Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:52
Finalement après avoir bien réfléchi, l'Italie a renoncé à juger les pirates que la frégate ITS Maestrale avait saisi fin mai et va les confier... au Kenya. Elle applique ainsi l'accord signé entre l'UE et le pays africain qui a ces derniers mois reçu près d'une centaine de pirates (voir le bilan remis à jour). Un juge d'instruction avait été nommé. Et une vidéo-conférence avait même été organisée. En vain... la voie du droit et de la raison a parlé. Le gouvernement a adopté, le 12 juin, un décret qui dessaisit la justice italienne. Le ministre de la Défense l'a confirmé à l'issue du Conseil des ministres.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 23:50
Les 27 Ministres de l'Union européenne devraient décider d'étendre la stratégie qu'ils ont adopté pour l'Afghanistan vers le Pakistan voisin. Selon l'Action commune, qui doit etre prochainement publiée au JO, le représentant de l'UE en Afghanistan, l'Italien Ettore F. Sequi devrait être nommé également pour le Pakistan, jusqu'au 28 février 2010 (1). Une décision en phase avec la volonté de l'Union européenne d'avoir une "approche globale" de tous les pays de la région.

Mandat de contact avec toutes les parties prenantes. Le Haut représentant aura ainsi mandat de "faire connaître la position de l'UE sur le processus politique au Pakistan", "d'établir et de maintenir un contact étroit avec les institutions représentatives pakistanaises, en particulier le gouvernement et le parlement. Un contact devrait également être maintenu avec d'autres personnalités politiques (NB : l'opposition) ainsi que d'autres concernés, qu'ils se trouvent dans ces pays ou à l'étranger", de "maintenir un contact étroit avec les organisations internationales et régionales concernées", de "donner des conseils sur la participation de l'UE à des conférences internationales sur le Pakistan", "de faire en sorte que l'approche politique de l'UE se retrouve dans l'action de celle-ci en faveur du développement de l'Afghanistan et du Pakistan... Toutes choses assez classiques.

Mandat d'information sur l'Etat de droit et les droits de l'homme. Ce qui est intéressant, c'est que le HR reçoit mission d'informer (l'UE) pour l'Afghanistan comme le Pakistan sur : "
- la bonne gestion des affaires publiques et la mise en place d'institutions ;
- le respect des droits de l'homme ;
- le respect des principes démocratiques, de l'État de droit, des droits des personnes appartenant à des minorités, des droits des femmes et des enfants ainsi que des principes du droit international ;
- la promotion de la participation des femmes à l'administration publique et à la société civile ;
- le respect des obligations internationales, y compris la coopération à la lutte internationale contre le terrorisme, le trafic de drogues et la traite des êtres humains et la prolifération des armes de destruction massive et des matériels connexes ;
- les mesures visant à faciliter la fourniture de l'aide humanitaire ainsi que le retour en bon ordre des réfugiés et des personnes déplacées."


Le Pakistan au meme rang de préoccupations sur l'instabilité que l'Afghanistan. Ainsi le Pakistan se retrouve ravalé au rang de son voisin afghan pour nombre de sujets. Une décision logique soulignent des diplomates européens: "Nous sommes conscients qu'il y a un réel risque dans la région. Et que le Pakistan présente tout autant de risques potentiels et de problèmes que l'Afghanistan". L'Action commune mentionne d'ailleurs comme fondement à cette décision : le "risque que la situation se détériore et porte atteinte aux objectifs de la politique étrangère de l'UE".

(1) La date retenue est la même pour la plupart des représentants spéciaux de l'UE , et dont le mandat est régulièrement prolongé)

(Crédit photo : Conseil de l'Union européenne)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Orient - Afghanistan-Pakistan
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 22:00
Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE, réuni le 15 juin à Luxembourg, va avaliser la prolongation de l'opération anti-pirates EUNAVFOR Atalanta d'un an à compter du 13 décembre 2009 (soit jusqu'à fin 2010). Les 27 estiment, en effet, selon le texte des conclusions, que l'opération Atalanta "a démontré sa capacité d'agir efficacement contre les pirates et que la piraterie au large des côtes somaliennes continue à rester une sérieuse menace". Cette décision permet d'entamer la force de génération pour l'année prochaine.

