Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 16:00
... Un conflit se déclare à l’intérieur de Den Helder - pays fictif mais véritable région aux Pays-Bas. Les pays voisins ou d’autres pays n’ont pas planifié d’interventions, mais sont prêts à soutenir la Belgique en fonctionnant comme base d’opérations pour les troupes qui doivent exécuter la mission NEO (*). 160 personnes, principalement des membres de la famille des militaires belges et des étudiants néerlandais, doivent donc être évacuées le plus rapidement possible... Voici le scénario (fictif) qui a servi de base à l'intervention de près 1200 militaires, belges et néerlandais, lors de l'exercice "Crazy Trip" qui vient de se terminer, au nord des Pays-Bas aux alentours de Leeuwarden et de Den Helder. L’occasion pour les militaires belges, surtout, des quatre composantes (terre, air, marine, médicale) de mettre en pratique leurs connaissances. Au menu : débarquement amphibie, atterrissage d’assaut, parachutage de personnel et de matériel et évacuation médicale.
Medevac © Sophie Petijean

Un exercice qui n'est pas de la théorie. L'exercice qui vient de se terminer (il s'est déroulé du 7 au 15 mai) a permis aux militaires belges de perfectionner leurs dispositifs.
« C’est une opération à caractère très belgo-belge. Nous voulons être sûr que s’il faut, nous pouvons évacuer une zone seuls, expliquait le Lieutenant belge Erik Eenaerts. Mais dans l’absolu, cela pourrait sans aucun doute donner lieu à une coopération avec l’Union européenne ou même avec l’OTAN. » Mais à l'approche de la présidence belge de l'Union (en 2010), cet exercice n'est pas non plus inutile au niveau politique. Il vient rappeler que si les 27 n'ont pu s'accorder en décembre dernier sur l'opportunité d'un concept européen d'évacuation des citoyens établis dans un pays tiers, la question demeure d'actualité. Tout simplement car le risque demeure. Il suffit de se remémorer trois exemples récents...

Trois évacuations majeures en près d'un an. Au Tchad, en février 2007, après l'attaque de rebelles sur N'Djamena une présence militaire opérationnelle (avec patrouilles et moyens d'évacuation terreste) a été requise (et ce n'est parce qu'un pays - la France en l'occurence - avait des troupes prépositionnées dans le pays, et contrôlait l'aéroport, que la situation a été contrôlable et n'a pas dérapé). En Géorgie, en août 2008, lors du conflit avec la Russie, les moyens militaires ont été requis mais uniquement comme élément de support logistique pour l'évacuation (ainsi que le renseignement) ; mais chaque pays a, plus ou moins, mené isolément ses opérations d'évacuation. Ce qui n'était pas très efficace (les Français étaient rapatriés en avion tandis que les Allemands ou néerlandais passaient par des voies terrestres plus longues). Quant à l'exemple de Bombay, en novembre 2007, la présence des militaires n'était pas nécessaire ni d'un point de vue de sécurité (les forces indiennes suffisaient) ni d'un point de vue logistique (les avions civils pouvaient se poser) mais l'absence de coordination européenne a été patente, un "véritable souk" ont même dénoncé certains eurodéputés. Lire
la leçon de Bombay.

Commentaire : Si on peut donc comprendre les réticences de certains Etats à développer un dispositif nouveau se substituant aux dispositifs nationaux, on a en revanche des difficultés à saisir, en quoi, une coordination des moyens ne serait pas bénéfique, à la fois en termes d'efficacité (rapidité d'intervention), d'économie et de service rendu aux citoyens.


(*) Un NEO est une opération militaire d’évacuation de citoyens (nationaux, européens ou pays tiers) menacés vers une zone sans risque en prévision d’un rapatriement éventuel.

