Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 12:07

(Bruxelles2) Les différentes crises dans le monde ont épuisé la "réserve opérationnelle d'urgence" que l'UE dispose pour l'aide humanitaire. Dotée de 120 millions d'euros (15% du budget de l'aide humanitaire qui se monte à environ 800 millions d'euros), cette "réserve" a normalement été constituée pour ne pas dépenser tout en début d'année. Mais les crises récentes au Niger, en Somalie, au Pakistan dernièrement l'ont épuisé. Et il ne reste, selon mes informations, qu'à peine quelques millions d'euros. Maintenant il va falloir regarnir cette réserve. Et vite. L'argent sera puisé dans des lignes non utilisées du budget européen. Mais pour cela, il faut un accord du Parlement européen et des Etats membres. Espérons que ceux qui ont crié haro sur l'Union européenne sauront utiliser cet "enthousiasme" pour joindre le geste à la parole.

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 16:03

Après la députée grecque Rodi Kratsa, la semaine dernière, c’est au tour aujourd’hui de son collègue français de l’UMP, Gaston Franco, de s’interroger publiquement sur l’efficacité européenne face aux incendies en Russie. «Au-delà de la bonne volonté de certains états membres, que fait l’Union européenne dans son ensemble alors que la Russie s’asphyxie lentement? Elle est terriblement absente pour l’instant» constate-t-il. « A l’heure où la diplomatie européenne se structure avec la création du service d’action extérieure, la tragédie du moment sonne l’heure de vérité pour les actions de solidarité internationale de l’UE vis-à-vis de son voisinage direct. La Russie est un partenaire stratégique de premier plan qui mérite un geste politique fort de notre part : nous devons la convaincre d’accepter notre aide et, pour cela, nous devons être en mesure de répondre sans tarder à l’ampleur de ses besoins » Et pour le député européen, il n’y a pas d’autre moyen. « Cette catastrophe démontre à nouveau la nécessité pour l’UE de disposer d’une force commune de protection civile capable d’être projetée sur des théâtres d’actions extérieurs ».

NB : Gaston Franco est élu du sud-est, maire de Saint-Marin Vésubie et membre de la garde rapprochée de Christian Estrosi (aujourd’hui ministre de l’Industrie) quand il était maire de Nice. Il connaît bien la problématique des forêts (et de ses feux) pour avoir présidé l’association des communes forestières ainsi que le parc national du Mercantour. Au Parlement européen, il siège aux commissions Industrie et Environnement

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:14

La réponse du loup à la bergère (ou le contraire, c’est selon) n’a pas tardé. Après la missive, un tantinet comminatoire de Nicolas Sarkozy à la Commission européenne, voici la réponse du président de la Commission qui se défend de toute lenteur. « Le drame du Pakistan nous touche tous » écrit-il. Puis, piqué au vif, il argumente : « la Commission européenne a été la première à réagir (le 30 juillet), et à augmenter (le 11 août), les fonds alloués au Pakistan, (…) mes services ont travaillé d’arrache-pied (…). Les services de la DG Echo (Office d’aide humanitaire) sont en en train de démontrer leur professionnalisme et leur efficacité à répondre aux grandes crises humanitaires« . Voilà pour la défense (justifiée à mon sens) du travail européen. Mais le plus intéressant est dans l’annonce « d’un plan d’action en trois temps » qui reprend, en partie, les trois recommandations du président de la République français.

Un plan d’action pour le Pakistan

1° Une lettre conjointe Ashton – Georgieva (respectivement la Haute Représentante pour les Affaires étrangères et la commissaire à l’Aide humanitaire) va partir vers les Etats membres pour préciser les modalités de la coordination de l’aide humanitaire. C’est la DG Echo (qui inclut dorénavant le mécanisme de protection civile) qui prêtera son concours à la « coordination active » de toute initiative humanitaire ou d’assistance logistique.

2° L’augmentation des sommes allouées au Pakistan, « ce avant la fin du mois« .

