Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 20:53
Après une traversée de quinze jours, le navire hôpital de l'armée espagnol, Castilla est désormais à pied d'oeuvre au Petit-Goave, une ville d'Haiti où les secours internationaux ont, jusqu'ici, été plus limités. Une unité de 18 véhicules lourds a pu être débarquée à l'aide la péniche. Le navire restant ancré au large. Ils vont pouvoir être utilisés, dès demain dimanche, pour déblayer les gravas dans la ville, annonce l'Etat-Major de la marine espagnole.
VechiulesDebarqPenicheHaiti-Esp100205.jpg
Une équipe de reconnaissance est partie explorer les routes et les besoins de dégagement. Première priorité : dégager les routes menant au port. Le travail commence demain. Elle a pu aussi localisé un emplacement pour le futur camp de base, dans une parcelle clôturée donnée par le conseil municipal de la ville, non loin du petit quai du port et reliés à lui par l'une des principales rues de la ville. Pour niveler le terrain et le préparer, les sapeurs-marins  et les machines du Castilla auront besoin d'environ six jours, selon le commandant de bord. Autre travail pour le génie : déblayer l'Eglise, un lieu symbolique pour la population, en grande majorité catholique.
VechiulesDeblaiemLleganHaiti-Esp100205.jpg
Le groupe de soutien médical a, de son coté, effectué un premier bilan pour détecter les besoins des différents centres de soins primaires et autres postes de soins improvisés. « Les dommages causés par le tremblement de terre du 12 janvier et sa réplique du 20 ont sérieusement endommagé les structures de santé ». Et les besoins restent importants : soins post-chirugicaux et de suite après les traitements d'urgence. L'unité de soins médicaux embarquée (
USAEMB) va prêter son attention en premier lieu aux habitants du poste de santé du Westleyenne. Tandis que les « cas les plus graves seront transférés pour traitement sur l'hopital de bord du Castilla ».

(crédit photo : Castilla / Marine Espagnole)
 

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 05:05
HaitiSeismeRue@E1001Le dernier rapport que viennent de dresser les experts européens qui sont sur place est édifiant tant sur la situation sur place qui reste encore catastrophique : la phase d'urgence n'est pas vraiment terminée même si la phase de "recherche et de secours" dans les décombres (search and rescue) est désormais close.

Des besoins énormes

Sans-abris, déplacés, blessés, camps de fortunes. Avec 200.000 personnes sans abris, rien qu'à Port-au-Prince (selon les estimations de l'ONU), et 210.000 déplacés en dehors de Port-au-Prince, ainsi que 600.000 personnes dans des camps de fortune à Port-au-Prince, on perçoit tous les défis de l'aide d'urgence internationale aujourd'hui dans l'ile.


Selon les experts européens, l'accès aux camps, les points de distribution de nourriture, la desserte des villes et villages isolés s'améliore mais reste encore « limitée par les débris, les véhicules abandonnés sur les routes ou les dommages d'infrastructure (ponts, routes, etc.). Parmi les autres besoins, il faut aussi du « carburant, des petites pompes et des latrines ». « La qualité de l'eau et sa distribution reste un problème ».

Sans compter les besoins médicaux : « 200.000 personnes ont besoin de soins de suite post-chirurgie et d'un bilan médical, avec des blessures non traitées. Les maladies infectieuses et les conditions sanitaires restent une préoccupation prioritaire et pourraient se détériorer rapidement si les pluies arrivaient. »


Les défis pour l'assistance internationale

Les voies d'accès. « Le déblocage des goulets d'étranglement logistiques à Port-au-Prince » est une priorité. Notamment rouvrir le port maritime pour soulager l'aéroport.
Les chiffres sont conséquents. Selon l'unité protection civile de la Commission, il y a actuellement « un retard de 7 jours pour les vols à l'arrivée. Et environ 1000 avions sont en attente ». Précision : « les vols militaires représentent 27% du total ».

