Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 11:00
PodobaPourAtalanta-Cs100120.jpgTrois Tchèques devraient arriver cette semaine au QG d'EU NAVFOR Atalanta, l'opération européenne anti-piraterie, à Northwood (près de Londres). Dirigée par le lieutenant-colonel Jozef Podoba, qui a déjà participé à deux missions internationales, l'équipe tchèque comprendra aussi le lieutenant colonel David Peter et l'officier Lubomir Volny. Ils devraient rester six mois au QG et être relayés ensuite par trois autres officiers tchèques.
C'est la première opération maritime de l'armée tchèque. "Un vrai défi" a expliqué Podoba avant son départ, selon le site de l'armée tchèque. "Mais aussi l'occasion d'acquérir une expérience nouvelle pour travailler sous commandement opérationnel de l'UE. (...) Bien sûr, nous avons dû nous préparer en mettant l'accent sur la terminologie maritime".

(photo :
Ministerstvo obrany ČR)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Piraterie Golfe d'Aden - Océan Indien
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:20
Un navire espagnol (le Castilla) est parti de sa base de Rota (près de Cadix) à destination de Petit-Goâve sur la côte haïtienne, à 70 kms de Port-au-Prince. Un navire britannique auxiliaire de la Royal Navy va aussi partir ces jours-ci vers Haïti. Ils complètent ainsi l'effort européen. Trois navires sont déjà à pied d'oeuvre à Haïti: le Néerlandais Hs MS Pelikaan, les Français Batral Francis Garnier et TDC Sirocco, déjà à pied d'oeuvre.

Le Castilla est un navire d'assaut ampibie espagnol.
A bord : 423 soldats - 192 marins, 37 de l'unité d'hélicoptères, 165 soldats de l'infanterie de marines, 22 marins chargés des péniches de débarquements et 7 plongeurs de reconnaissance - ainsi  27 médecins et infirmiers. Sur place, il aura trois missions essentielles : 1) soigner les habitants de cette ville de 120.000 habitants. « Au moins 500 blessés n'ont actuellement pas de soins » selon la ministre espagnole, Carme Chacon qui assistait au départ du navire. 2) Assurer un approvisionnement en eau potable. 3) Déblayer les principales voies d'accès et les immeubles en péril. Cette mission s'inscrit dans l'effort européen demandé par l'ONU pour lequel une équipe de coordination va être mis en place.

Le Castilla est spécialement équipé.
Il dispose notamment de :

- un hopital de campagne, qualifié Rôle 2, avec 8 unités de soins intensifs, une salle de radiologie, deux salles d'opération, un cabinet dentaire et 70 lits.

NavireCastillaSalleOp-Mde100122.jpg- 4 hélicoptères : un Sikorsky SH-3D et trois hélicoptères Agusta Bell AB-212, avec pilotes et personnel de maintenance, pour permettre l'évacuation des blessés, la reconnaissance aérienne, des vols de sécurité et de surveillance.

- une unité du génie - équipée de pelleteuses, bulldozers, camions à benne, ... - qui offre une capacité pour enlever les débris et réouvrir les routes.

- une unité de production d'eau potable, grâce à deux usines d'eau portable de traitement d'une capacité de 500 litres par heure (24 tonnes par jour), un réservoir de 10.000 litres d'eau plate-forme flexible et trois dépôts 5000 litres chacune.

- une unité de péniches de débarquements permettant d'amener au plus près de la côte les matériels.

NavireCastillaUnitéDébarq@Mde100122

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 23:04
RFA-LargsBay.jpegUn navire auxiliaire de la Royal Navy va partir, d'ici quelques jours de Marchwood (Southampton), pour Haïti. Il sera dans la région d'ici deux-trois semaines environ où il apportera de la nourriture et l'aide fournis par le Département pour le développement international (DFID - le ministère de la coopération britanique), les ONG ainsi des biens achetés avec les dons reçus par le Disasters Emergency Committee.
 
Le
RFA Largs Bay est un navire polyvalent. A bord, environ 40 marins et 10 personnels du 17e "Port and Maritime Royal Logistic Corps". Il a un atout : ses capacités de débarquement. Il est notamment équipé du Mexeflote, un radeau motorisé qui peut être utilisé pour apporter approvisionnement et matériel à terre là où il n'y pas de structure portuaire avec le navire ancré au large. Bien utile à Haïti où des localités plus difficiles à atteindre par les routes n'ont pas encore beaucoup reçu d'aide. Ce qui répond à une demande de l'ONU.

