Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 13:08
La Commission européenne a annoncé avoir débloqué une première aide d'urgence de 150.000 euros pour les victimes du Tsunami dans le Pacifique (Samoa et Tonga). Cette aide sera versée à la Fédération internationale de la Croix Rouge, avec pour objectif de fournir l'aide médicale, l'approvisionnement en eau et des abris d'urgence. Une autre aide de première urgence a été débloquée pour le typhon en Asie (Vietnam, Cambodge, Laos), d'un montant de deux millions d'euros. Des équipes d'évaluation de l'Office européen d'aide humanitaire sont parties sur place dans les deux régions, a précisé la Commission européenne.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 22:38
Après la démonstration sur la surveillance maritime de nos amis suédois, le sujet méritait d'être évoqué. Et c'est un collègue de l'AFP qui s'est collée à poser la question, un tantinet ironique. Le ton de notre interlocuteur, un militaire qui effectuait la présentation, s'est immédiatement crispé avec une réponse en forme de glissade ... : « c'est sous enquête policière. Nous ne pouvons rien dire. » Puis d'avouer sous forme d'excuse : « nous n'avons pas su que ce bateau avait été attaqué. Nous l'avons su plus tard. »
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 22:00
L'odysée de l'Arctic sea, ce bateau attaqué par les pirates en pleine mer baltique fin juillet, disparu sans laisser de traces pendant plusieurs jours, avant d'être retrouvé près du Cap Vert, avec à bord ce qui ressemble plus à une bande de pieds nickelés qu'à une équipe de "pirates" organisés", laisse rêveur. Et chacun y va de ses versions. Rassurez-vous. Je n'ai pas la version officielle ni même la version secrète. Mais quelques éléments d'information, et de réflexion

Quelques éléments de réflexion

1° La Commission européenne - que j'ai interrogée - persiste et signe et ne voit rien à changer à ses déclarations du mois d'août. Oui il y a bien une « seconde attaque au large du Portugal, après celle au large de la Suède ». Et il ne s'agit « pas d'un acte de piraterie classique », selon le porte-parole du commissaire au Transport (1). Pour être sûr, j'ai demandé à un expert européen, de me définir ce qu'est un "acte de piraterie classique". Et voici la la définition qu'il m'en a donnée, précisant que tous les éléments étaient aussi importants l'un que l'autre : « 1° un acte crapuleux, 2° pour s’emparer d’un navire et/ou cargaison ou personnel, 3° dans l'intention d'en tirer un avantage financier ». Même si elle se refuse à commenter l'enquête en cours, mené... par le parquet russe, cela contredit légèrement les déclarations russes actuelles.

2° Les deux versions livrées dans la presse qui circulent actuellement : l'une des Russes, avec une attaque de pirates aux motivations vaguement écologiques, l'autre avec l'intervention du Mossad pour arrêter une livraison de missiles Sam S 300 à l'Iran, ne sont pas très très convaincantes. Elles laissent davantage de questions posées qu'elles en résolvent. Qui était les membres de la première équipe ? Pourquoi les Suédois laissent faire ? Qui étaient les membres de la deuxième équipe ? Quand est arrivée à bord l'équipe de pieds nickelés à bord du navire ? Pourquoi la trace du navire a officiellement été coupée ? Pourquoi l'ordre de retrouver le navire a-t-il été donné avec autant de solennité ? Et autant de moyens russes mobilisés au grand jour ? Combien a-t-il fallu autant de temps pour vider le bateau de l'équipement "non officiel" qu'ils contenaient (s'il en contenait) ? Etc...