Les problèmes de coordination: devant lHaitiControlTraficAerien-Us100126.jpge manque de capacité du gouvernement pour se coordonner, il y a « nécessité de renforcer la coordination sous l'égide des Nations unies entre les principaux acteurs au niveau opérationnel et sur le terrain, notamment entre acteurs militaires et humanitaires » notent les experts européens.

Donner du travail aux Haïtiens. Il faut trouver des « activités génératrices de revenus pour un maximum de trois millions de personnes dont l'existence a été perturbée par le séisme ». Le gouvernement haïtien propose de mettre en place des programmes " nourriture et argent contre travail" pour employer des Haîtiens à nettoyer / enlever les débris dans les zones détruites.

(crédit photo : Commission européenne / MIC + Us DoD - Sgt. James L. Harper Jr., U.S. Air Force/Released)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 23:30
La marine italienne arrivera peut-être la dernière à Haïti. Mais avec panache... et quels moyens ! C'est le porte-avions Cavour, fleuron de la flotte italienne qui a été choisi pour assurer l'aide italienne militaire dans une opération dénommée "White Crane". Commandé par le capitaine Gianluigi Reversi, le Cavour est actuellement en route et devrait arriver au large d'Haïti dans les premiers jours de février. Il fera - avant d'arriver - une escale technique et opérationnelle au Brésil pour embarquer du personnel médical des forces aérmées brésiliennes. C'est, en effet, une opération conjointe italo-brésilienne. Le matériel embarqué est du lourd : génie, médical, hélicoptères. Ce qui répond à la demande de l'ONU.

PorteAvionsCavour-Ita100125.jpgLe Cavour a pris la mer a vec du matériel lourd à bord

A bord, outre les 550 marins du Cavour :
- une task force de génie, avec un peloton de transmission, un peloton de force de protection, 15 engins de terrrassement (pelleteuses...), 20 camions bennes  et 5 grues mobiles...
- un hopital avec 2 cliniques, 2 salles d'opération et
1 salle de réveil, 8 lits de soins intensifs, une salle de radiologie, une salle de soins pour brûlés, un laboratoire d'analyse médicale, une unité de soins dentaires .... Il a une chambre hyperbare portative à même de "fournir la thérapie la plus appropriée pour les "crash-syndromes".
- 6 hélicoptères pour le transport et les évacuations sanitaires
- Une unité de police militaire et une unité sanitaire des Carabinieri ...
PorteAvionsCavourPelleteusHaiti-Ita100125.jpgDans les entrailles du Cavour, engins de génie, camions, et hélicoptères,
(crédit photo : Ministero della Difensa)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 21:31

EquipeUsarUkPolice-E1001.jpg

Après le départ de trois navires - espagnol (1), britannique (2), italien (3)- il y aura bientôt sur zone :
- 6 navires fournis par les marines de l'Union européenne,
- 15 hélicoptères et environ 30 avions,

- près de 3000 hommes engagés (santé, pompiers, protection civile, militaires des 3 armes - terre air mer -, policiers et gendarmes).

Moyens de secours

Cêté équipements de sécurité civile et de secours d'urgence déployés sur place par les Etats européens participant à l'opération de secours, au dernier bilan effectué par la cellule
"protection civile" de la Commission européenne, il y a aujourd'hui:
- 2 hopitaux de campagne (Belge et Francais)
- 5 postes médicaux avancés (Européen - Italie, 3 Français, 1 portugais)
- 38 équipes médicales (30 Francaises, 2 Portugaise, 2 Espagnoles, 1 Allemande, 1 Hongroise, 1 Grecque, 1 Britannique)
- 6 unités de purification de l'eau : 2 Espagnoles, 1 Européenne (Fr), 1 Belge, 1 Allemande, 1 Française.
- 5 équipes d'évaluation : italienne, allemande, britannique, irlandaise, espagnole.
- 1182 tentes permettant de loger près de 7000 personnes founis par 9 pays européens (Autriche, Suède, Italie, Slovénie, Slovaquie, Espagnol, Portugal, Bulgarie, Pologne) + 2 camp de base d'une capacité de 200 personnes (selon un module conjoint nordique (Suède, Danemark, Norvège, Estonie, Finlande).
- Plus de 1000 personnels spécialisés déployées (pompiers, médecins, techniciens).