RFALargeBaysPenicheDebarq-Uk09.jpgComme l'explique Bob Ainsworth, le ministre de la Défense, la phase d'urgence (de recherche et de sauvetage) est maintenant terminée, « il faut nous concentrer pour aider les personnes qui ont survécu mais n'ont plus rien ».

Une équipe de liaison et de reconnaissance (ORLT) de 12 hommes s'est d'ailleurs déjà déployée à Haïti pour évaluer quels besoins militaires spécialisés sont nécessaires.

Les Britanniques ont également effectué un échange d'officiers de liaison avec les armées des Usa, du Canada et des Bermudes. 2 officiers de la Marine seront aussi sur le USS Gunstan Hall, et 2 pilotes de la RAF à l'US Air Force.

Une équipe de protection de 8 policiers militaires a été envoyée pour assurer la sécurité consulaire. Un avion C-130, avec deux Land Rover, devrait également être déployé.

(crédit photo: Uk Royal Navy)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 15:19

NordicBattleGroupHelico-Swe0912.jpgLa Suède vient de terminer le recrutement de ses troupes (1) pour le Nordic Battlegroup 2011, annonce l'armée suédoise.  Pour environ 1600 postes dans le Battlegroup (et 150 dans la réserve stratégique), elle a ainsi reçu un total de 5.250 candidats (qui ont souvent postulé pour 2 ou 3 postes).

Le groupement tactique (battlegroup) nordique sera d'astreinte pour l'Union européenne au premier semestre 2011. Il sera composé de 2000 soldats provenant de cinq pays: Suède, Finlande, Norvège, Estonie et Irlande. La Suède assurant le rôle de nation-cadre en fournissant la majorité (1600) des soldats.

Auriez-vous fait une bonne recrue ? Avez-vous les bons réflexes ? Testez-vous online sur le site de recrutement de l'armée suédoise. Déroutant!

(1) Les Suédois pratiquent une politique de contractualisation pour les opérations extérieures.

(crédit photo : Alexander Karlsson/Försvarsmakten)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Capacités Milit - Exercices UE
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 20:05
L'UE pourrait mettre en place une petite cellule pour coordonner l'aide logistique lourde procurée à Haïti par les militaires et forces de sécurité civile des Etats membres. Dégager les voies d'accès routières, maritimes est sans doute un type d'aide moins médiatique que la recherche de survivants en décombre, ou les hopitaux de campagne, voire la sécurisation, mais elle répond à un réel besoin aujourd'hui à Haïti pour permettre l'accès à tous les villages, faciliter l'aide humanitaire et préparer celle à la reconstruction.

Alain Leroy le chef du DKPO (département de maintien de la paix de l'ONU) avait fait parvenir à Bruxelles une demande axée sur plusieurs points, notamment un soutien humanitaire, des hélicoptères lourds, et des ingénieurs et du génie pour ouvrir les routes, et une logistique maritime à même de rouvrir tout les facilités du port. Les 27 mnistres des Affaires étrangères pourraient ainsi décider, lundi, la mise en place de cette cellule de coordination à Bruxelles.
On peut rappeler que deux navires sont déjà sur place, sous pavillon national avec cette tâche : un néerlandais, le Hs Ms Pelikaan, et un français, le Batral Francis Garnier. L'objectif est, là aussi comme pour la sécurisation, de donner à l'Union européenne un peu plus de coordination et de visibilité à ses efforts.

Cette cellule serait "légère" : quelques personnes tout au plus, basée à Bruxelles  - la présence sur place de coordonnateurs est à l'étude précise un diplomate - un peu sur le modèle de la cellule "EuNavco" (1) - qui avait précédé la mise en place de l'opération Eunavfor Atalanta - et était chargée de coordonner les efforts européens dans la lutte anti-pirates.

On voit ainsi poindre un nouveau type d'action européenne, située entre l'opération militaire ou la mission civile lourde, et les institutions existantes, de cellule de coordination ; comprenant des éléments militaires, de protection civile, et civils ... Elle illustre aussi le défaut de la "cuirasse" européenne. Il n'y a pas aujourd'hui au niveau européen un centre de commandement civilo-militaire, à même de coordonner, des aides ponctuelles d'urgence, pour répondre à une catastrophe naturelle ou technologique, un risque pour la sécurité des citoyens européens à l'étranger. C'est à mon sens, tout aussi nécessaire, qu'un QG militaire permanent... J'y reviendrai !

