Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 07:00
C'était au moment des négociations entre l'Autriche, la Suède, la Norvège et la Finlande, dans le dernier round des négociations, en 1994, il y a quinze ans maintenant, Jacques Delors - alors président de la Commission européenne - raconte - dans ses mémoires (*) -, comment les nouveaux adhérents considéraient la PESC... « Excédé par les relances revendicatives des Autrichiens et des Suédois, je leur avais demandé s'ils adhéraient bien à tout le traité, y compris la politique extérieure et de sécurité commune. J'avais eu droit à un sourire narquois de mes interlocuteurs et à cette réplique : “Monsieur Delors, revenons à nos affaires et parlons business". » « Je ne cite cette remarque et cet épisode que pour montrer la taille des obstacles qui se dressent sur la route d'une convergence, même partielle, de la politique étrangère.» poursuit l'homme politique français.

On peut observer qu'aujourd'hui ces trois pays - Autriche, Suède, Finlande - sont sinon les plus grands militants de la politique étrangère de l'UE et de l'Europe de la Défense, du moins des contributeurs notables. Sans eux, l'opération militaire au Tchad aurait sinon été impossible du moins plus difficile à monter. Et sur la crise à Gaza, et le conflit du Proche-Orient, ces trois pays apportent aujourd'hui un apport notable diplomatique (cf. déclaration de Carl Bildt).

Comme quoi, il ne faut jamais désespérer de certains Etats européens par exemple de la présidence actuel. Les réticents d'hier sont les enthousiastes d'aujourd'hui... Alors demain, la république Tchèque - aujourd'hui plutôt rétive (le mot est faible) à la politique étrangère et à la défense européenne - en sera (peut-être) demain un ardent supporter... du moins après cette présidence. Personnellement j'en suis convaincu (**). Un ambassadeur auprès de l'UE me disait encore récemment "c'est un des bienfaits des présidences tournantes. Je ne sais pas si les supprimer est vraiment une bonne idée".

(*) Jacques Delors, "Mémoires", éditions Plon, janvier 2004, 25 euros.
(**) En 2002, j'avais publié une libre opinion dans mon quotidien de l'époque, France-Soir, pour aller contre certaines idées préconçues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Défense UE (droit doctrine politique)
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.