Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 17:32
Les 6 pirates repêchés par les commandos marine et les pêcheurs du thonier franco-italien Torre Giulia sont finalement arrivés au Puntland somalien. Ils avaient d'abord été dirigés vers les Seychelles. Mais les autorités de l'archipel avaient estimé que les preuves n'étaient pas suffisantes pour les juger dans l'archipel et les avaient remis à disposition des autorités françaises (lire ici).

Par ailleurs, un tribunal du Puntland a déjà condamné, samedi, 22 des pirates précédemment remis par le Nivose à des peines de 6 ans de prison. 2 d'entre eux ont libérés, faute de preuves.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 15:20
Les thoniers espagnols (basque, galicien) ainsi que français (bretons) font face quasiment tous les jours, depuis la fin de la mousson, à des attaques de pirates somaliens dans l'Océan indien. Et ils n'ont dû pour l'instant d'être saufs qu'au respect des manoeuvres habituelles et à la présence à bord d'équipes de protection embarquées (privées ou militaires).
Artza-Esp100306.jpgL'Artza et son équipe de privés, observé par l'hélicoptère P3 Orion (crédit photo : Armada espagnole)

La liste ci-dessous n'est pas exhaustive. Mais elle est édifiante :

- ven 19
mars. Le Tarasca et l'Ortube Berria (Albacora) échappent à des pirates sur le chemin de retour vers les Seychelles.

- jeu 18
mars. Le thonier basque Txori Aundi (Inpesca) est attaqué à environ 900 miles au large des côtes somaliennes.
Le Txori Gorri (Inpesca) s'enfuit à temps d'une attaque. Le thonier Albacun II (Albacora) rapporte également une attaque, la frégate allemande Emden intervient.


- mar 16 mars. Les thoniers français Cap Saint Marie (France Thon) et le Franche-Terre (Sapmer) repoussent une attaque pirates.

- dim 14 mars. Le thonier basque Txori Argi (Impesca) se défend avec des tirs près de l'île Denis. Des suspects sont arrêtés ensuite par les gardes-côtes seychellois.

- sam 13 mars.
Le thonier basque Txori Toki (Inpesca) s'enfuit à temps face à l'approche d'un bateau suspect.

- lun 8 mars. Le Sakoba - qui a un capitaine espagnol - est capturé par les pirates, à 740 kilomètres à l'est de Dar Es Salaam (Tanzanie). Il est toujours captif.

- ven 5
mars. Les thoniers Intertuna II, Intertuna III (Albacora) et le navire auxiliaire Artxanda (Atunsa) sont attaqués.
L
e thonier français Talenduic subit à son tour une attaque, les Trevignon et Torre Giulia se portent à son secours.

- mer 4
mars. Le Albacan (Albacora) fait face à un tir de roquette à 550 miles du Kenya.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 11:54
Coup sur coup, plusieurs groupes pirates ont été neutralisés par les frégates allemande et néerlandaise, appartenant à la flotte européenne anti-pirates, EUNAVFOR Atalanta.
ArrestPiratesBateauMereSkiffEmden-De100319.jpgLes pirates quittent leur skiff pour rejoindre leur bateau mère (photo : Bundeswehr)

Samedi 20 mars, l'hélicoptère de la frégate allemande Emden a découvert, un groupe de bateaux suspects, composé d'un baleinier (bateau-mère) et de deux skiffs (formation classique selon lesquelles opèrent les pirates), à environ 250 miles des cotes somaliennes. Après coup de semonce, les trois bateaux ont été stoppés. Une équipe de visite a abordé les suspects, a saisi les armes, grappins et échelles (voir photo). Les skiffs ont été détruits, annonce la Bundeswehr. Les 11 pirates ont été ensuite remis en liberté sur leur bateau-mère avec suffisamment de nourriture et de carburant pour faire retour en Somalie.