(1) Lire:
Le mandat d'EU Navco Somalie, coordination antipirates. Détails
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 17:31
La Commission européenne vient de publier les images des dégâts sur certains batiments ou lieux d'Haïti. Edifiant. Télécharger le document
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:25
RetourExpertsEuropHaiti-UE1001.jpgLe chiffre du nombre de personnel de la sécurité civile mentionné par la Commission européenne dans son dernier "factsheet" sur le séisme à Haiti était faux (683 personnels de la protection civile envoyés par 23 pays de l'UE et autres *). J'en avais l'intuition et avait fait un tweet sur la question. Car personnellement, j'arrivais déjà à d'autres chiffres : au moins 800 hommes selon une évaluation faite durant le Week-end, plus de 1200 selon mes chiffres dans la semaine. J'en ai confirmation aujourd'hui.

"On s'est trompé"...

Ceci résulte d'une erreur, on dira pour être gentil, "technique", m'a confirmé un spécialiste du dossier : "tous les effectifs n'ont pas été pris en compte". L'erreur est humaine. Mais problème : aucun erratum n'a été fait. Cela se double d'une erreur "bureaucratique". La Commission européenne ne prend en compte dans ses chiffres que les effectifs qui lui ont été signalés dans le cadre du mécanisme de protection civile. Pas tous les personnels envoyés par les Etats membres pour les secours (**). Résultat : certaines unités de sécurité civile, de secours d'urgence, les militaires engagés dans les missions de soutien, de sécurisation, de transport ou de soins ne sont pas pris en compte... Il faudra peut-être un moment arrêter ces querelles de chapelle. Et que l'Union européenne soit en mesure de nous fournir un bilan complet, rapidement, et remis à jour régulièrement, sans devoir le vérifier à la loupe. C'est un des gros ratés de cette opération européenne : la communication.

+/- 2000 Personnels envoyés à Haïti, pourquoi ne pas le dire ?

Aujourd'hui, selon mes chiffres, les personnels engagés au titre de la protection civile, militaires et services de santé atteignent voire dépassent les 2000 hommes, avec un effort français notable puisque près de 1300 hommes et femmes sont engagés à Haïti. Mais il n'ya pas que les Français : Néerlandais et Espagnols sont aussi très présents. Et des plus petits pays, comme la Slovaquie par exemple, fournissent aussi un effort proportionnellement notable. Pour être complet : 5 navires et plus d'une trentaine d'aéronefs sont engagés. Une vingtaine d'experts européens ont été déployés (15 d'Echo et 7 du team "protection civile". Alors ! C'est vraiment dommage de ne pas le dire...

(*) L'UE utilise davantage ce terme que celui-ci de "sécurité civile" plus utilisé au niveau français.
(**) Et je comptabilise uniquement les personnels envoyés par les Etats, au titre de la protection civile ou des secours d'urgence, pas ceux envoyés par les ONGs.

photo : les experts européens avec l'avion de la Belgian Air Force (à Haïti)
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:13
AltheaLogo.jpgLes 27 ministres des Affaires étrangères devraient approuver, le 25 janvier, la reconfiguration de l'opération militaire de l'UE en  Bosnie-Herzégovine (Althea). Au lieu de lancer une nouvelle opération, ce que certains Etats refusaient (1), les 27 ont choisi la solution de l'intégration d'une nouvelle mission au sein de l'opération existante. La mission "non exécutive de soutien à la formation et au renforcement des capacités" sera lancée "dans le cadre de l'Opération (Althea)" avec les "arrangements nécessaires". Elle aura pour objectif d'accompagner le processus de réforme du secteur de sécurité en Bosnie, selon le projet de conclusions qui m'est parvenu.

L'opération Althea continue donc son action pour maintenir le "safe and secure environment", selon le mandat de la résolution 1895 des Nations-Unies.
L'UE "reste prête, si la situation le requiert à maintenir un rôle militaire exécutif pour soutenir cet effort après 2010 sous mandat de l'ONU". Ce faisant on accepte une partie du compromis suédois (2) mais de façon moins rugueuse. Tout en tenant compte de la réalité : l'absence de réel risque d'ordre militaire (3). Les 27 devraient ainsi continuer de suivre de près la situation en Bosnie-Herzégovine, et ont « l'intention de revoir régulièrement l'opération, pour tenir compte de la situation interne en Bosnie, aussi bien que les développements concernant la communauté internationale, (notamment) le rôle future de l'envoyé spécial de l'UE (EUSR).