3° Le suivi de la crise,  avec une « possible conférence des donateurs » pour le Pakistan. Ce point sera à l’ordre du jour du Gymnich, le conseil informel des ministres des Affaires étrangères, le 10 septembre.

La réflexion continue sur la sécurité civile

Sur l’idée d’une force européenne de protection civile, Barroso tempère le président français en lui rappelant la tiédeur (le mot est faible) qui avait accueili les propositions du rapport Barnier en 2006. « Un certain nombre d’Etat membres avait alors montré un enthousiasme plus que relatif à l’idée d’une structure européenne propre« . Mais, promet-il, après une réflexion « approfondie », et des consultations auprès d’Etats membres (la France a été consultée), menée par le duo Ashton – Georgieva, une proposition pour « une nouvelle politique » de réponse aux crises sera faite « très bientôt« , pour être discutée par les Ministres compétents.

C’est ce qui s’appelle un retour à l’envoyeur ! On ne m’ôtera cependant pas d’un doute : l’Europe ne réagit-elle pas encore, avec trop de lenteur, beaucoup de tiédeur, et peu d’audace, dans la réaction de crises ?

Dernier point, concernant l’utilisation des moyens militaires pour acheminer l’aide humanitaire, Barroso la salue mais avec des pincettes. Il ne peut même s’empêcher de montrer quelques doutes. C’est « utile« , dit-il, si « certains paramètres sont respectés« . « Il importe que l’utilisation de ces moyens n’expose pas les opérateurs humanitaires, qui ont déjà perdu nombre de leurs membres dans les zones de conflit pakistanaises, aux mêmes risques que ceux encourus par les militaires« . (NB : la journée de l’aide humanitaire se commémore ces jours-ci, le 19 août, jour de 2003 où 22 employés de l’ONU, dont son Représentant spécial en Irak, le Brésilien Sergio Vieira de Mello, sont morts dans un attentat à Bagdad).

Télécharger la lettre de Barroso à Sarkozy

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 10:10

C’est une lettre de Nicolas (Sarkozy) adressée à José-Manuel (Barroso) et rédigée durant le week-end du 15 août. Le ton est poli. Mais un rien comminatoire. « La mobilisation des Européens doit être totale » tonne le « Che » Nicolas. Certes l’Europe a déjà débloqué 40 millions d’euros en aide humanitaire, envoyé quelques équipes d’experts et activé son mécanisme de protection civile. Mais c’est bien peu aux yeux du président français. « L’Europe peut faire plus en s’engageant pour couvrir davantage encore les besoins humanitaires immédiats » (Nb : l’ONU a lancé un appel de 459 millions $ mais seul un quart a pu être rassemblé jusqu’ici). Et Sarkozy n’y va pas par quatre chemins. La France  est prête — explique-t-il — « à mobiliser des moyens logistiques militaires nationaux, aériens et navals, pour l’acheminement de l’aide internationale, dans le cadre de l’OTAN. »

Les 3 recommandations de Sarkozy

Ll’Europe doit se bouger les fesses… Sarkozy admoneste le président de la Commission: « Je compte sur vous (le président de la Commission) pour que l’Union européenne montre son unité et sa détermination et entraîne avec elle la communauté internationale pour empêcher un désastre humanitaire« . Et il lui trace la feuille de route : 1° renforcer l’aide humanitaire ; 2° prévoir dès maintenant le futur, la reconstruction, en mobilisant ses deux instruments financiers (l’Instrument de stabilité et l’Instrument de Coopération et Développement), 3°  Se doter d’une « véritable capacité européenne » de réaction à la crise. Haïti et les incendies en Russie (où la coordination européenne a été un tantinet défaillante) l’ont démontré, poursuit le président, il « faut tirer les conséquences de telles situations ».

