les a alertés de la présence d’un navire suspect, avec échelle à bord et de nombreux fûts d’essence, dans cette partie orientale du Golfe d’Aden. Il n’a cependant pas pu intervenir. Et c’est l’hélicoptère de la frégate italienne Libeccio qui a pris le relais, pour tenter de stopper les suspects. Ceux-ci se sont entêtés, malgré trois tirs de sommation. Le De Grasse a, à son tour, envoyé, son hélicoptère et surtout ses équipes de « visite » qui ont appréhendé les pirates et saisi le matériel. Il sera difficile de traduire ces suspects en justice, aucun flagrant délit ne pouvant leur être imputé.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 19:09

Le fameux sommet avec les Etats-Unis, décommandé sous la présidence espagnole par l’administration Obama aura bien lieu, en novembre (le 20 novembre), à… Lisbonne ! Ce sera le premier tenu sous le nouveau format du Traité européen. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et son homologue de la Commission, José-Manuel Barroso, viennent de le confirmer officiellement. Mais il faut remarquer que Cathy Ashton, la Haute représentante de l’UE pourtant chargée de la politique étrangère, ne fait pas partie des « puissances invitantes ».

Le président Obama et tous les chefs de gouvernement (ou d’Etat) de l’UE faisant le déplacement pour le sommet de l’OTAN, c’est plus pratique pour tout le monde… « Le lien transatlantique est unique » insiste le « duo » présidentiel dans ses idéaux de démocratie et de droits de l’homme, de lutte contre le terrorisme et de prévention de la prolifération des armes de destruction massive ». Les sujets de friction ne manquent pas, à commencer par les aides à l’industrie aéronautique (un cessez-le-feu à l’OMC sera-t-il proclamé entre Airbus et Boeing) et le difficile accord sur les échanges de données. Les sujets où la relation peut s’approfondir sont encore plus nombreux, à commencer par le sort de l’Afghanistan-Pakistan, où on ne sait plus trop quelle stratégie est poursuivie par les Américains, ou le processus de paix au Moyen-Orient. Sans compter les questions économiques comme la régulation financière, l’aide aux banques, le relèvement des déficits…

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Europe pouvoir - Traité de Lisbonne
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:14

La réponse du loup à la bergère (ou le contraire, c’est selon) n’a pas tardé. Après la missive, un tantinet comminatoire de Nicolas Sarkozy à la Commission européenne, voici la réponse du président de la Commission qui se défend de toute lenteur. « Le drame du Pakistan nous touche tous » écrit-il. Puis, piqué au vif, il argumente : « la Commission européenne a été la première à réagir (le 30 juillet), et à augmenter (le 11 août), les fonds alloués au Pakistan, (…) mes services ont travaillé d’arrache-pied (…). Les services de la DG Echo (Office d’aide humanitaire) sont en en train de démontrer leur professionnalisme et leur efficacité à répondre aux grandes crises humanitaires« . Voilà pour la défense (justifiée à mon sens) du travail européen. Mais le plus intéressant est dans l’annonce « d’un plan d’action en trois temps » qui reprend, en partie, les trois recommandations du président de la République français.

Un plan d’action pour le Pakistan

1° Une lettre conjointe Ashton – Georgieva (respectivement la Haute Représentante pour les Affaires étrangères et la commissaire à l’Aide humanitaire) va partir vers les Etats membres pour préciser les modalités de la coordination de l’aide humanitaire. C’est la DG Echo (qui inclut dorénavant le mécanisme de protection civile) qui prêtera son concours à la « coordination active » de toute initiative humanitaire ou d’assistance logistique.

2° L’augmentation des sommes allouées au Pakistan, « ce avant la fin du mois« .

3° Le suivi de la crise,  avec une « possible conférence des donateurs » pour le Pakistan. Ce point sera à l’ordre du jour du Gymnich, le conseil informel des ministres des Affaires étrangères, le 10 septembre.

La réflexion continue sur la sécurité civile

Sur l’idée d’une force européenne de protection civile, Barroso tempère le président français en lui rappelant la tiédeur (le mot est faible) qui avait accueili les propositions du rapport Barnier en 2006. « Un certain nombre d’Etat membres avait alors montré un enthousiasme plus que relatif à l’idée d’une structure européenne propre« . Mais, promet-il, après une réflexion « approfondie », et des consultations auprès d’Etats membres (la France a été consultée), menée par le duo Ashton – Georgieva, une proposition pour « une nouvelle politique » de réponse aux crises sera faite « très bientôt« , pour être discutée par les Ministres compétents.