Un jour aupavant, vendredi 19 mars matin, l'Emden avait araisonné un autre groupe de 12 pirates sur une position signalée
comme le lieu d'une attaque par le thonier espagnol Albatun 2 (Albacora). Le scénario était quasi-identique. Les suspects, en présence de l'hélicoptère, ont tenté de fuir et ne se sont arrêtés que sur des coups de semonce. Ensuite ils ont sauté par-dessus bord et rejoint à la nage leur bateau mère. Les canots ont été détruits. Et les suspects remis en liberté, direction la Somalie.
ArrestPiratesArmesEmden-De100319.jpgArmes saisies à bord des bateaux pirates par le Emden (crédit ; Bundeswehr)

Quant à la frégate néerlandaise Trump, elle a saisi un troisième groupe pirates, après en avoir désarmé deux autres dans le cadre de l'opération "coup de balai". La frégate, comme l'hélicoptère Lynx qui survolait les skiffs, ont dû utiliser leurs canons, pour stopper les suspects. Ceux-ci ont été désarmés. Mais aucun lien précis avec une attaque ne pouvant être prouvé, les 11 pirates appréhendés ont été relâchés au large de la Somalie, avec les 9 suspects pris quelques jours auparavant.

ArrestSkiffPiratesTrompCourse-NL100318.jpg

un RHIB néerlandais fonce sur un skiff suspect, immobilisé par l'hélicoptère (photo : Ministère NL de la Défense)


Depuis début mars, ce sont ainsi, au minimum, 13 groupes-pirates qui ont été démantelés et près de 140 pirates arrêtés par les forces multinationales anti-pirates (essentiellement ceux d'Eunavfor Atalanta dont les avions de patrouille maritime ont joué un rôle précieux). Mais seule une partie d'entre eux ont été traduits en justice. Ceux qui ont été arrêtés par les Français (lire Livrer les pirates ou les libérer ? Puntland ou pas Puntland ). Lire le dernier bilan remis à jour

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 11:01
Les dépenses de défense du Royaume-Uni ont continuellement augmenté depuis plus de dix ans. Et à un rythme largement supérieur à l'inflation et aux autres dépenses. Gordon Brown l'a reconnu lui-même, lors d'une séance de questions-réponses avec les députés à la chambre des communes le 17 mars. Ces dépenses « sont passées de 21 milliards de £ en 1997 à environ 40 milliards £ cette année ». La hausse en termes réels du budget de défense a ainsi été «de 12 % au cours des 13 dernières années», ce pour un certain nombre de raisons, notamment les opérations. En cause, évidemment l'Afghanistan et l'Irak, qui ont occasionné une dépense « de 17 milliards £ de plus » sur le budget de la défense.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Armées européennes
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:21
TransfertPiratesSeychelles-.jpgLa législation sur la piraterie dans l'archipel des Seychelles remonte à une loi anglaise 1843. Il était donc temps de l'amender...

L'Assemblée nationale des Seychelles a ainsi voté une loi, mardi 16 mars, qui modifie le code pénal, et permet de poursuivre des suspects non seulement quand ils commettent un fait en flagrant délit, mais aussi quand ils tentent de le faire ou préparent leur forfait ("attempts or conspiracy to commit piracy"). La piraterie - comme la tentative - se retrouvent ainsi punissables d'une peine de prison de 30 ans et d'une amende d'un million de roupies (environ 60.000 euros).

Ce texte incorpore également les principales dispositions de la convention des Nations-Unies sur le droit de la mer.
Les forces de police et de défense des Seychelles sont ainsi habilitées à saisir les navires (ou avions) utilisés par la piraterie ainsi que les personnes à bord, que ce soit en haute mer ou dans un lieu qui est en dehors de la juridiction d'aucun Etat.

L'opposition parlementaire a exprimé certaines craintes, notamment que l'archipel ne soit pas en mesure de pouvoir prendre en charge les pirates condamnés, la prison de "Montagne Posée" n'étant pas assez grande (NB : les Seychelles ont reçu une aide internationale - de l'UNDOC - et européenne pour mettre cette prison aux standards internationaux).

Télécharger l'amendement au code pénal

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 23:30
La mission de l'UE d'accompagnement à la réforme du secteur de la sécurité (EU SSR) en Guinée-Bissau devait se terminer le 31 mai. Mais les autorités nationales ont demandé à l'UE de maintenir leur mission. Une nouvelle mission, ou plutôt une nouvelle phase de la mission, va donc commencer début juin. Le COPS (comité politique et de sécurité) doit adopter cette disposition fin mars, en points de procédure (sans discussion), après l'avis positif rendu par le comité militaire, le 16.