(source armée belge)
Repost 0
Published by Sophie Petitjean (à Den Helder) et Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 11:30
Près de 4000 soldats venus d'une vingtaine de pays, essentiellement de l'Union européenne, ont commencé à affluer, lundi 4 mai, vers le camp de Wildflecken (en Allemagne, près d'Ulm), à Ramstein (composante Air) ou pour Bremerhaven (composante Marine) pour l'exercice de gestion de crises de l'Union européenne "European Endeavour 2009". Un exercice animé par l'armée allemande et placé sous la direction de son PC opérationnel (OHQ).

Le scénario de "European Endeavour" est basé sur de solides réalités et de vraies missions. "Amberland" et "Beachland" sont en conflit pour la domination de la région frontalière. Une résolution du Conseil de sécurité autorise les forces armées de l'Union européenne à créer une zone démilitarisée entre les deux Etats en place.

European Endeavour reste cependant essentiellement un exercice d'Etat-Major. Il n'ya pas d'avions, de blindés ou de soldats sur le terrain. Les opérations militaires sont essentiellement simulées sur ordinateur. Car, durant ces dix jours, l'essentiel de l'exercice vise à tester la coopération entre les différents éléments des forces terrestres, navales et aériennes et de la bonne collaboration entre autorités politiques et militaires.

Effectif. L'essentiel des effectifs est formé, en effet, par les Allemands (3200 soldats) et des soldats de l'Union européenne ou de l'Otan. Les autres pays fournissent environ 700 militaires, dont 203 Français, 152 Autrichiens, 98 Belges, 96 Espagnols et Polonais. Le reste des effectifs se répartit ainsi: Canada (32), la Turquie (14), Italie (13), Hongrie (12), Royaume-Uni et Etats-Unis (6 chacun), Danemark (5), Pays-Bas (4), Grèce, République tchèque et Norvège (3 chacun), Luxembourg et Slovaquie (2), Lituanie, Estonie, Suisse et Suède (1).

Environ 300 militaires de l’Eurocorps participent, en tant que tel, à l'exercice, au titre de la composante terre de la Response Force Operation Command (RFOC)
.

Pour plus d'informations, le site European Endeavour 09
(en allemand)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 11:12
Certains pays prennent plus au sérieux que d'autres la préparation et l'entraînement des battlegroups (la force de réaction rapide légère de l'UE). C'est le cas des Nordiques. Suédois, Finlandais, Norvégiens, Irlandais et Estoniens qui seront de permanence... en 2011. Plus de 2100 personnes devraient en faire partie, dont environ 1.600 Suédois. Le FHQ sera composé de 109 personnes. Une équipe d'une dizaine de personnes travaille déjà au FHQ, selon Mikael Frisell, chef d'état-major suédois et chef du battlegroup, au siège à Stockholm. Les effectifs monteront à environ 70 personnes après l'été pour être progressivement augmentés.

Pour télécharger l'organisation du battlegroup, ici.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 09:00
Les forces armées du « badland » ont attaqué un convoi militaire du « goodland », composé de trois véhicules. Depuis 1987, la frontière commune avec le « badland » pose problème. Cette fois, des hommes situés en hauteur sur le flanc de la montagne ont tiré sur les trois véhicules du convoi. Les militaires entourent leurs véhicules de fumigènes rouges de manière à créer une zone délimitée de protection en attendant les renforts. Ils viendront des airs... Deux hélicoptères arrivent sur l’autre flanc de la montagne, y déposent des hommes armés de lances roquettes qui assurent la couverture des chasseurs alpins, déposés par deux autres hélicoptères. La sécurité du convoi est désormais rétablie... Puma en descente © Floriane Pellegrin

