Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 00:29
Les Polonais sont tous arrivés au Tchad. Et le Bataillon Multinational Nord (BMN) est maintenant pleinement opérationnel. Mission : sécuriser le terrain, notamment par des patrouilles - environ une tous les jours, annonce l'Eufor - et suivre régulièrement la situation avec les responsables de camps. Dans leur zone de responsabilités, les Polonais ont six camps de réfugiés, notamment à Amnabak et Touloum, qui représentent près de 116 200 réfugiés.

Mais l’Eufor n’a normalement pas le droit de rentrer dans les camps de réfugiés. Le contingent polonais et les responsables des camps se sont donc mis d’accord pour se rencontrer à l’extérieur. La patrouille a aussi un intérêt important :  reconnaître les routes, assurer des itinéraires de remplacement si, en raison de la saison des pluies, ou pour une autre raison, l’axe habituel devient impraticable.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 12:07
Comme la vie n'est pas toujours facile dans les sables tchadiens, voici une petite revue des cantines d'Eufor Tchad faites par les Français du 18e régiment . Donc n'attendez pas que ce soit tout à fait objectif, ni très gentil pour les autres...

- Abéché (Camp des étoiles et BATLOG) : "depuis 24 août un nouvel ordinaire à été ouvert sur le camp - Génial. Il y a désormais le choix entre plusieurs entrées, le choix entre 3 plats principaux, de nombreux laitages et des patisseries. Si rien ne convient il y a possibilité d'opter pour des paninis. Les jus de fruits et canettes fraiches sont à disposition. Même les petits déjeuner sont désormais complets."

- Iriba (zone nord) : Zone tenue par les polonais et donc nourriture polonaise (au secours)? C'est lourd et pas adapter à nos délicats palais de gourmet français. Un congélateur devrait être mis en place afin d'y entreposer des produits qui conviendraient mieux à nos personnels.

- Gos Beida (zone sud) : La zone est tenue par les irlandais et la nourriture est de type américaines. De quoi vous dégouter des frites pour le restant de votre vie, mais c'est mangeable.

- Forchana (zone centre) : Les personnels sont toujours en ration de combat, sauf le dimanche 'jour de fête)

- Birao (Rép. Centrafricaine) : C'est un ordinaire amélioré, tout à fait convenable.

Les rations au Barbecue,
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 19:38
C'est le président russe, Medvedev, lui-même qui l'a confirmé, en signant, le 1er septembre, le décret autorisant l'envoi d'un contingent russe au Tchad et en république centrafricaine pour l'opération Eufor. 200 militaires russes au maximum partiront pour servir et maintenir en état les 4 hélicoptères russes Mi8 MT (version nationale du Mi17 plus connu à l'export). Il a aussi signé l'accord technique de coopération Ceux-ci devraient arriver rapidement. Une équipe russe était partie en reconnaissance en juillet. Seul grain de sable possible : du coté de l'UE, cette participation doit être encore confirmée, à l'unanimité, par les 26 représentants des Etats membres participant à l'Europe de la Défense (le Danemark a un opt-out, une dérogation). Une simple formalité, il y a quelques semaines, qui devient désormais un acte politique avec le conflit en Géorgie et la tension des relations avec la Russie.

(mis à jour le 10 septembre)
Au Tchad, on croise les doigts. Le mémorandum d'accord avec les Russes a été reçu dans les services du Conseil de l'UE, en début de semaine. Il va falloir examiner maintenant s'il concorde avec les conditions des Européens. Ce sera le rôle du groupe "Relex". Le Coreper (comité des ambassadeurs) devra ensuite l'approuver (en point A "si tout va bien", donc sans discussion). Avant une approbation dans un Conseil des Ministres (n'importe lequel, en point A).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 22:31
36 Ongs et Groupes de défense des droits de l'homme, actifs au Darfour, viennent de publier un rapport dans lequel elles dénoncent le manque de volonté de plusieurs Etats membres de fournir les moyens nécessaires à la force des Nations-Unies qui doit se déployer au Darfour (Minuad), notamment les hélicoptères (télécharger ici - en anglais). Si la "Minuad échoue, c'est toute la crédibilité des opérations de maintien de la paix qui est en cause" souligne le rapport écrit par le spécialiste de l'aviation, Thomas Withington.