Le QG restera à Northwood (Uk). D'ores-et-déjà certains points paraissent acquis : l'opération gardera son QG britannique à Northwoord (près de Londres). Elle sera commandée par un officier supérieur britannique. Un adjoint sera nommé pour chaque semestre (ce pourrait être, comme maintenant, par rotation, un Allemand et un Français). Reste à trouver les navires. Mais, a priori, ce ne devrait pas être difficile, les principaux Etats déjà engagés dans l'opération "semblent prêts à prolonger leur effort". Un engagement qui contraste avec les difficultés qu'a l'OTAN à trouver des Etats contributeurs. De fait, explique un diplomate européen, "Les deux opérations font un peu doublon. Et les Etats membres n'ont pas envie de payer deux fois pour la même opération". Et, puis,
complète un expert militaire européen, "Atalanta a prouvé son efficacité".

Atalanta devient le standard d'intervention. Les prescriptions d'Atalanta —
les modalités d'escorte (nombre de bateaux escortés, points de rendez-vous, modalités des relais entre navires d'escorte, ...), les consignes à donner aux navires marchands (durant l'escorte, en cas d’attaque, hors escorte, zones de vulnérabilité), les zones dangereuses, etc... — "sont devenues la norme d’emploi dans la zone" explique cet expert militaire européen. "Le QG de Northwood est considéré par la marine marchande comme étant la référence et les autres marines (Russe, Inde... ) semblent se caler sur l'opération européenne" (non sans difficulté parfois ).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 20:31
Le bilan qu'a remis Eulex au secrétaire général de l'ONU (bilan établi au 31 mai) est intéressant et mérite qu'on s'y arrête quelque peu. Le Kosovo, qui était il y a un an encore au centre de toutes les attentions,  n'est plus au hit parade des médias. D'une certaine façon, c'est la marque d'une certaine réussite. Même si la situation reste tendue dans certains villages, instable parfois, l'indépendance de l'ancienne province serbe s'est déroulée, dans un cadre plutôt "raisonnable" et les relations se sont apaisées entre l'Union européenne et Belgrade (qui vise l'adhésion à l'UE). C'est aussi dans ce contexte qu'il faut apprécier la décision prise par l'Otan de diminuer les forces de la KFOR.

Voici les principaux points du rapport:


- Serbie/NordKosovo. Le 19 mars, le chef de la mission et les responsables des principales composantes ont tenu leur première réunin avec des responsables de premier rang du gouvernement serbe à Belgrade. La présence dans le nord du Kosovo (à majorité serbe) est désormais effective tant au plan judiciaire que douanier.

- Police. La police Eulex est désormais présente dans touttes les régions et tous les postes, comme observateurs, formateurs et conseillers de la police kosovare. Le plan de restructuration de la police kosovare est suivi de près. Mais la réintégration des policiers serbes qui avaient refusé de travailler sous les ordres des Albanais, prend du temps. Environ 45 policiers sur un total de 300 ont déjà repris leur travail. La Police Eulex a participé au maintien de l'ordre durant les manifestations quasi quotidiennes à Brdjani/Kroi I Vitakut en avril et mai, en protestation contre la reconstruction de maisons de kosovars albanais. Aucun blessé sérieux n'a été à déplorer (1).

- Justice. La transmission des dossiers de la Minuk vers Eulex est désormais réalisée. Les juges d'Eulex ont reçu 120 dossiers et les procureurs Eulex ont clos 300 cas. 16 verdicts ont été rendus dans des cas de crimes, y compris pour meurtres, crimes organisés et trafic d'être humains.
Un premier verdict pour des crimes de guerre a été rendu le 3 mars (les accusés et accusateurs étant des kosovars albanais). Eulex a aussi commencé à s'occuper de procédures civiles, notamment pour des questions de litiges de propriété ou de contrats inter-ethniques. Au nord Kosovo, un premier procès s'est tenu dans le district de Mitrovica en mars (non sans incidents) et un deuxième en mai.

- Personnes disparues. Depuis le 9 décembre, Eulex a réalisé 26 exhumations permettant de retrouver 21 restes humains, envoyées pour analyse ADN. Après identification, 44 restes ont été rendus aux familles.

- Douanes. Depuis le 1er février, les services des douanes d'Eulex contribuent au contrôle du trafic aux postes frontières "Gate 1" et "Gate 31" avec une présence 24h/24, 7j/7. Le dispositif a été renforcé depuis le 20 mai. Puisque le tampon "Eulex" estampille désormais les documents de passage de marchandises. Et qu'une carte d'identité a été délivrée aux conducteurs de poids-lourds transportant des marchandises au Kosovo. Copies des documents sont faits aux douanes du Kosovo et à l'administration des Taxes et des Douanes serbe.

