Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 19:02
Image-2.pngDans cette période de transition, avec une présidence qui continue de tourner (les Espagnols au 1er janvier) et deux nouveaux leaders européens, qui ont un mandat fixe (le président du Conseil européen et la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères), toute la question est de savoir comment "tout cela" va s'organiser ?

Le ministre espagnol des Affaires étrangères était, vendredi, à Bruxelles pour présenter ses priorités devant la presse. Et, naturellement, je lui ai posé la question : Comment il comptait se coordonner avec la Haute représentante ? Est-ce que le Proche-Orient serait une région test ?

Le ministre espagnol à disposition de la Haute représentante
. Pour Moratinos, qui a rencontré, à deux reprises, Catherine Ashton, « on part d'un principe très simple. Le Ministre des affaires étrangères espagnol est, à la totale disponibilité, de Me Ashton. C’est elle qui a toute la capacité, tous les éléments (pour) déployer sa nouvelle fonction. Et le ministre espagnol peut être utile pour elle, dans des questions pour des raisons d’histoire, d'expérience, de proximité, on a une plus grande expérience, comme au Proche-Orient, en Amérique latine, en Afrique du nord ou en Méditerranée, où nous avons une possibilité d'apporter une certaine valeur ajoutée. Mais elle ne m’a pas délégué un dossier. C’est elle, la Haute représentante, et qui va exercer cette fonction. Mais on va faire ensemble pour que le
Proche-Orient soit un élément essentiel de l'action extérieure de l'Union. Moi, modestement, je vais apporter ma modeste expérience dans la région. »

L'UE acteur majeur au
Proche-Orient. L'Europe peut-elle avoir une politique autonome par rapport aux Etats-Unis ? « Ce n'est question de politique autonome ou de politique subordonnée » explique Moratinos. « La grande percée que l’on doit à Javier Solana et toute son équipe est que, même si on considère que le Quartet n’a pas toujours abouti à ce qu’on aurait souhaité, nous sommes arrivés à ce que les positions de l'UE, des Etats-Unis et des autres acteurs ne soient pas différents dans la substance. Nous avons des différences dans la tactique. Sur le fond, l'objectif, la façon d’arriver à des accords, nous n’avons pas de différence. Ce qu’il faut, c’est travailler ensemble. Car les deux parties ont besoin d’un nouvel engagement des deux acteurs principaux de la Communauté internationale, dont l'Union européenne. »

(crédit photo : Conseil de l'Union européenne)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans HautReprésentant-ServiceDiplomatique
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.