Depuis un an, la mission pâtine
Endossée solennellement par les dirigeants du monde, réunis au sein G8 le 7 juin 2007, et entérinée par le Conseil de sécurité de l'ONU le 31 juillet 2007, une résolution 1769 autorisait le déploiement d'une force de maintien de la paix de 26 000 hommes pour protéger la population du Darfour. La mission - "la plus importante de l'histoire de l'Onu" comme s'enorgueillait son secrétaire général - n'a pour l'instant réussi à déployer que 9000 hommes dans la région, la majorité en provenance de la force de l'Union Africaine qui l'avait précédée.  Quant aux hélicoptères, c'est simple : sur les 18 hélicoptères nécessaires, aucun n'a encore été offert. Un chiffre à comparer aux "350 hélicoptères utilisés en Iraq" ironise le rapport. Celui-ci a identifié 20 Etats ayant des surplus de capacité héliportée. Et, parmi ceux-ci, six Etats sont particulièrement mieux placés pour fournir les hélicoptères à la Minuad: la république Tchèque, l'Italie, la Roumanie et l'Espagne, l'Ukraine et l'Inde pourraient, à eux six, fournir 70 hélicoptères. Si l'on comptabilise les seuls pays membres de l'Otan, 104 hélicoptères seraient disponibles.

Ce rapport peut paraître un peu utopique
quand on voit les difficultés qu'a eu l'Eufor Tchad pour rassembler une dizaine d'hélicoptères, quand on sait que l'opération en Afghanistan "consomme" actuellement les rares potentatialités disposnibles - cf. notamment le retrait des Norvégiens du Shirbrig ou la décision des Roumains de se retirer d'Eufor Tchad - et quand on connait les difficultés qu'ont les Européens pour se décider à moderniser quelques unités héliportées.
 
Hélicoptère moyen "vital"
Le rapport rappelle cependant combien l'hélicoptère est un moyen plus que nécessaire. L'attaque d'un convoi de la Minuad survenu, le 8 juillet dernier, au nord Darfour l'a rappelé. L'attaque orchestrée a fait sept morts parmi les soldats de la paix et 19 blessés, après trois heures d'embucade par des milices armées. Sans hélicoptères, la Minuad était dans l'incapacité de mettre sur pied une opération de secours ou de renfort au convoi attaqué. Bien sûr ces appareils nécessiteraient certaines modifications, le coût de ces modifications pourrait être supporté "par les pays eux-mêmes, par l'Onu ou à travers des soutiens bilatéraux par d'autres nations", note le rapport. Le problème des hléicoptères n'est pas le seul, précise-t-il, la force a besoin d'autres équipements comme des moyens aériens de transport ou de reconnaissance ou une unité logistique multi-rôles.

Réactions
Mis en cause, le ministre roumain de la Défense s'est défendu en estimant que ses hélicoptères ne sont pas adaptés aux conditions locales et que la Roumanie est confrontée à une forte pression budgétaire par sa participation sur trois théâtres d’opérations à l’étranger (Irak, Afghanistan, Bosnie - Kosovo).

Crédit photos : hélicoptères Puma roumains (ministère de la Défense roumain)

English summary
On July 31, 2007, the U.N. Security Council passed Resolution 1769, which authorized a peacekeeping force 26,000 strong to protect the Darfuri people. The mission - the largest authorized force in U.N. history - has only deployed 9,000 to the region, many of which were held over from the African Union force that preceded it. Marking the one year anniversary, a report - written by aviation expert Thomas Withington and endorsed by 36 human rights groups and non-governmental organisations around the world - sets out for the first time which countries have the critically-lacking helicopters needed to protect civilians in Darfur. If UNAMID is allowed to fail, it will affect all of the international community’s efforts and set back any prospect of peace for many years to come. Without helicopters, the force’s ability to respond quickly to events and fulfil its mandate to protect civilians is severely compromised. The July 8, 2008 attack on a UNAMID convoy in north Darfur underscores the critical importance of helicopters to the mission. The orchestrated attack left seven peacekeepers dead and 19 wounded after nearly three hours of ambush by armed militias.
The report finds that:
  1. Of the 18 transport helicopters required by the force, not a single one has yet been offered; this compares to an estimated 350 such helicopters in use in Iraq.
  2. The report identifies more than 20 countries with surplus aircraft that could be made available for the mission.
  3. The six countries best placed to provide transport helicopters, Italy, Ukraine, India, Spain, Romania and the Czech Republic, between them have an estimated 71 helicopters available, four times the requirement.
  4. NATO member states alone could jointly provide 104 such helicopters, almost six times the requirement.
le it is possible that some aircraft may need modifications to their subsystems in order to comply fully with the U.N. requirements for the Darfur theatre, these costs should be met by the countries themselves, by the U.N., or through bi-lateral support from capable nations. (...) Helicopters are not a panacea for the UNAMID force. The force also needs other equipment, including transport trucks, aerial reconnaissance capabilities, additional engineers and a multi-role logistics unit.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 23:33
Christine Roger, la représentante française au Comité politique et de sécurité (COPS) était devant la sous-commission Défense du Parlement européen, le 16 juillet, pour expliquer les principaux enjeux de la présidence française de l’UE en matière de défense et de sécurité. Sur l'après Eufor au Tchad, elle a confirmé (voir aussi les rapports Solana / Ban Ki Moon) qu'il il faudra "convaincre" les autorités tchadiennes et l'ONU de l'opportunité que cette dernière prenne le relais de l'UE après l'expiration du mandat de l'Eufor, le 15 mars 2009. Une des solutions - a-t-elle évoquée - pourrait être que "les troupes européennes restent sur place, sous le drapeau onusien". Il s'agit donc de convaincre les Nations-Unies de la "nécessité de prendre le relais". Ce qui devrait être facilité par la logistique déjà mise en place par l'Eufor.