(1) La chaine d'intervention reste inchangée :
1° la police kosovare, avec des conseillers et observateurs d'Eulex ;
2° la police Eulex avec mandat exécutif ;
3° la KFOR (force de l'Otan).

Télécharger le rapport Eulex et Minuk au 31 mai 2009 (
download Eulex/Minuk report)

Summary: On 19 March the Head of Mission and the Heads of Components had their first official meetings in Belgrade with senior members of the Serbian Government. On 31 May 2009, Mission staffing was more than 2,600 staff (1,
713 international staff and 920 local staff). Police : EULEX Police monitored, mentored and advised Kosovo Police (KP) in all regions and at all boundary points. EULEX Police have been closely monitoring the restructuring of Kosovo Police. EULEX supports the plan for the reintegration of the suspended Kosovo Serb police officers as set out by the Ministry of Internal Affairs in mid-April. So far, a total of about 45 out of more than 300 officers have returned to work. EULEX Police Units had to intervene in April-May in violent protests by Kosovo Serbs against the reconstruction of Kosovo Albanian houses in Brdjani/Kroi I Vitakut in Mitrovicë/a. No-one was seriously injured and reconstruction, eventually, by members of both communities has continued peacefully. Justice : By February the handover of cases from UNMIK to EULEX judges and prosecutors was mainly completed. EULEX Judges received 120 cases and EULEX prosecutors close to 300 cases. By late May, 16 verdicts had been passed in criminal cases concerning inter alia murder, organised crime, trafficking in human persons and war crimes. EULEX judges also started to handle civil law trials, dealing with intra-ethnic and inter-ethnic property disputes. Missing Persons : since 9 December the EULEX Office for Missing Persons and Forensics has conducted 26 exhumations pertaining to 21 remains. These 21 remains were autopsied and bone samples sent for DNA analysis. As of the same date, the Office has confirmed identification and returned 44 remains to the families. Customs: On 1 February, EULEX Customs started to collect data on commercial traffic at Gates 1 and 31 on a 24/7 basis. On 20 May EULEX Customs further strengthened customs control with new measures including the copying of commercial invoices accompanying goods entering Kosovo and ID cards of drivers of trucks transporting commercial goods to Kosovo. Copies are shared with Kosovo Customs and the Serbian Customs Administration and Tax Administration.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Balkans-Bosnie-Kosovo
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 20:03
Les 27 ont validé, le 9 juin 2009, le budget pour l'opération "Etat de droit" (Eulex) au Kosovo, pour l'année à venir. Le budget est fixé à 265 Millions d'euros (jusqu'au 30 juin 2010), soit un budget de 60 millions pour 12 mois. A comparer aux 205 millions d'euros pour les premiers seize mois, on pourrait croire à une nette diminution. En fait, il n'en est rien, car ce budget correspond au budget de fonctionnement. Or, la mise en place d'une opération occasionne davantage de frais que sa prolongation. De plus, au démarrage de la mission, on avait calculé assez large en donnant un budget permettant de faire face à certaines éventualités (troubles importants, nécessité de protection...) qui ne se sont pas produit. Ainsi, la réserve opérationnelle, prévue lors de la décision de lancement de l'opération (300 personnes), n'a pas vraiment été nécessaire - par exemple car la police kosovare a pu se déployer au nord -, et certains profils ont été transformés (pour avoir un peu plus de douaniers ou conseillers juridiques qu'un supplément de maintien de l'ordre).
La mission calibrée pour plus de 3000 personnes (2200 experts internationaux, dont 300 de réserve opérationnelle, et 1100 personnels locaux) emploie actuellement plus de 2600 personnes (1713 experts internationaux et 920 employés locaux).

Lire aussi "Eulex à mi-mandat, premier bilan"

NB : Lancée le 15 février 2008, sur la base d’une action commune approuvée le 4 février 2008, « Eulex Kosovo » est une mission civile de défense. Elle est financée sur un budget communautaire. Des policiers, des magistrats, une petite unité de douanes et le personnel de commandement et de soutien (logistique, unité médicale…). 26 Etats membres y participent ainsi que 5 pays tiers (Suisse, Norvège, Turquie, Etats-Unis et Croatie).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Balkans-Bosnie-Kosovo
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:36
« Sur l'échiquier mondial, l'Europe est un nain politique. Placée sous la tutelle des États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle n'est qu'un dominion américain qui s'en remet à son protecteur pour assurer sa défense. Dans un monde en profonde recomposition, elle n'a ni frontières stables ni exécutif. Avec 500 millions d'habitants, l'empire le plus riche de la planète est dépourvu d'armée et de stratégie collective. L'Europe, faible et désunie, est une proie facile. Qui s'en emparera ? Les États-Unis, la Russie, la Chine, l'Allemagne… »

C’est la thèse développée par Jean-François Susbielle, consultant en géostratégie et technologies de l’information, qui se pique de géopolitique. L’ouvrage est décapant, oblige à réflexions. Mais il reste marqué par de nombreux a peu près, des réflexions du « café du commerce », et un sentiment anti-allemand qui gâchent l’ouvrage. En tout cas, il reflète une certaine vision française, pour ne pas dire franchouillarde, de l’Europe.