3° Tarmo Kouts, qui est à l'origine de l'information (sur le Mossad) et baptisé rapporteur de l'Union européenne sur la piraterie, est en fait surtout un député estonien, membre du parti "Pro Patria and Res Publica" et auteur (avec deux autres députés : Kurt Bodewig, Aristotelis Pavlidis) d'un rapport sur la piraterie à l'Union pour l'Europe Occidentale (UEO). Il est ancien chef d'Etat major des armées (jusqu'à août 2006, avec le grade de vice-amiral) et surtout ancien responsable des gardes-côtes d'Estonie, ce qui lui donne une certaine compétence. En revanche, il n'a été chargé d'aucune mission européenne. Propos confirmé de façon nette, tant du coté de la Commission européenne que de l'Union européenne.

(1) Les questions de piraterie maritime sont à la Commission européenne essentiellement de la compétence du Commissaire aux Transports. Un règlement du 31 mars 2004 sur la sûreté maritime prescrit en effet certaines mesures pour prévenir le terrorisme et la piraterie notamment.

Quelques réflexions sur d'autres faits qui semblent importants

- Une première équipe prend pied à bord du bateau. Reste 12 heures. "Parlant mal l'anglais". Puis disparaît. Sans que les autorités suédoises ni finlandaises (le bateau appartient à une société finlandaise et transporte du bois finlandais) réagissent. Si cette version est réelle, cela suppose que cette équipe appartient à un pays, sinon membre de la zone Otan, au moins allié.

- Le navire n'aurait jamais été perdu de vue par les autorités maritimes des différents pays européens, comme le montre l'information communiquée par la Commission européenne, fin août, mentionnant une attaque au large du Portugal. Une information puisée à bonne source, apparemment directement des services de surveillance maritime des pays concernés. La "disparition" du navire après le passage de la Manche et le signalement au Cross de Brest serait alors une "feinte". Mais pour échapper à qui ?

- Kalilingrad aurait été le port d'embarquement du matériel "de contrebande" (des armes Sam d'après les dernières informations communiquées à destination de l'Iran). Un embarquement réalisé par la mafia russe. En solo ? Cela paraît peu possible. Vu la configuration de Kalilingrad. Il paraît certain qu'au moins un des services de la sécurité russe est embarqué dans l'opération.

Là s'arrêtent les faits et commence le roman. Ou plutôt les romans. Comme j'aime aussi les romans d'espionnage ou policiers, voici quelques pistes pour des auteurs en mal d'imagination.

- 1ère piste : une divergence au sein de l'appareil russe de sécurité. Une partie des "services" soutient l'exportation des produits prohibés. Une autre cherche à la torpiller. D'où les deux abordages. Et la décision de Medvedev d'envoyer, de la façon la plus solennelle, les navires de guerre, sonne comme un message clair : vous vous heurterez à nous si vous continuez.

- 2e piste : le contrat avec l'Iran. La Russie est bien décidée à ne pas livrer les missiles Sam à l'Iran. Mais elle est plus ou moins liée par le contrat de fourniture. Ce qu'il faut c'est respecter le contrat. Mais ne pas livrer. L'empêchement doit être suffisamment public pour laisser supposer que le contrat a été respecté.

- 3e piste : l'intervention d'un service allié. La première attaque - au large de la Suède - est mené par un service allié (le Mossad... ou plutôt un autre). Il s'agit d'envoyer un avertissement net aux Russes qu'ils prennent l'affaire en charge : le bateau est sous surveillance. Nous savons ce qu'il transporte. Maintenant occupez-vous de l'affaire, et au plus haut sommet de l'Etat.

- 4e piste : l'intervention d'un service russe. La deuxième attaque, au large du Portugal, est menée par les services russes "loyalistes" avec pour charge de mener le bateau hors des grands circuits internationaux. Donnant suffisamment de temps aux navires et moyens aériens russes pour se "positionner".

Feuilleton à suivre... -:)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 17:15

(Analyse) Les récents feux de forêts en Grèce ou en Italie, les inondations à Taïwan auparavant, le crash de l'A310 de la Yemenia Airways au large des Comores, au début de l'été, le démontrent : l'action de sécurité civile si elle a pour premier objectif de sauver des vies (et/ou préserver l'environnement) est aussi un acte, à visée hautement diplomatique, surtout quand il se produit hors de l'Union européenne.