A cette même séance, l'ambassadrice est aussi revenu sur les capacités d'intervention de l'UE. Elle a ainsi tenu à démentir le déploiement possible par l'UE dans une opération de grande envergure de 60.000 soldats. L'UE a davantage vocation à des "opérations limitées, intégrant la dimension civile et militaire", ou, encore, des opérations de réaction rapide faisant appel aux groupements tactiques (ou Battle Groups). Sur ce point, elle a reconnu - comme les eurodéputés le soulignaient - que le déploiement des Battle Groups est "particulièrement difficile" car les Etats membres ont des vues différentes sur l'idée "d'utiliser ces groupements, élaborés pour un certain concept, à d'autres fins. Quant à l'Eurocorps, il est peu utilisable à l'écouter. Son coté "très hétérogène" - avec des règles d'engagement très différentes et le consensus multinational nécessaire pour le déployeren font un "outil difficilement utilisable" (même constat d'ailleurs pour la Gendarmerie européenne).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 08:27
Ca n'a pas traîné. L'encre de l'accord signé entre l'UE et l'Albanie était à peine sèche que les militaires albanais débarquaient au Tchad. C'est un Airbus de l'escadron "Esterel" de l'armée de l'Air française qui a convoyé le détachement albanais - de 62 hommes du régiment Commando - , le 19 juillet, sur l'aéroport de N'Djamena. Après la remise des passeports à deux charmantes militaires Français(es) de l'armée de l'air, reconnaissables à leur tenue "sable", celles-ci ont effectué les formalités d'entrée sur le territoire auprès des autorités tchadiennes.

Sans coup férir, les Albanais n'ont pu s'empêcher de mettre le béret bleu, dès la sortie de l'avion (ce qui constitue une exception - louable -  les couvre-chefs sont normalement interdits sur le tarmac d'un aéroport) et de déployer le drapeau albanais, un aigle à deux têtes sur fond rouge. Le moment est plutôt important. C'est la première mission en Afrique pour l'armée albanaise.

Les hommes ont été ensuite dirigés vers le camp Europa, de l'Eufor, à deux kilomètres de là. Etape normalement obligatoire pour tous les personnels arrivant d'Europe : histoire de recevoir les instructions d'usage mais aussi d'avoir une première accoutumance aux conditions climatiques, avant le déploiement sur le terrain. Certains resteront là. Les Albanais vont en effet assurer la garde statique des deux camps d'Etat-major : Europa à N'Djamena et Etoiles à Abéché, succédant ainsi aux Finlandais notamment qui accomplissaient cette tâche. Durée de la mission : six mois. Avant une relève.

Nb : l'accord est paru au JO du 13 août.

Crédit photos : Eufor Tchad / RCA
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 13:48
La non-présence des Roumains à l'Eufor est confirmée. Ils devaient aller dans le nord d'Abéché, à Iriba, avec le contingent polonais. Ce ne sera pas le cas après la décision du Conseil suprême de défense de limiter l'engagement de soldats roumains. Et "pour l'instant, il n'y a pas de remplacement prévu", affirme-t-on au Conseil de l'UE. C'est le premier manquement important d'un Etat membre à ses engagements pris lors du lancement de la mission.

