Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 18:40
Commune de la passion - le vol.Trois hélicoptères polonais - deux Mi 24 de combat (HINDS) et un Mi 8 (HIP) de transport - sont venus s'entraîner au vol de montagne en Allemagne, dans les Alpes allemandes à Laupheim (Bade-Wurtemberg) du 6 au 10 octobre.

Un préliminaire à un déploiement de six mois en Afghanistan.
"Le vol en montagne est compliqué par les obstacles naturels, et les brusques changements de vent", explique un des responsables du stage. "Les conditions de vent inhabituelles demandent aux pilotes une attention absolue. (...) L'exploitation optimale du vent joue un grand rôle.  Mais il peut aussi être un obstacle, voire mettre la vie en danger".

Des pilotes tchèques étaient venus s'entraîner, de façon similaire en France, dans les Pyrénées, en septembre dans le cadre de l'initiative franco-britannique pour améliorer la disponibilité des hélicoptères.

Photo : Bundeswehr
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 08:38
Le régiment belge des Carabiniers Prince Baudouin - Grenadiers de Bourg Léopold vient de terminer son entraînement à  Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre, en vue d'intégrer le Battle Group de l'UE qui sera de permanence à partir du 1er juillet 2009, pour le 2e semestre. Les Belges formeront alors avec les Français une force de 2300 militaires. Les belges assureront le commandement général, la protection des troupes et le soutien logistique (*).

Dans la base militaire britannique de Knook Camp, environ cinq cents militaires se sont entraînés - entre le 22 septembre et le 7 octobre - à l'attaque par pelotons et au tir, aux tirs d'armes à longue portée, de mortiers et d'armes anti-char Milan, apprend-on de l'armée belge. Pour les fusiliers, le camp d'exercice de Cope Hill Down est la plus grande réplique de village en Europe et constitue le lieu idéal pour s'exercer en milieu urbain (exercices MOUT). Le terrain d'exercice a offert aux chauffeurs des jeeps LMV (Light Multirole Vehicle) les conditions extrêmes pour tester leurs véhicules.

(*) L'autre battle group de permanence, ce 2e semestre, sera formé par les Tchèques et Slovaques
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 08:10

Les soldats de la 17e Brigade mécanisée "Wielkopolska" (17WBZ) ont été sélectionnés pour servir au groupement tactique de l'UE (Battle group ou GT 1500) qui sera de permanence au premier semestre 2010. La Pologne servira de nation-cadre à cette force de réaction rapide légère de l'UE, avec l'Allemagne, la Slovaquie, la Lituanie et la Lettonie.

Le noyau du groupe sera composé de 800 soldats, un bataillon d'infanterie de la 17e brigade mécanisée, basé à Międzyrzeczu (Lubuskie), et équipé de 160 véhicules, dont 53 véhicules blindés,  Rosomak. C'est une des unités les mieux équipées de l'armée polonaise, selon un porte-parole. La 17e est ainsi (ou a été) présente sur la plupart des opérations extérieures où les Polonais ont été engagés (Afghanistan, Iraq, Tchad).

NB : le groupement tactique se compose d'environ 1500 hommes capable de se déployer en 15 jours après la décision politique. Ils sont en mesure de mener des opérations d'un à trois mois. Un autre battle group sera de permanence ce semestre, Royaume-Uni et Pays-Bas

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 01:47
La démonstration inter-armes françaises se déroulait cette année devant un public exceptionnel, présidence française de l'UE oblige, les ambassadeurs au COPS - le Comité Politique et de Sécurité de l'UE - et les représentants militaires (RepMil) des 27 Etats membres, ou presque, étaient présents dans les tribunes, dans le camp de Mourmelon.