Une mission d'experts. La mission de l'UE ne portera plus sur la préparation de la réforme de la sécurité (la Guinée Bissau doit adopter le paquet législatif concerné en mai au plus tard). La mission sera davantage centrée sur la mise en oeuvre de cette réforme dans tous les secteurs (armée, justice, police), sous tous les plans : formation, guidance, conseil... Mais il n'y a (toujours) pas de soutien opérationnel (dans les unités). Il s'agit davantage de conseiller les autorités du pays au niveau stratégique. C'est en fait une mission d'experts "pointus". La mission EU SSR reste de petite taille : 22 internationaux + du staff local, soit environ l'équivalent de l'effectif actuel de 33 personnes.

Un focus sur le Crime organisé. La mission de l'UE
travaillera de manière renforcée avec les Nations-Unies, qui a une mission sur place. Elle va aussi développer une activité particulière sur le crime organisé et les trafics illégaux avec l'UNDOC (office des Nations-Unies sur les Drogues et le Crime), avec un soutien au bureau d'Interpol, en liaison avec Europol.

Calendrier de discussion. Concernant le calendrier d'adoption de la décision : après discussion dans le cadre du groupe Relex, et l'appel à contributions aux Etats membres (pour les troupes), la décision (ancienne action commune) devrait être adoptée d'ici fin avril. Quant au plan d'opération (OpPlan), il devrait être adopté fin mai. Ce qui lancera la nouvelle mission (*). Enfin, si le démarrage officiel est prévu le 1er juin, la présence du nouveau staff ne devrait commencer que début juillet. A noter qu'une conférence des donateurs pour la Guinée doit avoir lieu, à Bruxelles fin juin (les 22 et 23 juin ?), incluant tous les aspects et tous les partenaires de la sécurité (à confirmer).

(*)
Il n'y a pas besoin de décision de lancement en matière civile, c'est l'adoption de l'OpPlan qui la lance
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Guinée
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 16:36
(exclusif) Pour constituer le service européen d'action extérieure, il ne reste pas beaucoup le temps. Un premier organigramme a, donc été mis au point chez Cathy Ashton, la Haute représentante pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité de l'UE. Chaque case est encore vide. Il s'agit d'abord de mettre tout le monde d'accord sur un organigramme. Ensuite il faudra mettre des noms en face des fonctions. Ce sera autrement plus difficile...

Dans cet organigramme que j'ai pu consulté (voir ci-dessous la reconstitution), on peut noter plusieurs aspects, plus ou moins conformes à la note générale que Cathy Ashton avait préparé début mars.

1. Un secrétaire général et deux secrétaires généraux adjoints. Si les fonctions ne sont pas encore tout à identifiés, l'un aura plus une tâche institutionnelle (la gestion de la "boutique"), l'autre une tâche extérieure, plus "politique", notamment avec la coordination du COPS.

2. L'organisation sera pluridimenssionnelle : d'un coté des DG géographique (il y en 4 sur le dessin, il pourrait y en voir 3 ou 5 à termes, pourquoi pas) et la DG thématique et la DG "Corporate (traduction : "les services généraux"). De l'autre, on trouve des services atypiques, directement rattachés au secrétaire général : service juridique, relations institutionnelles, communication et public diplomacy, enfin les structures civilo-militaires

3. Les services civilo-militaires de gestion de crises semblent avoir une autonomie de fonctionnement, avec un lien direct, préservé par la "chaine opérationnelle de commandement", avec la Haute représentante.

ServActionExt-Organ1cB2-copie-1.png
Mettre des noms, le plus difficile « Il y a un équilibre nécessaire à trouver » non seulement entre les trois sources du Service d'action extérieur mais également au sein des Etats membres, explique un proche de Cathy Ashton. « Mais il se défend de tout « quota par Etat membre. Cela dépend de savoir si un Etat peut présenter de bons candidats.  » En fait, la plupart des Etats ont déjà présenté des candidatures et des noms ou sont en passe de le faire, selon un nombre en relation avec leur poids géopolitique (5 pour la Finlande, 20 pour la Bulgarie...). Candidatures à la fois pour les services centraux ou pour les "ambassades" de l'UE dans le cadre de la rotation 2010. 