  • En clair, Sarkozy remonte non seulement les bretelles au président de la Commission européenne mais aussi à la commissaire Georgieva, pour le moins absente ces jours-ci, ainsi qu’à la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères. Cathy Ashton continue à démontrer que si elle arrive à gérer la politique institutionnelle (l’adoption de la première décision sur le service diplomatique en est une preuve), qu’elle commence à pratiquer la diplomatie (l’implication à Gaza ou la négociation d’un accord de poursuite des pirates le prouve), elle a encore bien du mal à apprécier la gestion de crises. C’est ce qui manque encore à l’UE ! Sarkozy commet, cependant, un impair, à mon sens, mettre les moyens français à disposition de l’OTAN. C’est en contradiction avec le contenu et l’objectif de la lettre (renforcer l’Union européenne) et également avec ses engagements précédents (s’impliquer davantage dans l’OTAN pour renforcer l’Europe de la Défense). C’est un peu le contraire, ici…
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 16:35

Logo_eutrio.be_-300x89.jpg Quatre idées sont au coeur des priorités de la présidence belge de l'Union européenne en matière de protection civile à la rentrée.

Premièrement, développer des actions en matière de prévention des catastrophes (un projet de conclusion est à l'étude). Il s'agit de préciser quels mécanismes de financement européens existants pourraient être utilisées dans cet objectif et de lister les mesures de prévention que pourraient prendre les Etats membres avec ces financements.

Deuxièmement, mettre en place d'un concept de soutien à un Etat-hôte. L'idée est de préciser les différents aspects de la coopération entre l'Etat-hôte et les équipes d'assistance étrangère, en particulier au niveau logistique (transport, logement...), juridiques (obligations douanières notamment), financières ou de responsabilités. Un atelier de travail aura lieu sur le sujet les 15-17 septembre à Florival.

Troisièmement, préciser le soutien que la protection civile peut apporter à l'assistance consulaire.

Enfin, la présidence belge veut entamer un débat sur la communication que la Commission européenne doit présenter sur le renforcement de la capacité de réponse de crise de l'UE.

Sur ce sujet, lire l'interview de la commissaire : K. Georgieva: "Nous ne devons pas garder notre drapeau dans notre poche"

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 17:53

La haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères, Lady Ashton, a appelé aujourd'hui son homologue russe, Sergey Lavrov afin d'exprimer la "solidarité de l'UE avec la Russie" face aux incendies de forêts. Le message, qui exprime les "condoléances" envers les victimes de ces évènements, est aussi l'occasion pour la diplomate en chef de l'UE de réaffirmer, publiquement, une "offre de soutien de l'UE, dans l'immédiat et pour le futur" (1).

Le Berlaymont sort ainsi de son mutisme (2). On sait que la commissaire chargé de la réponse de crise, Kristalina Georgieva, s'était déjà entretenue, il y a quelque jours, avec les autorités russes sur ce sujet. Mais aucune publicité n'avait été faite sur cet entretien. Et, surtout, rien de concret n'avait été enclenché. L'UE n'a pas réussi à imposer un principe de coordination de l'aide. Et les Etats membres ont préféré travailler, en bilatéral, avec les Russes.

Moscou qui sait combien la "diplomatie de la catastrophe" est utile d'un point de vue général (3) comme  en particulier. Ainsi lors d'un entretien téléphonique entre le Premier ministre russe, Vladimir Putine, et son homologue bulgare Boris Borysov (auquel assistait la commissaire européenne Georgieva), a été l'occasion de remercier la Bulgarie pour sa contribution à l'extinction des incendies de forêts (4). Mais d'autres sujets, plus sensibles, ont aussi été abordés, selon l'agence Ria Novosti, comme la seconde centrale nucléaire bulgare à Belené sur le Danube (réalisé par l'allemand RWE et auquel participe Areva) ou le projet de gazoduc SouthStream qui doit relier la Russie à l'Europe (projet qui intéresse beaucoup les Russes et... Gazprom),


(1) Selon le message en anglais : "Today, I called Russian Foreign Minister Sergey Lavrov to express the EU's solidarity with Russia in the wake of the recent forest fires and expressed my condolences, in particular to the family and friends of those who have died as a result of this terrible event. I am extremely pleased that many member states are assisting Russia at this time and I would like to commend my colleague, Humanitarian Aid Commissioner Kristalina Georgieva and her services for their efforts in this regard. Minister Lavrov also expressed his gratitude to Commissioner Georgieva during our phone call. I reiterated the EU's offer of support, both now and into the future."