Un exercice de haute politique

L'intervention démontre, d'une part, la présence aux cotés des victimes et des parents, des citoyens. Elle manifeste aussi (et surtout) au(x) pays directement touché(s) de la région, la preuve de la capacité d'intervention, de la puissance du pays (de l'Union européenne quand c'est le cas) qui envoie les forces. En soi, c'est donc un acte politique pur. A l'occasion d'une catastrophe, cela permet de renouer des contacts, d'ouvrir une nouvelle phase de relations ou de fermer la page d'une querelle ancienne, avec un pays tiers.

NB : Quand l'intervention se produit à l'intérieur de l'UE, elle est une marque d'une solidarité, d'une solidité du continent, qui a valeur d'exemple à la fois de l'unité politique et de la capacité d'action opérationnelle.

Entre la PESD et l'action humanitaire

La protection civile constitue ainsi le maillon manquant de la gestion de crises : entre les missions de la PESD qu'elles soient sous forme d'interposition militaire (type Tchad) ou civile (type Géorgie ou Gaza), de rétablissement de l'Etat de droit (Kosovo, Iraq ou Congo) et les missions d'aide humanitaire proprement dit (menée par Echo) ou de développement, elle constitue une marque de puissance civile. Certes cette vision peut paraître très française et peu partagée par tous en Europe.

L'excellent papier de Michel Barnier, remis à la Commission européenne, il y a trois ans, en mai 2006 (télécharger ici), avait été reçu franchement à l'époque, et rangé soigneusement sur une étagère, considéré comme trop démesuré à certains. Plus récemment, lors de la présidence française, certains Etats membres s'étaient opposés à un concept commun d'évacuation des citoyens à l'étranger (lire un exercice à défaut de concept). Mais peu à peu, les esprits évoluent. Et le débat idéologique s'amoindrit.

Une évolution des esprits nécessaire

Le Royaume-Uni, la Suède et (dans la mesure de leurs moyens), la Pologne ou la Bulgarie sont devenus des supporters de cette politique. Il ne s'agit pas d'une vision continentale opposée à une vision atlantiste, car les Etats-Unis ont déjà tracé la voie, ou d'une Europe intégrationniste opposée à l'Europe des Nations. Car, effet (bénéfique?) de la crise économique, la plupart des Etats ont compris qu'ils ne  pouvaient plus entretenir des forces trop surévaluées, pesant trop lourd sur leur budget. La solution est alors (pour ce surplus utilisable quelques jours par an) de mutualiser certains moyens pour, dans les cas exceptionnels, pouvoir faire appel au voisin, voire à des moyens disponibles (de façon fédérale) au niveau de l'Union européenne. Là réside encore le débat. La volonté de la présidence suédoise de développer la gestion civile des crises (lire le papier de Malmström) est à remarquer.

En espérant que cette fois-ci, le débat ne s'enlisera pas et que des solutions pratiques, pragmatiques surgiront... comme en matière de feux de forêts (en Grèce) où la mutualisation temporaire de Canadair pour les feux de forêt montre son utilité (même si elle n'est pas encore parfaite).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 12:33
(Brève d'été). Après la demande de la Grèce (qui n'a été faite que samedi), le mécanisme de réaction rapide de l'UE est activé dimanche 23 août. L'Italie (2 Canadair CL-415, arrivés dimanche après-midi), Chypre (1 hélicoptère Kamov 32, arrivé dimanche soir), la France (2 Canadair CL-415, arrivés lundi après-midi), l'Espagne (2 Canadair CL-415) fournissent des moyens, en complément des 2 avions (Canadair CL-215, arrivés dimanche soir l'un, lundi pour l'autre) de la Réserve tactique européenne. C'est le plus gros déploiement "feux de forêts" en 2009. Détails, sur le site de la Commission européenne. Lire aussi : "Sécurité civile le chaînon manquant de l'UE, Puissance civile".