(1) Lire: Echec de la présidence suédoise sur Althea Bosnie (maj)
(2) Lire : Althea Bosnie: feu vert à une transformation en douceur de l'opération?
(3) Lire : La situation est "calme" au plan de la sécurité, selon Althea

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Balkans-Bosnie-Kosovo
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 23:24
(mis à jour ven. 19h) La demande de Ban Ki Moon après le séisme à Haïti est sur la table des Européens. Et il s'agit d'y répondre de façon qui fasse honneur aux Européens (un peu mieux que pour le Congo). Les 27 ambassadeurs du COPS se penchent sur la question aujourd'hui vendredi. Et les Ministres des Affaires étrangères vont en discuter lundi. Une nouvelle opération PeSDC sera-t-elle lancée ? Ou profitera-t-on (pour la première fois) des dispositions du Traité de Lisbonne qui permet de confier à un groupe de pays la possibilité de conduire une mission ? (*). En fait ni l'un ni l'autre a priori (lire le 3e paragraphe)

Etre à la hauteur. Le Premier ministre espagnol, Jose-Luis
Zapatero, mercredi, devant le Parlement européen à Strasbourg. Face au désastre en Haïti, « L'Europe doit être à la hauteur (...) Nous allons offrir une réponse forte à leurs besoins d'aide internationale. » . (**) Ce n'était pas juste une parole en l'air pour faire bien dans une enceinte acquise à la cause européenne. Il s'agissait d'envoyer un message tout d'abord à certains Etats plus réticents que la France ou l'Espagne pour s'engager de façon coordonnée en Haïti. Une manière aussi de dire et de soutenir Catherine Ashton, la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères. pour qu'elle défende un certain niveau d'ambition proprement européenne

Sécurisation. Une des options envisagées consiste
à mettre une unité européenne de police/gendarmerie au service de la Minustah, le plus rapidement possible, forte de quelques centaines d'hommes. Il s'agirait ainsi de reprendre le relais des militaires Américains (dont ce n'est pas vraiment le job), pour une durée inférieure à un an (six mois environ), le temps que la MINUSTAH reconstitue ses forces. L'effectif nécessaire à la mission ne semble pas un problème (**). L'Espagne est favorable à une telle mission et a promis plusieurs dizaines d'hommes de la Guardia Civil. La France a déjà indiqué pouvoir engager au plus 100 gendarmes durant 6 mois. Reste à faire valider l'idée par les autres Ministres des Affaires étrangères. Ce serait la première mission (civile) de défense sur le continent américain.

Ce n'est pas tout à fait une mission PeSDC, m'ont précisé plusieurs diplomates. On est davantage sur le modèle de ce qu'avaient fait les Européens pour la Finul II au Liban. Une offre groupée, coordonnée, structurée aux Nations-Unies. Les hommes envoyés opérant dans le cadre légal et dans le contexte de la MINUSTAH. Il ne s'agit, en effet, pas de doubler la mission et la chaîne de commandement déjà en place. Il s'agit également de faire vite. Monter une mission PeSDC aurait pris trop de temps...

(*) article 44 du Traité de Lisbonne
(**) Pour lire le discours d'introduction, ici
(***) Alain Leroy, le responsable du département maintien de la paix (DKPO) à l'ONU a demandé 457 hommes en tout dont une partie d'Européens.
Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 14:38
Il y a bientôt du seul coté français plus de 1300 personnels engagés dans les opérations de secours après le séisme à Haïti.

Aujourd'hui, il y avait - selon un bilan dressé par le Quai d'Orsay -
920 personnels engagés : 580 du ministère de l'Intérieur, 321 militaires, 10 agents de renfort du ministère des Affaires étrangères et européennes (1) et 9 personnels du ministère de la santé. Un renfort de 127 personnels de la sécurité civile et 21 personnels de santé est attendu demain, vendredi 22 janvier, ce qui portera la présence française à 1 068 personnes. A quoi il faut ajouter environ 180 militaires (de l'équipage des bateaux et pilotes qui assurent le pont aérien.