(2) Lire : Le Berlaymont, en vacances, regarde Moscou brûler (maj)

(3) Lire :  La sécurité civile, la pièce manquante à l'UE - Puissance civile

(4) Lire : L'aide internationale à la Russie (mis à jour)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 14:01

Dash8SecurCivile.gifAprès avoir refusé toute aide internationale, la Russie a accepté les offres qui lui étaient faites par plusieurs pays. Aux 11 et 12 août, il y avait ainsi, selon le ministère des situations d'urgences, venant de pays étrangers : 551 pompiers à l'oeuvre, une centaine de véhicules, 6 avions et 7 hélicoptères (chiffre en augmentation par rapport à la veille : 394 pompiers, une quarantaine de véhicules, 5 avions et 5 hélicoptères). La moitié de ces effectifs étant fourni par l'Union européenne (5 avions et 281 pompiers).

Les anciennes républiques d'URSS ont fourni le plus rapidement une aide : l'Arménie (4 véhicules, 150 motopompes, une cinquantaine de pompiers, dans la région de Nijni-Novgorod), l'Azerbaïdjan (2 hélicoptères, Mi17 et Ka 32a, envoyés mercredi 4 août dans la région de Lipetsk et Riazan), le Kazakhstan (2 hélicoptères Mi-8 et Mi-171, dans la région de Samara), la Biélorussie (1 hélicoptère Mi-8, 20 véhicules et 150 pompiers dans la région de Ryazan), l'Ukraine (2 avions An-32, deux groupes de pompiers dans la région de Voronezh, un détachement de 500 militaires prêt à partir, selon Ria Novosti). La Turquie a envoyé 2 hélicoptères (dans la région de Riazan). 

Les Etats-Unis ont envoyé 2 avions cargos contenant du matériel anti-feu (réservoirs à eau, pompes, combinaisons anti-feu...).

La contribution européenne

Six pays de l'Union européenne participent actuellement aux opérations : la Bulgarie (une centaine de pompiers - 92 pompiers et 3 médecins -, actifs depuis le week-end du 7 août), la Pologne (150 pompiers et 50 véhicules partis en convoi, samedi 7 août, via les pays baltes), l'Italie (2 puis 4 Canadairs CL 415), la France (un gros bombardier d'eau, un Dash 8, parti lundi 9 août). La Lettonie a annoncé envoyer, mardi 10 août, une unité d'intervention de 12 sapeurs-pompiers et 2 véhicules. Et la Lituanie a décidé, jeudi 12 août, d'envoyer à son tour une équipe de 24 pompiers avec du matériel. 

mis à jour jeudi 13 août

(Crédit photo : Le Dash8 - Sécurité civile FR)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 12:06

RodiKratsa.jpg L'article publié hier sur la relative inaction de l'Union européenne face aux feux de forêts en Russie n'est apparemment pas passé inaperçu. En tout cas, il reflète une inquiétude partagée. La députée grecque du PPE, par ailleurs vice-présidente du Parlement européen, Rodi Kratsa a ainsi interpellé aujourd'hui publiquement la Commission européenne sur le sujet, insistant plus particulièrement sur la nécessaire information face au risque (avéré, potentiel ou inexistant ?) en matière radiologique. Il serait, en effet, intéressant de pencher sur la question. La députée a également appelé l'Union européenne à une meilleure coordination en matière de secours.

Voici ce qu'elle a déclaré (en anglais, sorry !) : "(I am) calling on the Commission to clarify if there are any conclusions or guarantees regarding the security of radioactive materials and, more specifically, whether there is a prevention plan for the Bryansk province (which was contaminated following the Chernobyl nuclear power station disaster that took place in 1986) to avoid the release of radioactive particles into the atmosphere. (I) also referred to the effectiveness of the European intervention mechanism and raises the question of a coordinated EU participation in the efforts to extinguish fires while responding to the disastrous and threatening situation."