Une formation intraeuropéenne au vol de montagne. Ce scénario peut paraître fictif. Il n'est cependant pas loin de la réalité dans laquelle vont devoir se mouvoir les forces européennes sur un terrain comme l'Afghanistan, pays de montagne. Car c'est bien de cela qu'il s'est agi durant ces deux semaines d'exercice et de formation sur la base aérienne de Gap Tallard (Hautes Alpes) : donner une formation adaptée à des terrains d’opérations de montagne (altitude, air chaud et conditions de vols difficiles). Plus de 150 personnes, de nationalités différentes (Tchèques, Hongrois, Polonais, Espagnols, Britanniques, Belges et Français) ont travaillé ensemble. Une dizaine d'hélicoptères de tous types (Puma, Gazelle, Mi171... ) ont participé à la formation qui s'inscrit dans le cadre de l'initiative franco-britannique lancée en 2008 pour accroître la disponibilité de certains hélicoptères. Un programme développé encore dans le cadre de l'Agence européenne de défense EDA (lire son communiqué ...uniquement en anglais, comme d'habitude!).
Hélicoptère Mi171 tchèque ® Armée française

Retard dans le déploiement. Mais tous les hélicoptères ne pourront être déployés à temps en Afghanistan. Selon nos confrères tchèques en effet, le déploiement des Mi171 à l'aéroport de Sarane pour le transport des personnes et des matériels ne pourra pas se faire «au plus tôt» avant la fin de l'année. En cause : «un retard dans l'offre des partenaires étrangers. Et des "différences" entre l'administration et les entrepreneurs» selon Martina Fiserova.
Repost 0
Published by Floriane Pellegrin (Gap), Nicolas Gros-Verheyde (Bxl) - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 15:02
Quand on écoute les responsables politiques européens vanter les mérites de l'hélicoptère — cette mule à tout faire de l'armée moderne, capable de se poser partout et d'effectuer toutes les missions possibles (arrestation en Somalie, évacuation sanitaire au Tchad, transport de troupes, combat, etc.) — et expliquer qu'il faut absolument renforcer les capacités opérationnelles européennes en la matière, on peut se dire que les mêmes vont mettre les moyens pour pallier à ce déficit.

Un beau et vrai projet d'intérêt général. Quand on voit que les Etats européens se mettent d'accord pour mettre sur pied un programme pour former les pilotes d'Europe de l'Est et upgrader leurs matériels de fabrication russe de type Mi (Mi 8 etc.), afin qu'ils soient opérationnels pour des missions extérieures, on se dit que c'est intéressant.
Autant utiliser les pilotes et les hélicoptères déjà disponibles pour les rendre plus opérationnels aux missions de stabilisation de paix ou d'interposition. Une formation des pilotes tchèque, hongrois, polonais au vol de montagne vient d'ailleurs de démarrer le 9 mars sur la base de Gap-Tallard (avant de partir pour l'Afghanistan). Quand on sait qu'il s'agit d'une initiative franco-britannique, réalisée en commun entre l'Otan et l'UE, on se prend à rêver et dire : enfin, un vrai projet commun d'intérêt général. 

Sans vraiment de moyens financiers. Mais quand on voit la réalité, c'est plus limité.
A Prague, lors de la réunion informelle des Ministres de la Défense, le directeur de l'Agence européenne de défense, très disert quand il s'agit d'expliquer le programme est, tout d'un coup, devenu silencieux quand des journalistes lui ont demandé le montant financier disponible. "Je n'ai pas les chiffres en tête" a-t-il expliqué. Silence très explicable. Le trust fund mis en place par les Français et Britanniques ne rassemble qu'environ 30-35 millions d'euros (25 millions selon certaines sources plus pessimistes). Quand on sait qu'au bas mot, la mise à jour d'un hélicoptère de type Mi (fabrication russe) pour voler dans des conditions d'opération extérieure classique coûte plusieurs millions d'euros (3-4 à 10-12 millions d'euros... par appareil, selon ce qu'on y met dedans), on a vite fait de faire le calcul. On pourra juste rendre opérationnels moins d'une dizaine d'appareils. Pas suffisant pour pallier aux manques actuels, criants, en matière d'opération militaire. Encore une fois, l'Europe a une excellente idée. Mais la réalisation peine, faute de moyens financiers. C'est-à-dire, concrètement, de volonté politique.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 07:40
Lancé à l’initiative de la France et du Royaume-Uni en mai dernier, le projet de mise en « disponibilité d’hélicoptères » se développe lentement mais sûrement. L’initiative est originale - on ne le dira jamais assez - car elle est commune aux deux organisations de sécurité (OTAN et UE) et vise à rendre disponibles davantage d’hélicoptères, en particulier ceux de fabrication russe de « type Mi » (Mi 8, Mi 17…) qui équipent la plupart des pays d’Europe de l’Est. En effet, ces machines sont souvent impropres à l’utilisation sur des théâtres d’opérations hors d’Europe. Non pas qu'elles soient hors d'usage. Mais simplement, elles n'ont pas été conçues et équipées pour un usage sur un terrain accidenté, désertique ou n'ont pas les derniers équipements nécessaires pour des opérations multinationales.

