Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 02:12

Un "flop" ! Il n'y a pas d'autre mot. Présentée comme imminente dans plusieurs médias, le lancement d'une opération anti-piraterie par l'OTAN semble bien plus difficile qu'annoncée. Et même si le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer à l'ouverture de la conférence des Ministres de la Défense de l'Alliance, jeudi, s'est voulu optimiste — "Ministers took stock of our successful efforts to date and discussed the scope of NATO’s possible longer-term involvement in counter-piracy" a-t-il déclaré — ; il avait bien en mémoire le résultat de la première conférence de génération tenue au SHAPE la veille. Un "échec complet" selon un spécialiste de la question. Malgré la présence des 28 membres de l'Alliance comme d'Etats tiers (Australie, Corée, Russie...), le constat a été clair : il y a peu de forces disponibles pour l'OTAN.

Les SNMG en opération placebo. Conséquence : l'Otan va continuer à utiliser le passage de ses groupements maritimes (SNMG 1 ou 2) pour... simuler une opération. Tous les spécialistes de la question savent, en effet, pertinemment que "les opérations Allied Provider et Allied Protector" ne sont pas, en tant que telle, une véritable opération, structurée, permanente. D'autant que certains Etats (comme l'Allemagne) quittent le SNMG dès qu'il est au large de la Somalie pour passer sous commandement de l'UE (mandat strict du Bundestag oblige).

Problème de capacité mais aussi juridique. Ce n'est pas la première fois que l'Alliance tente de mettre la main sur l'opération maritime anti-pirates. Jusqu'au sommet de Budapest, concomitamment à l'opération de l'UE "Atalanta", l'OTAN tentait de mettre sur pied sa propre opération, voire de ravir à l'UE le leadership. Mais l'OTAN souffre d'un problème de capacité. Et également d'un problème juridique. Elle n'a toujours pas de cadre légal d'intervention face aux pirates ni d'accord avec le Kenya comme l'UE, les USA ou le Royaume-Uni. Conséquence : même si sa présence permet de renforcer les moyens "sur zone" - pour l'escorte de navires du PAM ou de navires marchands - ; elle aboutit inévitablement, en cas d'intervention contre les pirates, à leur... libération (après désarmement). Dans le bilan régulièrement remis à jour, je n'ai noté, en effet, qu'une seule remise de pirates à la justice (au Kenya grâce à l'accord signé, à titre bilatéral, par les Britanniques).
"La signature d'un tel cadre n'est pas une précondition absolue à l'opération. Mais elle serait d'une grande aide" a expliqué à Bruxelles le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.