C’est ce qui s’appelle un retour à l’envoyeur ! On ne m’ôtera cependant pas d’un doute : l’Europe ne réagit-elle pas encore, avec trop de lenteur, beaucoup de tiédeur, et peu d’audace, dans la réaction de crises ?

Dernier point, concernant l’utilisation des moyens militaires pour acheminer l’aide humanitaire, Barroso la salue mais avec des pincettes. Il ne peut même s’empêcher de montrer quelques doutes. C’est « utile« , dit-il, si « certains paramètres sont respectés« . « Il importe que l’utilisation de ces moyens n’expose pas les opérateurs humanitaires, qui ont déjà perdu nombre de leurs membres dans les zones de conflit pakistanaises, aux mêmes risques que ceux encourus par les militaires« . (NB : la journée de l’aide humanitaire se commémore ces jours-ci, le 19 août, jour de 2003 où 22 employés de l’ONU, dont son Représentant spécial en Irak, le Brésilien Sergio Vieira de Mello, sont morts dans un attentat à Bagdad).

Télécharger la lettre de Barroso à Sarkozy

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 10:10

C’est une lettre de Nicolas (Sarkozy) adressée à José-Manuel (Barroso) et rédigée durant le week-end du 15 août. Le ton est poli. Mais un rien comminatoire. « La mobilisation des Européens doit être totale » tonne le « Che » Nicolas. Certes l’Europe a déjà débloqué 40 millions d’euros en aide humanitaire, envoyé quelques équipes d’experts et activé son mécanisme de protection civile. Mais c’est bien peu aux yeux du président français. « L’Europe peut faire plus en s’engageant pour couvrir davantage encore les besoins humanitaires immédiats » (Nb : l’ONU a lancé un appel de 459 millions $ mais seul un quart a pu être rassemblé jusqu’ici). Et Sarkozy n’y va pas par quatre chemins. La France  est prête — explique-t-il — « à mobiliser des moyens logistiques militaires nationaux, aériens et navals, pour l’acheminement de l’aide internationale, dans le cadre de l’OTAN. »

Les 3 recommandations de Sarkozy

Ll’Europe doit se bouger les fesses… Sarkozy admoneste le président de la Commission: « Je compte sur vous (le président de la Commission) pour que l’Union européenne montre son unité et sa détermination et entraîne avec elle la communauté internationale pour empêcher un désastre humanitaire« . Et il lui trace la feuille de route : 1° renforcer l’aide humanitaire ; 2° prévoir dès maintenant le futur, la reconstruction, en mobilisant ses deux instruments financiers (l’Instrument de stabilité et l’Instrument de Coopération et Développement), 3°  Se doter d’une « véritable capacité européenne » de réaction à la crise. Haïti et les incendies en Russie (où la coordination européenne a été un tantinet défaillante) l’ont démontré, poursuit le président, il « faut tirer les conséquences de telles situations ».

  • En clair, Sarkozy remonte non seulement les bretelles au président de la Commission européenne mais aussi à la commissaire Georgieva, pour le moins absente ces jours-ci, ainsi qu’à la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères. Cathy Ashton continue à démontrer que si elle arrive à gérer la politique institutionnelle (l’adoption de la première décision sur le service diplomatique en est une preuve), qu’elle commence à pratiquer la diplomatie (l’implication à Gaza ou la négociation d’un accord de poursuite des pirates le prouve), elle a encore bien du mal à apprécier la gestion de crises. C’est ce qui manque encore à l’UE ! Sarkozy commet, cependant, un impair, à mon sens, mettre les moyens français à disposition de l’OTAN. C’est en contradiction avec le contenu et l’objectif de la lettre (renforcer l’Union européenne) et également avec ses engagements précédents (s’impliquer davantage dans l’OTAN pour renforcer l’Europe de la Défense). C’est un peu le contraire, ici…
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 16:12

Le contre-amiral Coindreau (à gauche) prend le relais de son homologue suédois Thornqvist (à droite) (crédit : Eunavfor)

Le navire amiral suédois qui commandait ces quatre derniers mois la force anti-pirates de l’UE a cédé le flambeau, ce week-end, à la frégate française De Grasse qui prend le relais jusqu’à décembre. Le commandement sera assuré par le Contre-Amiral Coindreau assisté du capitaine de vaisseau belge, Michel Hofman. (Les Français avaient promis aux Belges qui désiraient le commandement qu’ils auraient le poste de commandant adjoint de la force).