A total of eight planes and one helicopter are assisting Greece. Italy, France, Spain and Cyprus provided assistance in response to Greece's request. In addition, the EU forest fire tactical reserve is being deployed to fill gaps in aerial fire-fighting capacity. The intervention in Greece is the biggest Civil Protection Mechanism operation in 2009 to date.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:02
(Brève d'été) Le navire marchand battant pavillon maltais est bien repéré au large du Cap Vert. Et la frégate lance-missiles Ladny de la marine russe (voir photo) est intervenue ; elle libère les 15 hommes d'équipage et fait prisonniers "huit pirates" - dont 6 ressortissants de l'UE : quatre Estoniens, deux Lettoniens et deux Russes. Ceux-ci seraient montés à bord le 24 juillet (au large de la Suède) et auraient ensuite débranché les principaux instruments de communication du navire, selon Ria Novosti. A priori, il s'agirait donc bien d'un acte de piraterie, contrairement à ce qu'affirmait la Commission européenne se fiant aux services de sécurité européen. A suivre, car des rebondissements pourraient bien survenir...

La frégate Ladny lors de l'exercice IONEKS 2008 (crédit photo : marine russe - flotte de la mer noire)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 17:15
Après la récupération de l'Artic Sea (ce navire sous pavillon maltais détourné par des "pirates" vers les côtes africaines - voir les nouvelles d'août), la Commission européenne n'estime pas que les règles de sûreté maritime européenne soient en cause ou nécessite leur renforcement, a souligné un des portes-paroles de l'institution à Bruxelles, ce mardi (18 août).

"Près de la Guinée Bissau". La Commission européenne a ainsi, bien été « informée hier après midi par les autorités maltaises (autorités du pavillon), que l’Arctic Sea a été retrouvé, et est sous contrôle de la marine russe, à 300 miles nautiques au sud du Cap Vert et 15 miles de la Guinée Bissau. » a expliqué Martin Selmayr (qui assure la responsabilité du service du porte-parole de la Commission durant la période vacances). Mais, selon les autorités maltaises informées par le gérant de la société propriétaire du navire, « tout l'équipage est sain et sauf ». Une équipe d'enquête conjointe, coordonnée par la Finlande (siège de la société propriétaire), incluant des représentants de Malte, et de plusieurs autres pays (Suède...), travaille ensemble et mène une enquête criminelle.

Un "bon scénario pour Hollywood". Durant tout le temps de l'enquête, les différentes autorités européennes concernées ont en effet tenu Bruxelles informé. Et la Commission européenne « est satisfaite de cette consultation ad hoc et des informations fournies ». En l'état des choses, il ne paraît donc pas nécessaire de modifier la réglementation européenne en vigueur (règlement 725 datant de 2004). Même, si en l'état des choses, Bruxelles préfère resté « discret ». « Une enquête criminelle est en cours. Un jour tous les détails connus, cela pourrait faire un bon film pour Hollywood » ajoute, ironique, Martin Selmayr (qui a toujours le sens de la formule). Il n'a cependant pas voulu expliquer pourquoi la Commission avait, un jour, expliqué qu'il y avait acte de piraterie. Et pas le lendemain...