NB : « En tout de 1000 à 2000 personnes devraient travailler au quartier général et dans les délégations » (non compris les personnels locaux et personnels d'administration, ce qui permet d'approcher le chiffre de 8000 souvent cité)


Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans HautReprésentant-ServiceDiplomatique
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 23:50
Les institutions européennes préparent une modification de l'accord inter-institutionnel en matière budgétaire qui concerne également la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Une modification destinée à mettre en conformité l'ancien accord (qui date de 2006) avec les nouvelles règles et institutions issues du Traité de Lisbonne. La discussion doit être close avant la présentation du budget 2011, fin avril. Le cadre financier pluriannuel (CFP) est, ainsi, désormais fixé par un règlement et "sort" donc de l'accord inter-institutinnel. Et c'est le Haut représentant aux Affaires étrangères et à la politique de sécurité qui exerce désormais les pouvoirs auparavant dévolus au Conseil. Jusqu'à là la routine...
  • Un petit hic
  • Dans le souci de ne pas trop innover et de s'en tenir à un honnête "copy-paste" de l'accord précédent, on a - semble-t-il - oublié ... le Conseil (lors des consultations régulières). En effet, on a gardé l'ancienne formule qui fait que le président du COPS représente le Conseil. Or le traité de Lisbonne retire à la présidence tournante du Conseil la présidence du COPS et c'est désormais un délégué du Haut représentant qui assure cette présidence. Ce peut être un ambassadeur comme un "administratif". A priori Cathy Ashton a choisi de rester à la formule "ambassadeur". Mais rien ne l'empêche de procéder autrement (le traité ne prévoyant rien en la matière de plus précis). Et ce président reste sous son autorité. La représentation du Conseil n'est donc plus, selon moi, en tant que tellesassurée.
D'autres modifications pourraient survenir plus tard, une fois que la Commission et la Haute représentante se seront accordés sur les compétences respectives de chacun en matière administrative et budgétaire sur les différents fonds. Le précédent accord datant de 2006, il n'est pas inutile de rappeler les principales dispositions fixée par le nouvel accord.

Compétence de la Commission. La Commission est compétente pour « effectuer, de manière autonome, des virements de crédits entre articles à l'intérieur du chapitre «PESC» du budget. » Ainsi la flexibilité « considérée comme nécessaire pour une exécution rapide des actions de la PESC est assurée ». Si, au cours de l'exercice financier, le montant du chapitre «PESC» du budget est insuffisant pour faire face aux dépenses nécessaires, « le Parlement européen et le Conseil se mettent d'accord pour trouver d'urgence une solution, sur proposition de la Commission ».

Chapitres. À l'intérieur du chapitre «PESC» du budget, les articles auxquels doivent être inscrites les actions PESC sont répartis en 5 chapitres :
« – opérations de gestion des crises, prévention et résolution des conflits ainsi que stabilisation, suivi et mise en oeuvre des processus de paix et de sécurité;
– non-prolifération et désarmement;
– interventions d'urgence (maximum 20% du budget global "PESC");
– actions préparatoires et de suivi;
– représentants spéciaux de l'Union européenne. »


Présentation du budget. « Une fois par an, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité consulte le Parlement européen sur un document prévisionnel, transmis au plus tard le 15 juin de l'année en question, qui présente les principaux aspects et les choix fondamentaux de la PESC, y compris leurs implications financières pour le budget général de l'Union européenne, ainsi qu'une évaluation des mesures lancées au cours de l'exercice n-1 ».

Consultations régulières. Entre outre, « le HR tient le Parlement européen informé en organisant des consultations communes au moins cinq fois par an dans le cadre du dialogue politique régulier sur la PESC, à convenir au plus tard au sein du comité de conciliation ». Participent à ces réunions : « pour le Parlement européen, les bureaux des deux commissions concernées; pour le Conseil: le président du comité politique et de sécurité. La Commission est invitée à participer à ces réunions. »

Modification du budget. « Chaque fois que le Conseil adopte, dans le domaine de la PESC, une décision entraînant des dépenses, le HR communique immédiatement au Parlement européen, et en tout cas au plus tard cinq jours ouvrables après la décision finale, une estimation des coûts envisagés (fiche financière), notamment ceux qui concernent le calendrier, le personnel, l'utilisation de locaux et d'autres infrastructures, les équipements de transport, les besoins de formation et les dispositions en matière de sécurité. »