En cédant le gouvernail, le commandant suédois Jan Thörnqvist en a dressé le bilan : 250 pirates présumés appréhendés (précisons que, bien souvent, ils ont été libérés), 90.000 tonnes de fret humanitaires du Programme alimentaire mondial (PAM) acheminés à bon port en Somalie, lors de 11 escortes de navires. Les marins ont parcouru environ 142 000 miles nautiques, du sud de la mer Rouge, en passant par le golfe d’Aden et l’océan Indien jusqu’aux Seychelles. De la mi-avril à la mi-août, se sont ainsi relayés18 navires de guerre de sept pays différents et 8 avions de surveillance maritime de six pays.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 16:35

Logo_eutrio.be_-300x89.jpg Quatre idées sont au coeur des priorités de la présidence belge de l'Union européenne en matière de protection civile à la rentrée.

Premièrement, développer des actions en matière de prévention des catastrophes (un projet de conclusion est à l'étude). Il s'agit de préciser quels mécanismes de financement européens existants pourraient être utilisées dans cet objectif et de lister les mesures de prévention que pourraient prendre les Etats membres avec ces financements.

Deuxièmement, mettre en place d'un concept de soutien à un Etat-hôte. L'idée est de préciser les différents aspects de la coopération entre l'Etat-hôte et les équipes d'assistance étrangère, en particulier au niveau logistique (transport, logement...), juridiques (obligations douanières notamment), financières ou de responsabilités. Un atelier de travail aura lieu sur le sujet les 15-17 septembre à Florival.

Troisièmement, préciser le soutien que la protection civile peut apporter à l'assistance consulaire.

Enfin, la présidence belge veut entamer un débat sur la communication que la Commission européenne doit présenter sur le renforcement de la capacité de réponse de crise de l'UE.

Sur ce sujet, lire l'interview de la commissaire : K. Georgieva: "Nous ne devons pas garder notre drapeau dans notre poche"

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 17:31

La mission d'assistance aux frontières en Moldavie et Ukraine (EUBAM) recrute plusieurs personnels, essentiellement des spécialistes de haut niveau des douanes ou de la police. Attention ! Ce recrutement n'est pas effectué par l'Union européenne mais par le PNUD - le Programme des Nations-Unies pour le Développement - qui est l'opérateur de la mission.

Voici les postes (en anglais), avec les liens directs :

Head of EUBAM Field Office in Odessa, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18531

Head of EUBAM Field Office in Kuchurgan, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18532

Head of EUBAM Field Office in Kotovsk, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18533

Head of EUBAM Field Office in Chisinau, Moldova
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18534

Head of EUBAM Field Office in Besarabeasca, Moldova
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18535

Head of EUBAM Field Office in Otaci, Moldova
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18536

Fiscal Analyst, Odessa, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18539

Border Guard/Police Risk Analysis Specialist, Odessa, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=18537

Border Guard/Police Analyst, Odessa, Ukraine
http://jobs.undp.org/cj_view_job.cfm?job_id=1853

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans L'UE et la PeSDC embauchent
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 14:30

Vitaly-ChurkinRepSpeRussONU-Rus.jpgLa Russie qui a pris la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU pour ce mois d'août entend avancer sur le dossier "piraterie. En présentant son programme pour la présidence, le représentant permanent russe à New-York, Vitaly Churkin (1), a jugé pertinente "la perspective de mettre en place un tribunal international chargé de juger ces pirates".

Malgré les difficultés, il estime nécessaire de "progresser sur la question". Des ressources financières importantes ont déjà été perdues et elles le seront encore, a-t-il fait remarqué. Et la mise en place d'une telle juridiction "ne coûtera pas plus cher". Un débat sera organisé le 25 août à l'ONU, avec comme objectif "prioritaire" d'étudier les différentes solutions proposées par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon, pour poursuivre et incarcérer les personnes responsables d'actes de piraterie, et de vols à main armée commis au large des côtes somaliennes.