• Le déclin de l'empire européen, Jean-François Susbielle (éditions First, Paris, mai 2009, 238 pages, 15,90 Euros)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Lectures du week-end
commenter cet article
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 00:53
Le mauvais temps sur l'Océan indien oblige apparemment les pirates à change de tactique. Après quelques attaques dans la Mer rouge, c'est à l'autre du Golfe d'Aden, au sud d'Oman qu'a eu lieu une attaque. Vendredi, vers 14h15 GMT, un petit cargo néozélandais de 2950 tonnes, battant pavillon d'Antigua, et de propriétaire allemand, le MV Charelle, a été pris au sud d'Oman (21.55 nord, 05.91 Est) dans le Golfe d'Aden. L'équipage est composé de Fidjiens, Néo-Zélandais et Sri-lankais. Une unité d'EUNAVFOR Atalanta était sur place, selon le QG d'Atalanta, le pétrolier ravitailleur espagnol "Marques de la Ensenada". Mais apparemment il n'a rien pu faire. Le navire n'était pas enregistré dans la base de données européenne MSCHOA.

C'est la deuxième attaque dans cette zone du golfe d'Oman et la première attaque "réussie" depuis quelque temps dans la zone. Mercredi 10 juin, 10 pirates armés de pistoles et de lance-roquettes dans deux bateaux rapides avaient poursuivi un vraquier au large de
Ras Al Madrakah (18.41.8 Nord - 05.80.1 Est), selon le Bureau maritime international. Le capitaine a sonné l'alarme et pris des manoeuvres d'évitement, actionnant les sirèhnes et les lances-incendies. Après 50 minutes de tentatives, les pirates ont abandonné l'attaque.

Today at 14.15 GMT a small New Zealand cargo vessel of 2.950 tons was hijacked by pirates south of Oman (2155N 0591E) in the Gulf of Aden. The hijacked vessel has now altered course towards Somalia. The EUNAVFOR – Atalanta unit, Spanish warship ESPS Marques de la Ensenada  is at the scene of the incident. The vessel was not registered with MSC(HOA).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 02:12

Un "flop" ! Il n'y a pas d'autre mot. Présentée comme imminente dans plusieurs médias, le lancement d'une opération anti-piraterie par l'OTAN semble bien plus difficile qu'annoncée. Et même si le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer à l'ouverture de la conférence des Ministres de la Défense de l'Alliance, jeudi, s'est voulu optimiste — "Ministers took stock of our successful efforts to date and discussed the scope of NATO’s possible longer-term involvement in counter-piracy" a-t-il déclaré — ; il avait bien en mémoire le résultat de la première conférence de génération tenue au SHAPE la veille. Un "échec complet" selon un spécialiste de la question. Malgré la présence des 28 membres de l'Alliance comme d'Etats tiers (Australie, Corée, Russie...), le constat a été clair : il y a peu de forces disponibles pour l'OTAN.

Les SNMG en opération placebo. Conséquence : l'Otan va continuer à utiliser le passage de ses groupements maritimes (SNMG 1 ou 2) pour... simuler une opération. Tous les spécialistes de la question savent, en effet, pertinemment que "les opérations Allied Provider et Allied Protector" ne sont pas, en tant que telle, une véritable opération, structurée, permanente. D'autant que certains Etats (comme l'Allemagne) quittent le SNMG dès qu'il est au large de la Somalie pour passer sous commandement de l'UE (mandat strict du Bundestag oblige).