Partis de Bruxelles, le 25 au petit matin, de l'aéroport militaire de Melsbroek, en Transall, les RepMil et Cops avaient d'abord pu voir, le matin, lors d'une présentation statique, effectuée à la base aérienne de Reims, les différents modèles de l'armée française, les anciens - avions de transport C130 ou C160, ravitalleur C135, Mirage 2000 S ou 2000 N (nucléaire) et hélicoptère Gazelle Viviane - et les plus récents - Rafale, Hélicoptère Caracal (version Resco - récupération secours) ou Tigre, char Leclerc, Vab Lynx - en compagnie de quelques matériels européens (notamment un eurofighter allemand et un italien).

On pouvait y voir certains équipements ou unités utilisés lors d'opérations multinationales.

- le ravitailleur C135, rééquipé avec un kit d''évacuation sanitaire (dit Morphée), un format mis en place il y a deux ans. Basé à Istres, il a déjà servi deux fois en mode opérationnel au Kosovo et en Afghanistan plus récemment. Il peut accueillir 12 blessés (dont 4 en soins intensifs, réanimation) ou alors 6 soins intensifs et 6 blessés moins lourds. Le matériel à bord équivaut à ce qui peut se trouver dans un Smur, mais tout y est doublé - au cas où. Au besoin, on peut procéder à de petites interventions chirurgicales (cela s'est déjà produit). Un deuxième kit (fabrication autrichienne) devrait arriver prochainement. Il se met en place dans ravitallleur en 24 heures mode constructeur (15 heures en accélérant les procédures).


- le Drone de renseignement au contact (Drac) : un petit matériel de 8 kg seulement, qui se monte aisément (15 minutes) et se transporte facilement (dans les caisses que vous voyez derrière, qui pèsent avec l'informatique embarquée 25 kilos et peuvent se porter à dos). Il est assez petit : 3,4 mètres de long et 1,5 mètres de large. Doté d'un bimoteur électrique, il se lance à la main (comme un matériel d'aéromodélisme) et atterit automatiquement. Il peut voler une heure environ, de jour comme de nuit. Il dispose d'un GPS, d'une centrale de navigation inertielle, d'un magnétomètre, et d'un calculateur embarqué. Il permet de collecter des images, sans engager de capteur au sol et peut être utilisé même par des unités non spécialisées. Il est actuellement déployé au Kosovo.

- les commandos Monfort. Basé à Lorient, c'est un des commandos d'élite de la marine, héritiers des premières forces françaises libres (au même titre que le commando . Leur spécialité : l'appui aux moyens aériens, le sabotage, la destruction et la neutralisation. Il dispose de tireurs d’élite (snipers), pouvant être embarqués à bord d'hélicoptères, et de matériel plus lourd (mortiers, missiles Milan antichar…) et de moyens lasers, pour permettre de guider les bombardements aériens ou terrestres. Il peut ainsi opérer "derrière les lignes".
Il a notamment été déployé en Bosnie (pour la traque des criminels de guerre) ou pour l'évacuation de ressortissants français et européens au Yémen (1994) et au Sierra Leone (1997).

La démonstration "dynamique" a permis de voir tous ces éléments en action, sous plusieurs formes : interception d'avion, des passages à basse altitude "d'intimidation", démonstration d'évacuation de ressortissants. L'exercice groupait non seulement les différents corps d’armée français mais aussi quelques moyens européens (allemand, belge, italien, suisse). Un regret simplement : la participation un peu limitée à mon goût de moyens européens- vu l'assistance multinationale. La démonstration a trop tourné à la mise en valeur technique du matériel quà la démonstration de la possibilité d'action. Mais les invités européens ont, a priori, apprécié.

Le retour avec un Transall décollant du champ d'herbes, moteurs tournants, valait cependant le détour. Surtout quand un parachutiste a fait irruption dans le bus pour donner, fermement, les dernières consignes : enlevez les badges, pas de chapeaux ou casquettes, en rang par deux, personne n'a bronché... Et tout le monde s'est exécuté... enfin à peu près. Les diplomates - même européens - ne sont pas plus disciplinés que les journalistes :-)