Le "traumatisme" de la difficile génération de forces Tchad/Afghanistant. Comme l’a montré un séminaire, qui s’est tenu à Prague sous présidence tchèque le 3 février, la plupart des pays européens sont intéressés à cette initiative, à un titre ou un autre, soit parce qu’ils ont besoin d’hélicoptères, soit parce qu’ils veulent que leur parc soit modernisé, soit aussi pour des raisons industrielles. Chacun — tant à l’Otan qu’à l’UE — a encore en mémoire les « difficiles générations de force difficiles tant de l’opération de l’ISAF en Afghanistan que de l’opération « EUFOR » au Tchad ». Un « véritable traumatisme »... Martin Bartak, le vice-ministre tchèque pour la Défense, a d’ailleurs souligné le « besoin d’une complémentarité maximale et d’une coopération entre les deux organisations, tant au niveau politique qu’en ce qui concerne le développement des capacités ».
Parmi les thèmes abordés, à ce séminaire, la disponibilité pour les opérations, le retour d’expérience des missions actuelles (EUFOR, IFAS), les solutions techniques et logistiques et enfin la mise en place d’un pool multinational d’hélicoptères « de type Mi » pour les opérations internationales.

La contractualisation privée, fausse solution. Ce séminaire a été utile pour faire le bilan de l’initiative et tirer certaines leçons du passé, notamment la limite du recours à la contractualisation privée pour des opérations en zone de risque. Les Irlandais qui ont recouru à ce mode de contrat pour l’opération « Eufor » au Tchad ont ainsi eu la désagréable surprise de découvrir, sur le terrain, que leur partenaire privé n’était pas habilité pour effectuer certaines missions, notamment de transport de troupes. Ce qui a limité drastiquement l’utilisation de ces hélicoptères alors que « Eufor » en manquait. De même, la contractualisation privée pour couvrir certaines tâches comme les évacuations médicales se heurte souvent à une limite « les pilotes privés ne pouvant/voulant effectuer des évacuations en zone de conflit » raconte un spécialiste de ces questions.

Former les hommes, moderniser les matériels. L’initiative « Hélicoptères », lancée en mai 2008, couvre deux aspects : les hommes, les matériels. En premier lieu, il s’agit ainsi de perfectionner l’entraînement des pilotes et leur aptitude à voler dans certaines conditions (montagnes, désert…). Une première formation a ainsi eu lieu en septembre dernier dans les Pyrénées français (avec des pilotes tchèques), une autre est prévue au printemps dans les Alpes à Gap (avec des pilotes tchèques, hongrois et polonais). En second lieu, il s’agit de rénover certains hélicoptères par l’ajout d’équipements nécessaires pour le vol en opération hors d’Europe (vol de nuit, vol en désert, montagne, blindage, équipements électroniques…). 3 hélicoptères tchèques ont ainsi déjà été rénovés. Environ 150 hélicoptères, de type Mi, seraient susceptibles d’être modernisés, a priori. Mais les fonds disponibles sont limités.

