Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 01:30
Une position belge teintée d'amertume

"Mon sentiment est qu’il n’est pas possible de monter une opération maintenant."
Karel de Gucht, le ministre des Affaires étrangères belge, l'a confié, avec un peu d'amertume, à quelques journalistes, mardi soir, après le traditionnel dîner entre membres européens de l'Otan. L'éventualité d'une mission intérimaire de l'UE a donc fait long feu... du moins pour l'instant. "Il y a un véritable drame humanitaire qui se produit au Congo" précise le Ministre belge. "Mais pas de possibilité d'intervention".

Pourquoi mourir pour le Congo? Le Ministre qui s'est entretenu avec ses homologues britannique (Miliband), néerlandais (Verhagen) et français (Kouchner) et devrait s'entretenir avec le suédois à Helsinki (Bildt) en est désormais convaincu. Aucun pays n'est prêt à assurer le "lead" de l'opération. "Il est clair que (même) la France n'est pas prête à prendre le lead de l'opération. Elle serait sans doute partie pour participer à une telle mission mais de façon limitée ou en soutien logistique". Et sans engagement d'une nation cadre, pas de mission. Une mission intérimaire de l'UE aurait, en effet, impliqué environ 2 à 3000 hommes. Beaucoup moins que ceux que les pays étaient prêts à engager. "Beaucoup de pays sont en surtension avec l'Afghanistan". Dans d'autres pays (l'Allemagne n'est pas citée, mais point besoin d'une grande enquête pour le savoir), l'attention pour le Congo est proche de 0, tant au niveau politique que médiatique, confie un diplomate.

Un soutien à la Monuc faute de mieux. Les Européens pourraient cependant fournir à la MONUC certaines fonctions de soutien comme le transport (C130 ou hélicoptères), les services de renseignement (des drones, bien utiles dans le Kivu,  et l’interprétation des données), ou une aide à la réforme de sécurité ("à condition qu'il y ait un engagement plus net de l’Etat congolais, pour le suivi"). Mais, pour la Belgique, "il n'est pas question de fournir de troupes au sol à la Monuc. Notre contribution aurait pu se faire uniquement dans le cadre de l'Union européenne" précise le Ministre, qui fera rapport à ses collègues du gouvernement fédéral dans un Kern (cabinet restreint) ce mercredi matin.

Une position française divisée sur l'opportunité d'intervenir

Avant tout envoi européen, la Monuc doit se réorganiser... Ce mardi après-midi, lors d'une séance à la commission des Affaires extérieures (Afet) du Parlement européen, le ministre français de la Défense, Hervé Morin avait scellé le sort d'une mission intérimaire en déniant toute velléité d'intervention (comme il l'avait déjà fait lors d'une interview précédente) et insisté sur la nécessaire réorganisation de la Monuc, sur plusieurs points essentiels :
1° La répartition des hommes. "Certains hommes de la Monuc sont actuellement sur Kinshasa. Où il ne se passe strictement rien. Cela me paraît normal que nous demandions d’abord à la Monuc - qui a 60 aéronefs et 16000 militaires - de se réorganiser, de mieux répartir ses troupes."
2° Le commandement et l’usage de la force. "Il y a un "problème de commandement et d'organisation. La Monuc intervient sous le chapitre VII des Nations-Unies et peut donc utiliser la force mais se retrouve à ne pas pouvoir l'utiliser car les pays fournissant des troupes ne le veulent pas. Il y a là une contradiction majeure. C’est à la Monuc de mettre en œuvre ses troupes conformément au mandat donné par des Nations-Unies."

Un hiatus gouvernemental. Sans ces deux mesures, préalables, le ministre français ne voit pas d'intervention européenne possible. "Il y a comme une contradiction à vouloir envoyer des forces pour en encadrer d’autres. On peut s’interroger sur la pertinence du dispositif." Maintenant, a-t-il reconnu, les Européens ont proposé leur aide pour faciliter l'assistance humanitaire. Et "la France a toujours indiqué qu’elle pouvait participer à la mise en œuvre du commandement, envoyer des cadres, pour la Monuc.
Apparemment entre Hervé (Morin) et Bernard (Kouchner), pourtant tous deux membres du même gouvernement, et tous deux fidèles de Nicolas Sarkozy, il y a comme une approche qui n'est pas tout à fait identique.

(Crédit Photos : (De Gucht) diplomatie belge - (Morin) Roland Pellegrino/ECPAD

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Afrique - Congo
commenter cet article

commentaires

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.