Crédit photos : NGV
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 22:45
Prévu pour se tenir durant une dizaine de jours à partir du 29 septembre, l'exercice de gestion de crise européen "CME 08" vient d'être annulé. Les structures de gestion de crise fonctionnent actuellement "à flux tendus". L'Etat major (militaire) de l'UE a dû "prêter" temporairement dix de ses personnels au CPCC - la Capacité de conduite et planification civile. En clair : l'Etat-major civil de gestion de crise. "Et il n'y a pas vraiment de temps disponible pour faire cet exercice, surtout au moment du plein déploiement des observateurs en Géorgie" (la "full operation" doit être atteint

Celui-ci doit, en effet, faire face à deux grosses opérations : la montée en puissance de la mission Eulex au Kosovo, la mise en place en urgence de la mission EUMM en Géorgie alors que d'autres opérations comme Eupol en Afghanistan ou Eupol Cops en Palestine requièrent une attention soutenue. Coté militaire, entre l'opération au Tchad et la planification d'une future opération en Somalie, on ne chôme donc pas non plus. "L'exercice il est là tous les jours" explique-t-on à l'intérieur de ces structures.

Le scénario qui devait etre testé pour cet exercice restait un scénario d'Etat-major, sans déploiement de troupes : entre Bruxelles (niveau politique, et Etats-majors civil et militaire), les différentes capitales des Etats membres, Paris (au Mont-Valérien, où était installé l'OHQ, le même qui sert pour l'opération Eufor Tchad Centrafrique), Torrejon (où est installé le centre satellitaire de l'Union. L'objectif consistait à pouvoir mener en parallèle une opération militaire et une opération civile (type police et Etat de droit). Avec au passage le baptème du feu pour la CPCC et son nouveau chef. Entretemps, le bapteme a lieu avec l'opération Géorgie...
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 16:20
C'était au Parlement européen à une réunion de la sous-Commission défense, jeudi dernier. Dans une conversation "aimable" sur les capacités de défense, quelques moments de franc parler valent le détour...

Une industrie trop fragmentée
"L’industrie européenne reste trop fragmentée, alors que nous assistons au développement de champions de taille mondiale" estime le spécialiste de la présidence française Jean-René Le Goff. "Cette concurrence n’existe pas seulement avec les Etats-Unis – où nous avons plutôt des coopérations. Nous assistons au développement très rapide de concurrents en Chine, en Inde, en Russie."

Une coopération qui ne donne pas les fruits escomptés
"Les résultats de la coopération ne sont pas à la hauteur de ce qu’on espérait" précise ensuite le Français. "Les progrès sont minces. On ne fait pas de la coopération pour le palsiir. Ca doit être sous tendu par la recherche d’une meilleure efficacité. Nos efforts sont trop dispersés. La France a fait le choix d’un programme isolé. Je ne comparerais pas les malheurs du Rafale aux malheurs de l'Eurofgihter, ce sont des programmes couteux. Je suis sur que si demain on avait un nouveau programme, on n’en aurait pas deux. Ce n’est plus possible."

Un budget mal employé
"Ce n'est pas une question de montant" a renchéri Daniel Keohane, chercheur à l'Institut d'Etudes de sécurité de l'UE (l'agence de doctrine de l'Europe de la Défense). Le budget militaire n’est pas utilisé à bon escient. Nous gapillons souvent de l’argent sur des mêmes programmes. L'Europe a trois programmes "avions de chasse (Eurofighter, Rafale...) et une vingtaine de programmes de véhicules blindés. Est-ce vraiment nécessaire ?... Or le budget stagne. Et la demande de forces (employées à l'extérieur de l'UE) augmente.

L'Europe à la limite de ses forces
"Chaque année l'UE s’engage dans quatre opérations nouvelles, dont une militaire, sans compter les opérations Otan et Onu" précise Daniel Keohane. "Nous sommes prêts de la limite de 5%. Conséquence : une partie de nos budgets d'équipements est conacrée aux opérations. La difficulté est particulière au Royaume-Uni, où ces budgets souffrent d'une pénurie de 3 millions de £. Le phénomène n'est pas vraiment nouveau. La guerre au Kosovo avait déjà pointé de sérieuses lacunes en matière de capacités."  Recommandations de l'expert : il faut "mieux coopérer" sur les équipements, mais "aussi les formations" - cela coûte souvent deux fois plus cher que l’équipement - et sur les marchés publics "l’expérience de l’article 296 n’a pas toujours été très heureuse".