Un financement un peu "juste" mais beaucoup contribuent. Le « Trust Fund », mis en place au Shape (Otan), est actuellement doté d’environ 20 à 26 millions d’euros (selon qu’on prend en compte les sommes arrivées ou promises) dont environ 10 millions d’euros ont déjà été dépensés. Une somme bien modeste quand on sait que la rénovation d’un seul hélicoptère coûte plusieurs millions d’euros (de 4 à 7 millions environ). Une dizaine de pays – membres de l’UE ou de l’OTAN - ont déjà contribué : le Royaume-Uni (7,5 M€), la France (5 M€), Norvège (2 M€), Turquie (2 M€), Australie (2-3 M€), Finlande (0,5 M€), Islande (0,5 M€), Estonie et Lituanie (entre 20 et 50 000 euros, la contribution peut paraître symbolique mais elle correspond proportionnellement à la contribution des autres Etats).
Plusieurs Etats (Allemagne, Chypre, France, Norvège, Pays-Bas, Ukraine…) contribuent également en nature à cette initiative, par la formation des pilotes, la mise à disposition de zones d’entraînement (montagneuse dans les Alpes ou Pyrénées, ou désertiques comme à Djibouti), l’apport en matériel (électronique de vol…) ou de compétences industrielles (l’Ukraine notamment dispose de ces compétences).
Le principe du fonctionnement du Trust Fund est celui de tout fond. Le pays qui demande un financement dépose un dossier. Les pays financeurs membres du Fond – ainsi que l’Agence de l’Otan et l’Agence européenne de défense – se réunissent et décident de retenir le projet et de débloquer les financements nécessaires en tenant compte des restrictions d’usage (caveat). Certains pays ont en effet posé des « caveats » par exemple que l’argent soit réservé à certaines actions (exemple : entraînement) ou interdites pour d’autres (exemple : pas d’utilisation en Afghanistan).

Vers un pool hélicoptères. Un état des lieux de l’initiative « hélicoptères » sera présenté au prochain sommet de l’Otan, à Strasbourg-Kehl, début avril. En espérant que les chefs d’Etat et de gouvernement décident de passer à une vitesse supérieure. L’objectif est, en effet, de pouvoir créer une unité d’hélicoptères multinationale, de type Mi (Hip selon le code Otan), susceptible de participer aux missions de l’OTAN et de l’UE. La République tchèque, décidement très motivée par ce projet, s’est portée candidate pour prendre le rôle de leader dans le groupe de travail de cette HIP Helicopter Task Force (ou HHTF). Faut-il préciser que le motoriste tchèque LOM Praha est la seule entreprise à être agrée par le constructeur russe Mil pour effectuer les modifications, transformations sur ces hélicoptères.

(photo : Ministère de la Défense tchèque)

Nb : article publié avec d'autres détails pour Europolitique
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 23:20
Le Battlegroup belge - qui sera d'astreinte au 2e semestre 2009, à partir du 1er juillet - avec des renforts français et luxembourgeois est actuellement en manoeuvre sur la base aérienne de Beauvechain (Belgique), avec exercice de quartier général opérationnel. Plus de 500 militaires issus de quatre composantes participent à l'exercice.

Les objectifs les plus importants de cet exercice sont l'intégration des militaires étrangers, la planification d'un déploiement du Battle Group vers une zone d'engagement fictive et la conduite des troupes dans cette même zone d'engagement. C'est ce type d'exercice qui permet de qualifier le Battlegroup pour ces missions.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 21:00
Les deux ministres de la Défense espagnol et portugais, Carme Chacon et Nuno Severiano Teixeira, viennent de signer une déclaration d'intention pour commencer le processus d'échange universitaire des officiers, sur le modèle du programme «Erasmus» (on en est à la création d'une commission d'étude). Un accord qui s'inscrit dans le cadre de l'initiative européenne adoptée en novembre dernier).