A cela, il faut ajouter les moyens proprement militaires engagés : des officiers du génie militaire irlandais, deux installations de postes de premiers secours, un hôpital de campagne et une unité de purification d'eau de l'armée française, un détachement de protection de l'armée belge, une équipe de police militaire britannique...

En tout 24 Etats européens participent ainsi à l'effort coordonné à Bruxelles par les unités "protection civile" (MIC) et "militaire" (EUCO) : Autriche, Belgique, France, Grèce, Luxembourg, Italie, Suède, Espagne, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal, Pologne, Finlande, Danemark, Irlande, Estonie, Slovaquie, Slovénie, Malte, Bulgarie, Hongrie, ainsi que la Norvège et l'Islande (non membres de l'UE mais faisant partie de la MIC).

Plusieurs équipes de coordination de la Commission européenne sont sur place : une de l'Office d'aide humanitaire (ECHO) et de la MIC (cellule protection civile), très rapidement déployée. Une deuxième équipe de coordination de la MIC est arrivée à Port au Prince le 23 janvier.

Aide financière = 429 millions d'euros

- 30 millions € d'aide humanitaire (dont 3 millions d'aide rapide, notamment financer les transports, 8 millions d'euros qui ont été redirigés, et 19 millions d'euros qui sont en passe d'être décidés)
+ 92 millions d'euros fournis par les Etats membres, sans compter l'aide privée.
+ 107 millions d'euros pour l'aide à la reconstruction (dont 80% ont été redirigés)
+ 200 millions à terme pour l'aide au développement

Pour avoir un aperçu en cartes des dégâts (réalisé par les équipes du JRC, le centre de recherches de l'Union européenne). Lire : Séisme à Haiti: les photos par satellite des dégâts. Edifiant

Lire également:

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:51
AvionA310FrDepartHaitiGendarmes-Fr1001.jpgLa force de sécurisation européenne qui va être déployée en Haïti pourrait comprendre au moins 300-350 personnes. En l'état des offres, on parle de 100-140 Français (Gendarmerie), 100 Italiens (Carabinieri), 60 Néerlandais (Marechaussee), 23 Espagnols (Guardia Civil) et éventuellement des Portugais (ceux-ci devraient confirmer leur participation d'ici quelques jours).

Une coordination européenne. Celle-ci serait placée dans la structure hiérarchique de la Minustah (la force des Nations-Unies à Haïti) mais l'apport européen serait coordonnée par la cellule EUCO mise en place à Bruxelles. Il s'agit ainsi d'avoir une "visibilité européenne" à des efforts des Etats membres et d'éviter l'impression de dispersion laissée dans les opinions publiques. Un point sur lequel ont insisté plusieurs ministres lors du conseil des Affaires étrangères, ce 25 janvier.

Des gendarmes mieux outillés que des militaires. Comme l'a expliqué Karel de Gucht, le commissaire à l'Aide humanitaire, lors du Conseil : « Ce n'est pas vraiment de militaires en armes dont on a besoin sur place. Mais de personnel capables de faire du maintien de l'ordre ». «
Nos gendarmes sont parfaitement adaptés à cette tâche » a ajouté Pierre Lelluche, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, à la sortie du Conseil : « Maintenir l’ordre en milieu difficile, en ville, dans la banlieue, en campagne… C'est leur travail de tous les jours. Haïti n'est pas un pays en guerre. »

(photo : ministère de la Défense Fr / Dicod)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 15:42
PortHaiti-UsGuards100113.jpgEn réponse à la demande de l'ONU, comme annoncé, les 27 ministres des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont approuvé la mise en place d'une cellule de coordination (dénommée EUCO) pour coordonner l'aide logistique à Haïti. Il s'agit, explique le document approuvé par les Ministres de « répondre à la demande précise, d'adapter la demande aux besoins, d'optimiser l'utilisation des moyens offerts » par les Européens, bref d'utiliser toutes les synergies possibles pour les moyens lourds (en général fournis par les unités militaires).