 La discussion a aussi porté sur les futures directives en discussion. J'ai noté deux remarques intéressantes du représentants français

- sur le contrôle à l'exportation des armes et l'éventualité d'impliquer l'Agence européenne de Défense ? "On s’est posé la question. Pourquoi pas l’Agence ? Mais aujourd’hui, elle n’a pas les moyens de le faire. Peut on imaginer une agence plus développée, le faisant. L'agence a un avantage : avoir l'expertise technique et garantir l’indépendance. C'est peut-être une solutin. Mais ce n’est pas mûr. Cela mérite réflexion."

- sur l'insertion d'une "préférence communautaire" dans les marchés publics de défense : cette question pas tranchée, la Présidence de l'Union (française) et la France (en tant qu'Etat membre) n’ont pas la même position" a-t-il commenté en termes diplomatiques, précisant que "ce sujet risque de ne pas être consensuel au sein des Etats membres". Et il y a des positions nationales différentes, influencées par l’industrie, qui elle même n’est pas une et divisible. Certains industriels sont favorables (à cette préférence communautaire), d’autres n’y sont pas. Cela dépend du type de business qu'ils développent et de l’ouverture du marché, qu’ils ont ou non avec les Usa". En clair, le lobbying industriel joue à fond...
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 08:19
Le Conseil de l'Ue a lancé durant l'été plusieurs avis de concours. Il ne reste que quelques jours pour remplir l'attestation qui vous permettra de concourir. Le premier examen a lieu sur dossier. Délai jusqu'au 19 septembre ! Les gagnants devront ensuite passer une épreuve orale.

Un concours concerne des planificateurs pour ses opérations PESD. Il y a deux types de postes : pour les deux, diplome d'études supérieures, connaissance approfondie des langues, etre national d'un des 27 Etats membres et avis positif pour la sécurité:

- des Planificateurs stratégiques d'opérations et de missions de gestion de crise. On demande notamment 10  ans d'expérience professionnelle dans le domaine de la gestion de crises ou de la défense, y compris une expérience professionnelle de la gestion de crises par des organisations internationales. Au moins trois années de cette expérience doivent porter sur la planification au niveau politicostratégique, y compris les opérations multidimensionnelles et la planification de campagnes sur la base d'une expérience au sein d'une structure de planification nationale ou internationale. (25 postes sont offerts)

- des Planificateurs confirmés de développement de capacités: militaires/civiles/spatiales. 10 ans d'expérience professionnelle dans un des domaines : un service de planification de la défense au niveau national ou international, ou la planification de capacités civiles ou militaires au niveau national ou international [avoir exercé les fonctions de planificateur de la coopération civilo-militaire (CIMIC) "serait un atout" dit-on], la conception et l'exploitation de systèmes d'information spatiaux ou spécialisés pour la sécurité (un diplôme d'études techniques ou d'ingénieur serait un atout). (12 postes sont offerts)

L'autre concours vises à recruter des spécialistes de la sécurité des systèmes d'information, niveau administrateur très confirmé ou administrateur confirmé.

Renseignements pour ces concours, cliquez ici
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 16:50
70 pilotes d’hélicoptères et mécaniciens tchèques du 23e régiment d’hélicoptères de Prerov viennent de terminer leur entraînement au vol en montagne, au centre de formation de l'armée française à Sainte-Léocadie, dans les Pyrénées orientales (près de Font-Romeu, à deux pas de la frontière espagnole). Deux hélicoptères de combat MI-24/35 et quatre hélicoptères de transport MI-171S ont participé aux manœuvres.