Problème de capacité mais aussi juridique. Ce n'est pas la première fois que l'Alliance tente de mettre la main sur l'opération maritime anti-pirates. Jusqu'au sommet de Budapest, concomitamment à l'opération de l'UE "Atalanta", l'OTAN tentait de mettre sur pied sa propre opération, voire de ravir à l'UE le leadership. Mais l'OTAN souffre d'un problème de capacité. Et également d'un problème juridique. Elle n'a toujours pas de cadre légal d'intervention face aux pirates ni d'accord avec le Kenya comme l'UE, les USA ou le Royaume-Uni. Conséquence : même si sa présence permet de renforcer les moyens "sur zone" - pour l'escorte de navires du PAM ou de navires marchands - ; elle aboutit inévitablement, en cas d'intervention contre les pirates, à leur... libération (après désarmement). Dans le bilan régulièrement remis à jour, je n'ai noté, en effet, qu'une seule remise de pirates à la justice (au Kenya grâce à l'accord signé, à titre bilatéral, par les Britanniques).
"La signature d'un tel cadre n'est pas une précondition absolue à l'opération. Mais elle serait d'une grande aide" a expliqué à Bruxelles le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 01:41
Le Conseil des ministres des ... Transports a approuvé une nouvelle action commune pour la mission européenne "Etat de droit" (Eujust Lex) en Irak (1). Il s'agit non seulement de prolonger la mission européenne mais surtout de mettre en place une "phase pilote" dans le pays même, avec "des activités de conseil stratégique, d'encadrement à des fins de suivi, et de formation, dans la mesure où les conditions de sécurité et les ressources le permettent".

Le budget est en légère hausse : 10,8 millions d'euros (à comparer aux 7,2 millions d'euros de l'année dernière). NB : Le budget de départ était de 10 millions mais il couvrait également la phase de planification de trois mois. La responsabilité du chef de mission en matière "d'exécution du budget de la mission" vis-à-vis de la Commission est précisée. "Il signe un contrat avec la Commission".

Chaîne de commandement. Comme toutes les décisions sur les missions civiles, l'Action commune comporte un paragraphe sur la nouvelle chaîne hiérarchique mise en place au niveau de l'Union européenne depuis 2006 avec le CPCC. Ainsi c'est le "commandant d'opération civil" qui assume la responsabilité politique et le commandement stratégique. Et le chef de mission qui assume le contrôle opérationnel sur le "théâtre". En terme militaire, on pourrait dire le commandement "tactique". Il reste sous la responsabilité du Commandant d'opération civil. Dans le même esprit, si "l''ensemble du personnel reste sous l'autorité de l'État membre ou de l'institution de l'UE" dont il dépend, c'est le chef de mission qui en "assume le contrôle opérationnel".
Enfin, manière d'intégrer davantage les missions de la PESD de l'UE au travail de la Commission (rapprochement qui n'est pas inutile si le Traité de Lisbonne entre en oeuvre et que se crée un service relations extérieures), "le chef de mission agit en étroite coordination avec la délégation de la Commission afin d'assurer la cohérence de l'action de l'UE dans le soutien apporté à l'Iraq" et "en étroite coordination avec la représentation locale de la présidence de l'UE et les autres chefs de mission de l'UE."

(1)
Je l'avais annoncé (un peu trop vite) pour le 18 mai. En fait, si le principe avait été acquis entre les 27, il restait encore à formaliser la décision juridique. C'est désormais chose faite.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Moyen Orient - Iran Irak
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 22:42
Parmi les sept pirates appréhendés après l'attaque du MV Antonis, que la marine suédoise a remis aux policiers kenyans lundi, figure un jeune homme, qui semble avoir 14 ans selon les autorités kenyanes. Des tests vont être effectués pour vérifier l'âge de l'intéressé, annonce la presse nationale. Par ailleurs, la Marine américaine a livré, mercredi 10 juin, les 17 pirates qu'elle avait appréhendé avec un navire coréen, le 13 mai, après l'attaque du MV Amira (dans le cadre de l'opération CTF 151).

Cela commence à faire beaucoup...
Pour les autorités kenyanes, qui ont reçu ainsi plus d'une centaine de pirates des forces alliées et européennes (USA et UE) - dont la plupart ces derniers mois - l'affaire des pirates commence vraiment à devenir difficile à gérer. Mombasa étant saturé, ils ont décidé de transférer les pirates vers d'autres villes. Les 7 suspects livrés la marine suédoise ont ainsi été transférés à Malindi, autre ville portuaire du pays, pour y être jugés (ils ont été inculpés mardi 9 juin). Il en sera de même des 17 suspects livrés par la marine US (inculpés jeudi 11 juin).

Grève de la faim. A Mombasa, la situation est, en effet, tendue. Ainsi 18 suspects internés à la prison de Mombasa, "Shimo la Tewa", qui doivent passer en procès cette semaine, seraient en grève de la faim.


Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.