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 10:36

FeuMaisonBruleeRussie-Rus10.jpgFace aux incendies qui ravagent la Russie, on ne peut qu'être étonné du silence -voire du mutisme européen.

La Commission européenne n'a pas jugé bon de mobiliser la MIC - sa cellule sécurité civile. Celle-ci ne peut agir que sur "demande d'un Etat, pas de son propre chef" explique un porte-parole de la Commission européenne. "Mais nous sommes en contact régulier avec l'Emercom (la sécurité civile russe). Et Me Georgieva s'est entretenue avec Sergey Shoigu, le responsable d'Emercom " se justifie-t-il. 

Mieux ! Aucun message officiel d'offre d'assistance ("ready to help") ni même d'inquiétude n'a été adressé aux dirigeants russes par les autorités européennes. Quant à la coordination entre Etats membres, elle est très légère et ne correspond pas au nouveau dispositif mis en place par le Traité de Lisbonne (1). Les agents du MIC sont bien présents et travaillent 24h/24. Mais il manque encore une volonté politique. L'envoi d'avions français ou italiens, est ainsi fait dans "un cadre bilatéral", précise-t-on. 

Une nouvelle fois, l'Europe n'agit pas dans une offre globale de politique étrangère mais en ordre dispersé et avec un souci d'intérêt national, avant tout. Un intérêt que les Russes connaissent et dont ils jouent régulièrement... Situation d'autant moins compréhensible que le risque de contamination n'est pas exclu, si un incendie atteint un site sensible (pas seulement nucléaire mais aussi chimique ou industriel). Et que le simple déplacement naturel des fumées pourrait menacer rapidement certains pays proches (Estonie, Finlande...) voire plus loin. Selon un dernier communiqué de la Nasa, ainsi, les fumées des incendies ont atteint la strastophère et peuvent donc se déplacer désormais très vite (pour voir la masse des fumées formées, ici).

Au dernier bilan

Selon le dernier bilan dressé par les autorités russes, au 10 août, il restait encore près de 550 foyers d'incendie sur une superficie totale de 175.000 ha (environ). Depuis le début de la période des incendies en 2010, on a recensé près de 26.000 incendies sur une superficie totale de 750.000 ha. Les autorités ont mobilisé plus de 160.000 hommes, 26.000 engins et 42 avions. L'aide internationale

(1) Lire également :

La sécurité civile, la pièce manquante à l'UE - Puissance civile (2009)

Protection civile, comment l’Europe a perdu une bataille (2005)

(crédit photo : ministère russe des situations d'urgence)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 19:20

« Je dois atterrir sinon ils vont me tuer ». Ces mots seraient extraits d'une conversation des boites noires du Tupolev 154, l'avion présidentiel qui transportait le président Lech Kaczyński et d'autres personnalités de la république polonaise vers Katyn, peu de temps avant le crash mi-avril, près de Smolensk (1), selon la chaîne d'informations polonaises TVN24.

Les journalistes ont obtenu, de façon "non officielle", de nouveaux extraits de la conversation qui s'est tenue dans le cockpit, issue des boites noires. Même s'ils sont "hors contexte" et que les mots semblent parfois difficiles à distinguer, ils prouveraient bien des pressions sur le pilote (2). "Evidemment qu'il y a toujours des pressions quand des personnalités souhaitent poursuivre leur chemin" tempère un expert aérien militaire, le Major Michał Fiszer, à TVN24. Mais "quand un pilote a déjà pris la décision d'atterir, tout ce qui pourrait se passer n'a alors plus d'influence sur lui". 

(1) L'avion présidentiel polonais crashe: président tué, Etat-Major décapité

(2) Une des pistes que j'avais évoquées dès le début :  Accident de Smolensk: un peu d'âme polonaise en moins et autres questions

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.