Cette formation est destinée à former les pilotes tchèques aux conditions de vol en Afghanistan, où ils doivent partir à l'été 2009 (voir précédent article). Ils ont déjà bénéficié d'une formation par les Britanniques au vol de nuit. Ils vont suivre ensuite une formation en vol de désert aux Etats-Unis. La république tchèque ne dispose pas en effet de montagne plus haute que 1600 mètres alors que dans les Pyrénées, on peut voler jusqu'à 3000 mètres. Soit des conditions plus proches de montagnes afghannes. « Le vol en montagne est très précis », a expliqué le général Patrick Tanguy, commandant de l'Aviation légère de l'armée de terre (Alat), à un reporter de la Dicod. « Plus l’hélicoptère évolue en altitude, plus il atteint ses limites de puissance, ce qui pénalise les phases d'atterrissage », qui deviennent facilement périlleuses avec la modification de la température de l’air, des vents rabattants...

Cette initiative est une marque originale de coopération européenne, sur impulsion essentiellement française et britannique - (il faut le remarquer ! Elles ne sont pas si nombreuses que cela). Elles visent à augmenter les capacités en hélicoptères des Etats européens en rapprochant les pays qui ont des hélicoptères, mais pas mis à niveau et souvent peu de moyens, des pays qui ont besoin d'hélicoptères, ont certains moyens financiers ou en formation. D'un point de vue pratique, un fonds fiduciaire a ainsi été mis en place au Shape, à Mons. Français et Britanniques y contribuent à hauteur 7,3 millions d’euros chacun. La participation française étant en grande partie fournie en nature, sous forme d’éléments de formation. La Norvège et l’Islande devraient aussi participer au financement du fond – ainsi que le Danemark et la Lituanie (de façon plus limitée). Coté fournisseurs d’hélicoptères, la Bulgarie, la Hongrie et la République tchèque se sont montrés intéressés. 

Photo : hélicoptère d'assaut Mi24 sur la base de Ste Léocadie. Dicod, Aude Le Calvé
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 17:00
Avant de partir en Afghanistan l'année prochaine, les pilotes tchèques vont suivre un entraînement de vol en haute montagne dans les Pyrénées françaises du 1er au 12 septembre. Environ 70 personnes - ce qui représente environ huit équipages - participeront à l’entraînement dans les Pyrénées. Ils devraient voler à une altitude de 2000 mètres, ce qui correspond aux conditions afghannes.

Les cinq appareils Mi-171, utilisés en Afghanistan, sont actuellement en rénovation / réparation à Prague par la société d'entretien des aérien de Malesice, LOM (Letecke Opravny Malesice). Ces appareils avaient été acquis avec le remboursement de la dette russe et nécessitent d'être modernisés avec des équipements pare-balles, de protection électronique et de détection des missiles.

Plusieurs pilotes d'hélicoptères s'étaient plaint récemment, par lettre au Ministre de la Défense, selon l'hebdomadaire Respekt, du caractère obsolète de leurs matériels et leur insuffisante préparation pour les missions afghanes.
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 07:51
Les deux personnes détachés par la France et le Royaume-Uni continuent de travailler au sein de l’Agence européenne de Défense à Bruxelles. Un compte a été ouvert au Shape (à l'Otan) pour permettre de recueillir les fonds. Ce « Trust fund » a bénéficié d'un premier chèque d'environ 7.5 millions euros...des Britanniques (le virement français est plus lent). Ce Fonds a pour objectif d'assurer la mise à niveau d’un certain nombre d'hélicoptères - des pays d'Europe centrale par exemple - afin qu'ils puissent être utlilisés lors d'opérations extérieures. Un comité directeur va être établi, composé des Britanniques et des Français, et l’Agence européenne de Défense a été sollicitée pour être membre. Ce comité aura pour fonction d’examiner les demandes de mise à niveau et de les accepter. Les conditions de d’attribution et les critères d’utilisation ensuite doivent encore être précisées. Aux deux Etats d’origine, France et Royaume-Uni, pourrait se joindre la République tchèque.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.