La coopération avec les Russes "difficile". Selon un inspecteur de la police finlandaise, cité par la presse nationale, les pirates seraient restés à bord du navire depuis la première attaque le 24 juillet, au large de la Suède. Et si la
demande de rançon paraît authentique, l'hypothèse d'une fraude à l'assurance n'est pas exclue comme tant d'autres y compris une opération destinée à rehausser le prestige national. Quant à savoir qui va mener l'enquête judiciaire, comment notamment vont être réparties les responsabilités entre les différentes autorités nationales, elle reste à déterminer. Si entre les Européens, après un démarrage plutôt chaotique, la coordination semble s'être affirmée, en revanche, « il a été difficile de coopérer avec les Russes dans la traque internationale de ce navire » expliquent les Finlandais... (autres informations, lire l'article du Helsingin Sanomat, en anglais)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 20:03
(brève d'été) Les deux avions de réserve tactique de la Commission européenne - stationnés durant l'été près de Marignane - sont mis en alerte, durant le week-end des 15 et 16 août, face aux feux de forêt au Portugal et aux conditions climatiques dégradées (haute température et atmosphère sèche).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 19:45
Une équipe de spécialistes de l'UE composée de Français, Suédois, Britanniques a été dépêché, le 13 août, à Taïwan pour évaluer les besoins après le cyclône, annonce la Commission européenne le 17 août. Lire le communiqué.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 14:04
(brèves d'été)

• Ven 14 août (piraterie, Atlantique) : l'Arctic sea n'a pas été victime d'un acte de piraterie. La Commission européenne a démenti, aujourd'hui, que la disparition de l'Arctic sea entre la Manche et l'Atlantique ne pouvait être imputée à un acte de piraterie. "Il faut être très prudent" a d'abord précisé Martin Selmayr, porte-parole de la Commission. Mais "les services de la Commission européenne ont pleinement conscient, de ce qui paraît être la disparition d'un navire battant pavillon UE. Des signaux radio AURAIENT été reçus de ce navire qui AURAIT été attaqué, à deux reprises, au large de la côte suédoise et ensuite de la côte portugaise. Selon les informations disponibles, ces attaques signalées n’ont aucun rapport avec des actes traditionnels de piraterie ou d’attaque en mer pour vol. Une coordination entre les Etats membres concernés est en cours. Aucun commentaire supplémentaire de la Commission européenne afin de ne pas empêcher les opérations en cours." conclut le porte-parole, qui n'en dira pas plus. Lire aussi "Piraterie, pas piraterie"

• Mar 11 août (piraterie, mer Baltique) : toujours pas de nouvelle du navire marchand « Arctic sea » disparu des écrans radars dans l’Atlantique alors qu’il faisait route vers l’Algérie (où il auraît dû arriver le 4 août). Ce navire marchand finlandais, sous pavillon maltais, avec un équipage russe, avait été attaqué, le 24 juillet,… en mer Baltique, par une équipe de pirates qui ne sont restés que 12 heures à bord avant de quitter les lieux. Le navire avait alors poursuivi sa route avant de disparaître... mystérieusement. Son dernier signe de vie date du 1er août. Son armateur Solchart a demandé l'aide de la Russie pour le retrouver. Selon le commandant des forces navales russes, cité par l'agence de presse Ria Novosti, quatre bâtiments de guerre rattachés à la Flotte russe de la mer Noire sont actuellement dans la région, entre Gibraltar et le large des côtes portugaises.

• Ven 24 juillet (piraterie, mer Baltique !) : un navire marchand finlandais, sous pavillon maltais, avec un équipage russe est attaqué, le 24 juillet,… en mer Baltique. Oui vous avez bien lu ! C’est le premier acte de piraterie dans ces eaux depuis la fin de la seconde guerre mondiale. L’Arctic Sea transportait du bois de Finlande vers l’Algérie. Les « pirates » cagoulés ont pris d’assaut le bateau dans la nuit, se faisant passés pour des policiers à la recherche de stupéfiants. Ils sont restés 12 heures à bord. Puis ont quitté le bateau sans rien vraiment emporter. Le bateau a ensuite continué sa route vers l’Algérie. L’enquête a été confiée à la police suédoise, l’incident ayant eu lieu dans ses eaux. Selon un quotidien suédois, les « pirates » se seraient trompés de navire. L’affaire reste cependant mystérieuse (lire août).
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Secours - Sécurité Civile
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.