Cette cellule serait basée au sein du SITCEN (
le centre de renseignement de l'UE, dirigé par le Britannique William Shapcott), et comprendrait une dizaine de personnes, provenant essentiellement du SITCEN ou d'autres structures européennes (CPMD...) ; certains officiers des Etats membres pourraient aussi y être détachés, si nécessaire.

En revanche, les 27 n'ont pas réussi à tomber d'accord sur la nécessité d'avoir une coordination sur place. L'option a été examinée (1) mais refusée par quelques Etats membres qui craignaient une transformation de cette structure de coordination en une mission européenne. EUCO n'est ainsi pas une mission de la PeSDC mais une structure souple de coordination

(1) Il y avait trois options en jeu : 1° le simple échange d'informations - déjà fait dans les premières heures mais "insuffisant" selon les spécialistes ; 2° la cellule de coordination basée à Bruxelles ; 3° la cellule de coordination doublée d'une coordination « sur le théâtre » qui puisse se prolonger ensuite pour la reconstruction.

(le port de Port-Au-Prince tel que l'ont découvert les gardes cotes en arrivant, photo Us Coast guard)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:20
Un navire espagnol (le Castilla) est parti de sa base de Rota (près de Cadix) à destination de Petit-Goâve sur la côte haïtienne, à 70 kms de Port-au-Prince. Un navire britannique auxiliaire de la Royal Navy va aussi partir ces jours-ci vers Haïti. Ils complètent ainsi l'effort européen. Trois navires sont déjà à pied d'oeuvre à Haïti: le Néerlandais Hs MS Pelikaan, les Français Batral Francis Garnier et TDC Sirocco, déjà à pied d'oeuvre.

Le Castilla est un navire d'assaut ampibie espagnol.
A bord : 423 soldats - 192 marins, 37 de l'unité d'hélicoptères, 165 soldats de l'infanterie de marines, 22 marins chargés des péniches de débarquements et 7 plongeurs de reconnaissance - ainsi  27 médecins et infirmiers. Sur place, il aura trois missions essentielles : 1) soigner les habitants de cette ville de 120.000 habitants. « Au moins 500 blessés n'ont actuellement pas de soins » selon la ministre espagnole, Carme Chacon qui assistait au départ du navire. 2) Assurer un approvisionnement en eau potable. 3) Déblayer les principales voies d'accès et les immeubles en péril. Cette mission s'inscrit dans l'effort européen demandé par l'ONU pour lequel une équipe de coordination va être mis en place.

Le Castilla est spécialement équipé.
Il dispose notamment de :

- un hopital de campagne, qualifié Rôle 2, avec 8 unités de soins intensifs, une salle de radiologie, deux salles d'opération, un cabinet dentaire et 70 lits.

NavireCastillaSalleOp-Mde100122.jpg- 4 hélicoptères : un Sikorsky SH-3D et trois hélicoptères Agusta Bell AB-212, avec pilotes et personnel de maintenance, pour permettre l'évacuation des blessés, la reconnaissance aérienne, des vols de sécurité et de surveillance.

- une unité du génie - équipée de pelleteuses, bulldozers, camions à benne, ... - qui offre une capacité pour enlever les débris et réouvrir les routes.

- une unité de production d'eau potable, grâce à deux usines d'eau portable de traitement d'une capacité de 500 litres par heure (24 tonnes par jour), un réservoir de 10.000 litres d'eau plate-forme flexible et trois dépôts 5000 litres chacune.

- une unité de péniches de débarquements permettant d'amener au plus près de la côte les matériels.

NavireCastillaUnitéDébarq@Mde100122

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:04
RFA-LargsBay.jpegUn navire auxiliaire de la Royal Navy va partir, d'ici quelques jours de Marchwood (Southampton), pour Haïti. Il sera dans la région d'ici deux-trois semaines environ où il apportera de la nourriture et l'aide fournis par le Département pour le développement international (DFID - le ministère de la coopération britanique), les ONG ainsi des biens achetés avec les dons reçus par le Disasters Emergency Committee.
 