Les pistes de la communauté internationale

Trois pistes ont été envisagées par la communauté internationale : 1. Créer dans les juridictions nationales des chambres spéciales, éventuellement dotées d’éléments internationaux (NB : comme par exemple, en matière pénale, pour juger les responsables des Khmers rouges au Cambodge ; 2. Créer un tribunal régional ; 3. Créer un tribunal international.

Ce sans compter les solutions proprement nationales. Faut-il rappeler que la Résolution 1918, adoptée à l'unanimité en avril 2010, sur proposition russe, demandait à tous les États "(d')ériger la piraterie en infraction pénale dans leur droit interne, (d')envisager favorablement de poursuivre les personnes soupçonnées de piraterie qui ont été appréhendées au large des côtes somaliennes et de (les) incarcérer". Une mesure déjà demandée par d'autres résolutions de l'ONU (notamment la 1946 de 2008). Une faible minorité d'Etats membres de l'UE sont en conformité avec cette demande.

(1) Ce nom ne doit pas être inconnu de certains lecteurs. Churkin a été le porte-parole du dernier ministre des Affaires étrangères de l'URSS, Chevardnadze (1990-1991), puis représentant spécial russe pour l'ex-Yougoslavie durant la guerre en Croatie et Bosnie (1992-1994), et ambassadeur en Belgique, auprès de l'OTAN et de l'UEO (1994-1998). Il était déjà en poste à New-York il y a deux ans, lors de la guerre russo-géorgienne, lorsqu'il s'est agi de défendre la position de son pays.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 07:35

GardeCotesDefile-Express090724.jpgLa proposition de l'île Maurice (1) pour accueillir et traduire en justice les pirates arrêtés par les forces européennes anti-piraterie a débouché. Un accord pourramit être signé avec l'Union européenne, à l'occasion du nouveau déplacement de la diplomate en chef de l'UE, Cathy Ashton, dans la région, début octobre.

Afin de se mettre à niveau, l'île de l'Océan indien devrait bénéficier d'un soutien financier et logistique. Il s'agit en effet de mettre en place les structures nécessaires, comme la construction d'un nouveau centre de détention pouvant héberger une cinquantaine de prisonniers, d'un batîment pour le tribunal et les salles d'interrogatoires. L'ile Maurice avait mis, en effet, comme condition que les pirates suspects ne soient pas mêlés à ses propres prisonniers. La formation des gardes-côtes comme juges au droit de la mer, la fourniture des équipements (véhicules, ordinateurs, radios, vidéo-conférence...) et la mise à disposition d'interprètes sera également compris dans le "package anti-piraterie" mis au point et assuré par l'UNDOC (l'Office des Nations-Unis contre la drogue et la criminalité).

Ce devrait être le troisième accord signé par l'Union européenne avec un pays tiers pour accueillir des pirates après le Kenya et les Seychelles. Et du coté de Cathy Ashton, on compte bien aboutir à d'autres accords (même si certains pays testés, comme l'Ouganda, ont renoncé à accueillir des pirates).

Une force navale de l'Océan indien sud ?

Plusieurs pays de la région (Comores, Madagascar, Seychelles, Maurice) ainsi que la Réunion française pourraient, en effet, mettre en place une "force navale conjointe", qui agira aux cotés de la force européenne anti-piraterie et pourrait ainsi sécuriser le flan "sud" de l'Océan indien. Un impératif en matière de sécurité (plusieurs attaques ont eu lieu régulièrement dans cette zone) mais aussi une nécessité économique. Selon la presse mauritoise, les transporteurs de fret (dont dépendent toutes ces îles) ont prévu une augmentation notable du prix du transport de marchandises par voie de mer, de l'ordre de 30-40%. Il y a donc urgence !

Les commandos d'élite de la Special Mobile Force (SMF) et de la National Coast Guards - qui sont les deux forces "militaires" de l'île participeront d'ailleurs à des manoeuvres anti-piraterie, avec les militaires français, en octobre et novembre.

NB: les forces de Maurice sont formées par l'Inde et les Etats-Unis (gardes-côtes), la France (gendarmerie) et le Royaume-Uni.

(1) Lire : L'île Maurice offre ses services dans la lutte anti-piraterie

(crédit photo : les gardes-côtés de Maurice - l'Express mauricien)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.