Coopération industrielle. Cette coopération hispano-portugaise devrait se prolonger dans le domaine de l'armement et de l'industrie. Dans une autre "déclaration d'intention", les deux pays ont ainsi exprimé leur "ferme intention" d'initier une coopération dans l'aéronautique - avec un pool aérien comprenant des hélicoptères EC-135 et des avions Airbus A-400M -, dans le maritime (pour restructurer le secteur naval européen), ainsi que pour les drones. Toutes initiatives qui correspondent à des décisions de coopération industrielle des 27 ministres de la Défense de l'UE au conseil de novembre.

Echange de bon procédés des armées. Au niveau des forces armées, les deux chefs d'etat-majors espagnol et portugais ont aussi, décidé de prolonger cet effort en signant un accord de coopération qui englobe la planification et la mise en œuvre des activités et des exercices entre les deux forces armées, l'échange de personnel entre unités terrestres, navales et aériennes, tout comme l'échange d'informations et l'analyse des options pour des opérations militaires dans le cadre d'organisations internationales.


Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 08:08
Retour au bercaille pour les médecins belges au Liban. L'armée belge est, en effet, en train de plier et rapatrier son hôpital de campagne déployé dans le cadre de la Finul au Liban, au camp Scorpion à Tibnine, vers la Belgique.

Avec un service de radiologie, un laboratoire d'analyse et deux salles d'opération, l'hopital fonctionne essentiellement sous tente et est à même de fonctionner comme un service d'urgence classique - de rôle 2.

Les médecins et infirmiers de "Belubatt 7" ne vont pas chômer. L'hôpital de campagne sera mis à disposition d'un des groupements tactiques de l'UE, le Battle Group, au second semestre 2009, qui sera sous commandement belge et comprendra des Français.
(photo : armée belge)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 11:11
Faciliter la venue d'étudiants étrangers et la mixité civilo-militaire, ce sont deux des objectifs qui conduisent à une réfome en profondeur des collèges militaires en Pologne, le tout dans un contexte de la professionalisation de l'armée polonaise. Le ministre de la défense Bogdan Klich a ainsi signé cette semaine des conventions pour donner plus d'autonomie et favoriser un rapprochement des trois écoles militaires avec le milieu universitaire. A savoir : l'Ecole supérieure militaire de la Force terrestre de Wrocław (WSOWL), l'Académie de l'armée de l'air de Deblin et l'école de la Marine de Gdynia. "L'avenir de l'école militaire - a expliqué Klich - consiste à accepter progressivement davantage d'étudiants civils. Selon le ministre, «seule l'interface entre militaires et civils est susceptible de permettre un développement plus rapide des installations."

Faire de l'école de l'Air une école d'aviation est-européenne. "L'académie de Deblin de la Force armée polonaise - l'Ecole Orlat" - devrait ainsi être transformée en académie d'aviation permettant de former tant les Polonais comme les étrangers, civils et militaires, a déclaré le ministre de la Défense, Bogdan Klich. Des discussions ont été déjà menées avec des partenaires finlandais et coréens pour de nouvelles formations. . «Mon intention est que cette école, avec une histoire, devienne la meilleure et la plus importante université civilo-militaire dans cette partie de l'Europe, pour l'éducation des navigants et du personnel au sol des forces armées et de l'aviation civile» a-t-il ajouté. "D'ici fin 2011, j'espère que l'école supérieure de Deblin sera devenue une académie d'enseignement de niveau master, pouvant accueillir un plus grand nombre d'étudiants, y compris des civils". L'école accueille 45 étudiants civils, 30 élèves pilotes et 15 élèves controleurs aériens.

Un centre de formation pour les opérations extérieures. Quant à Wrocław, l'ambition est d'en faire le centre de formation de l'envoi à l'étranger de soldats polonais. Une nécessité : avec la professionalisationAu total, il s'agit d'environ 25000 soldats sur lequel nous devons travailler tout le temps pour qu'ils soient bien préparés et à ajour de leur connaissances.

(photo : ministère polonais de la Défense, Bogdan Klich à l'école d'aviation)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.