Cet évèement démontre, en tout cas, toute l'importance des réserves préalables mises par un Etat membre, lors des conférences de génération de force. Les Roumains avaient mentionné la nécessité d'obtenir l'autorisation du CSAT. Il montre aussi toute la fragilité des engagements de certains gouvernement, notamment de coalition. En février, le ministre de la Défense roumain avait reproché publiquement à son homologue des Affaires étrangères, lors d'une séance au Sénat roumain, d'avoir engagé la participation de la Roumanie au Tchad, au Conseil des ministres de l'UE de décembre, sans l’aval du Conseil Supérieur de Défense. C'est enfin un revers pour le président français, Nicolas Sarkozy, qui avait obtenu lors de sa visite en Roumanie en février, un engagement personnel du président Basecu sur cette présence (Dommage, ils avaient le même drapeau que celui du gouvernement du Tchad...).

Autre nouvelle, en marge du sommet Ue-Méditerranée, à Paris, dimanche 13 juillet, Javier Solana et le Premier ministre albanais Sali Berisha, ont paraphé l'accord confirmant la participation de 60 Albanais à l'opération Eufor.

© Photos : (haut) Roumains en Irak (Ministère de la défense roumain)
(bas droite) signature de l'accord Solana-Berisha à Paris (Conseil UE)


Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 07:21
Deux hélicoptères Gazelle - du 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat d’Étain - viennent d'arriver à Abéché. Ils avaient été convoyés le 5 jusqu’à N’Djamena à bord d’un Antonov 124 puis, une fois reconditionnés, ont rejoint leur affectation le lendemain.

L'unité d'hélicoptères de l'Eufor au Tchad comprend désormais 13 hélicoptères, stationnés sur les différents sites : quatre Puma et quatre Gazelle français stationnés, la plupart à Abéché (notamment les Gazelle d'attaque) le restant à N'Djamena, trois hélicoptères Mi17 (polonais) pour le bataillon Nord (Iriba), et deux hélicoptères Mi 8 (irlandais) pour le bataillon sud (Goz Beida)... En attendant les quatre hélicoptères russes - on parle de Mi8MT (plus récents que les Mi8 ordinaires et plus lourdements armés, ils peuvent aussi être utilisés comme hélicoptères d'assaut) ou de Mi17. (nb : Il n'y a pas à dire le matériel de fabrication russe est bien adapté au désert) ! Une équipe russe est en reconnaissance à Abéché.

Nb : pour un petit aperçu du bataillon héliporté commandé à Abéché par le Colonel Bouillaud: "a pacific war for helicopters" et, plus généralement, le blog de David Axe

(Mis à jour le 21 juillet)
Crédit photos : Dicod Armée française et Eufor Tchad/RCA
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 17:17
Le ministre de la Défense, Teodor Melescannu, a confirmé, fin juin sur Rfi, ce qu'on craignait depuis quelques jours : le Conseil suprême de Défense (CSAT) a écarté l’idée d’une participation de la Roumanie à la mission militaire de l’UE au Tchad. « Nous sommes à la limite de nos possibilités et nous n’avons pas pour l’instant la possibilité de nous impliquer dans un théâtre d’opération » estime le ministre, dans Romania Libera. 120 militaires roumains étaient attendus sur le terrain au Tchad (il y en déjà 1 à l'Etat major).

Cette décision s'inscrit dans une perspective plus générale de réduction des effectifs roumains à l’étranger en 2009. Une diminution de 541 militaires , très exactement, selon un communiqué de l'administration présidentielle, qui porte essentiellement sur les forces de réaction de l’OTAN basées en Roumanie et en Iraq. « Il ne s’agit pas d’un retrait de militaires, mais d’une réduction du nombre de ceux qui participeront l’année prochaine à des opération à l’étranger ou qui seront mis à la disposition de l’Alliance », a considéré le Ministre.
Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 08:22
La Croatie pourrait être le troisième Etat tiers (après l'Albanie et la Russie) à voir sa participation à l'opération Eufor Tchad RCA confirmée. Le Comité de politique et sécurité se penche sur la question le 4 Juillet. La Croatie devrait envoyer une quinzaine d'hommes qui seront présents sur le terrain d'ici fin septembre octobre.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Tchad Soudan
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.