Suivi de l'exécution du budget. « Une fois par trimestre, la Commission informe l'autorité budgétaire de l'exécution des actions PESC et des prévisions financières pour le reste de l'exercice. »
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans La PeSDC: comment çà marche
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:30
La Frégate néerlandaise, Hr.Ms Tromp, qui participe à l'opération européenne anti-piraterie a arrêté et désarmé 13 pirates de plus. Les Néerlandais avaient déjà réalisé une première interception de 9 pirates (lire : 2 nouveaux groupes pirates neutralisés. Pirates libérés), quand ils ont découvert, au radar, 3 bateaux suspects supplémentaires : un bateau-mère et deux petits skiffs, à environ 400 kms au sud-ouest des Seychelles. Ceux-ci fonçaient en fait sur le navire néerlandais... S'apercevant de leur méprise, ils ont tenté de faire demi-tour, il était trop tard !
SkiffPiratesTrompDemiTour-NL100316.jpgRepérés, les skiffs, vus de l'hélicoptère néerlandais, font demi-tour (crédit : ministère NL de la Défense)

Filés sur plusieurs miles, la décision d'interception a été prise. Aidés de l'hélicoptère Lynx, les commandos marine, à bord de deux pneumatiques RHIB, ont réagi et réussi à stopper les 3 bateaux. Non sans mal. Il a fallu plusieurs tirs de semonce tirés de l'hélicoptère et des RHIB. A bord, les militaires ont retrouvé un certain attirail de pirates (échelles, armes...). Les suspects ont été désarmés. Mais aucun lien avec une attaque ne pouvant être prouvé, ils ont été remis dans le canot « avec suffisamment de carburant, d'eau et de nourriture, selon les directives européennes pour qu'ils puissent atteindre les Seychelles » précise le ministère de la défense néerlandais. Les gardes-côtes de l'archipel ont été prévenus.
ArrestPiratesRhibTromp1@Nl100317Course poursuite entre skiffs pirates et RHIB du Tromp (crédit : ministère NL de la Défense)
 
L'opération "Coup de balai". Un autre groupe pirates aurait encore été reperé, précise le ministère de la Défense qui confirme le nom de l'opération "Coup de balai". Un nom très symbolique pour les marins néerlandais du Tromp. Puisque l'amiral Maarten Tromp, après sa victoire sur les Britanniques en 1652, faisait toujours hisser à coté de son pavillon, un balai, symbole de la volonté de nettoyer la mer. Depuis lors, la cabine du commandantt du navire Tromp a toujours été orné... d'un balai. Sacré personnage que ce Marteen qui a un long passif avec les pirates et autres corsaires. L'histoire (ou la légende) raconte qu'attaqué par le pirate anglais Peter Easton sur le chemin de la Guinée, il rallia l'équipage au cri: "Ne voulez-vous pas venger la mort de mon père ?" alors que son père venait de succomber sous les coups. Il fut fait prisonnier, puis libéré quelques années plus tard. Il repris la mer à 19 ans mais fut à nouveau capturé, en 1621, par les corsaires babaresques, au large de Tunis. Libéré à nouveau, il rejoignit la flotte néerlandaise et exerça les fonctions de commandant de la flotte.

NB : des thoniers français ont échappé hier à une attaque de pirates.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 15:28
TrasnfertPiratesSeychellesTroup-Eunavfor100311.jpgL'information (publiée sur ce blog hier) est désormais officiellement confirmée par le QG d'Atalanta, l'opération européenne anti-piraterie, photos à l'appui.

A 14h45 heures locales (Djibouti = GMT +4), les 11 pirates suspects - arrêtés début mars - par le Nivose sont arrivés sur l'aéroport de Victoria aux Seychelles, à bord d'un appareil français (un Transall si mes informations sont exactes).

Les détenus ont été remis aux autorités des Seychelles, en présence du commandant adjoint de l'opération, le Contre-Amiral (espagnol) Bauza, et de la presse. « Today is a good day but you mustn’t forget the people at sea and the Seychelles Coastguard which are doing a wonderful job » a déclaré Bauza à nos confrères des Seychelles.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.