Le
RFA Largs Bay est un navire polyvalent. A bord, environ 40 marins et 10 personnels du 17e "Port and Maritime Royal Logistic Corps". Il a un atout : ses capacités de débarquement. Il est notamment équipé du Mexeflote, un radeau motorisé qui peut être utilisé pour apporter approvisionnement et matériel à terre là où il n'y pas de structure portuaire avec le navire ancré au large. Bien utile à Haïti où des localités plus difficiles à atteindre par les routes n'ont pas encore beaucoup reçu d'aide. Ce qui répond à une demande de l'ONU.

RFALargeBaysPenicheDebarq-Uk09.jpgComme l'explique Bob Ainsworth, le ministre de la Défense, la phase d'urgence (de recherche et de sauvetage) est maintenant terminée, « il faut nous concentrer pour aider les personnes qui ont survécu mais n'ont plus rien ».

Une équipe de liaison et de reconnaissance (ORLT) de 12 hommes s'est d'ailleurs déjà déployée à Haïti pour évaluer quels besoins militaires spécialisés sont nécessaires.

Les Britanniques ont également effectué un échange d'officiers de liaison avec les armées des Usa, du Canada et des Bermudes. 2 officiers de la Marine seront aussi sur le USS Gunstan Hall, et 2 pilotes de la RAF à l'US Air Force.

Une équipe de protection de 8 policiers militaires a été envoyée pour assurer la sécurité consulaire. Un avion C-130, avec deux Land Rover, devrait également être déployé.

(crédit photo: Uk Royal Navy)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 20:05
L'UE pourrait mettre en place une petite cellule pour coordonner l'aide logistique lourde procurée à Haïti par les militaires et forces de sécurité civile des Etats membres. Dégager les voies d'accès routières, maritimes est sans doute un type d'aide moins médiatique que la recherche de survivants en décombre, ou les hopitaux de campagne, voire la sécurisation, mais elle répond à un réel besoin aujourd'hui à Haïti pour permettre l'accès à tous les villages, faciliter l'aide humanitaire et préparer celle à la reconstruction.

Alain Leroy le chef du DKPO (département de maintien de la paix de l'ONU) avait fait parvenir à Bruxelles une demande axée sur plusieurs points, notamment un soutien humanitaire, des hélicoptères lourds, et des ingénieurs et du génie pour ouvrir les routes, et une logistique maritime à même de rouvrir tout les facilités du port. Les 27 mnistres des Affaires étrangères pourraient ainsi décider, lundi, la mise en place de cette cellule de coordination à Bruxelles.
On peut rappeler que deux navires sont déjà sur place, sous pavillon national avec cette tâche : un néerlandais, le Hs Ms Pelikaan, et un français, le Batral Francis Garnier. L'objectif est, là aussi comme pour la sécurisation, de donner à l'Union européenne un peu plus de coordination et de visibilité à ses efforts.

Cette cellule serait "légère" : quelques personnes tout au plus, basée à Bruxelles  - la présence sur place de coordonnateurs est à l'étude précise un diplomate - un peu sur le modèle de la cellule "EuNavco" (1) - qui avait précédé la mise en place de l'opération Eunavfor Atalanta - et était chargée de coordonner les efforts européens dans la lutte anti-pirates.

On voit ainsi poindre un nouveau type d'action européenne, située entre l'opération militaire ou la mission civile lourde, et les institutions existantes, de cellule de coordination ; comprenant des éléments militaires, de protection civile, et civils ... Elle illustre aussi le défaut de la "cuirasse" européenne. Il n'y a pas aujourd'hui au niveau européen un centre de commandement civilo-militaire, à même de coordonner, des aides ponctuelles d'urgence, pour répondre à une catastrophe naturelle ou technologique, un risque pour la sécurité des citoyens européens à l'étranger. C'est à mon sens, tout aussi nécessaire, qu'un QG militaire permanent... J'y reviendrai !

(1) Lire:
Le mandat d'EU Navco Somalie, coordination antipirates. Détails
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 17:31
La Commission européenne vient de publier les images des dégâts sur certains batiments ou lieux d'Haïti. Edifiant. Télécharger le document
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.