Participent aux opérations : un détachement du 1er RSMa (régiment du Service militaire adapté), un détachement du 33ème RIMa (régiment d’infanterie de marine), un détachement des UISC (unités d’intervention de la sécurité civile), un détachement des marins-pompiers de Marseille, un détachement de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

Un véritable pont aérien mis en place

8 Avions
. Trois à cinq avions militaires effectuent des rotations quotidiennes entre Haïti et les Antilles. A l'aller en apportant sur place hommes et matériel : 100 tonnes de matériel et de vivres de première urgence livrés. Au retour en évacuant les ressortissants vers les Antilles. Au total, il y a aujourd'hui, coté Défense, 7 avions engagés = 5 avions de transport tactique (3 CASA des FAA, 2 C130 Hercule de l’escadron Franche-Comté), un Airbus A310 militaire de l’escadron ESTEREL, et un Dash 8 de la sécurité civile. Moyens aériens militaires renforcés par un hélicoptère PUMA des FAA déployé à Haïti. A cela il faut ajouter les avions affrétés par le Ministère des Affaires étrangères. Trois avions affrétés par le Quai ont ainsi quitté Paris hier avec 20 tonnes de matériel et 20 tonnes de fret humanitaire. Et la France s'efforce d'affréter un nouvel avion d'ici la fin de la semaine afin de transporter des personnels et du fret des ONG (2).

AvionC130FrUsAirForceHaiti-Fr1001.jpg

 

2 navires. Le bâtiment de transport léger BATRAL Francis Garnier a pu accoster le 19 janvier sur le "seul quai disponible du port, entre les grues à moitié immergées et les porte-conteneurs entre deux eaux" racontent les militaires et décharger sa cargaison (véhicules, tentes et fret humanitaire) à Haïti. Le transport de chalands de débarquement, TCD Siroco arrivera le 24 janvier avec 4 hélicoptères, des équipes médicales (+ 2 blocs chirurgicaux et 50 lits d’hospitalisation) et 800 tonnes de matériel.
NavireFrancisGarnierHaiti3-Fr1001.jpg
Coté bilan de l'action

14 survivants dégagés. Les équipes de secours, assistées d'un hélicoptère et d'un avion de la sécurité civile, « ont déjà achevé 13 chantiers et sont actuellement engagés sur quatre nouveaux sites d'intervention ». Leur action a permis de « dégager 14 survivants des décombres » (121 ont été dégagés vivantes au total selon l'ONU).

4000 consultations médicales. Un hôpital de campagne (70 personnes, 33 tonnes) est installé depuis le 17 janvier dans l'enceinte du lycée français et a une capacité de 25 interventions chirurgicales lourdes. « Il fonctionne à 150% » comme l'explique l'ambassadeur de France à Haiti, Didier Le Bret. Il est renforcé par un poste médical avancé (70 personnes, 6 tonnes) qui assure, en amont, l'accueil et les soins ambulatoires et, en aval, le renforcement des capacités d'hospitalisation. Plus de 4 000 consultations médicales ont été effectuées par ces équipes médicales. Une station de potabilisation d'eau a été installée et permet de fournir 20 000 personnes par jour.


1115 Personnes évacués. Depuis le 13 janvier, les rotations aériennes ont permis d'évacuer 1 115 personnes, dont 683 ressortissants français et 391 Haïtiens. 22 décès de Français sont confirmés. Et il reste toujours 11 disparus.

 

(1) Le centre de crise du MAEE a, par ailleurs, dépêché sur place une équipe de six spécialistes des questions consulaires et humanitaires. A Paris, les 50 agents du centre de crise restent pleinement mobilisés pour coordonner l'effort français. Depuis le début de la crise, une ''cellule adoption'' a été mise en place au sein du centre de crise et mobilise 7 agents du service de l'adoption internationale. 

(2) Les moyens d'assistance français sont également mis à la disposition des ONG dont 43 personnels se trouvent sur place. Cinq nouveaux travailleurs humanitaires et 15 tonnes de fret ont quitté Paris hier pour rejoindre Port-au-Prince. 

(crédit photo : ministère de la défense FR)

Repost 0
Published by Nicolas Gros-Verheyde - dans Amériques - Haïti
commenter cet article

Nouveau Site


Bruxelles2 a migré depuis 2010 ! Les derniers posts sont sur  : www.bruxelles2.eu

Ou sur la version professionnelle du "Club" sur souscription

Sans oublier le fil http://www.bruxelles2.eu/feed/link... ou le fil Twitter

Avertissement B2 - Bruxelles2 n'est, en aucune façon, responsable de l'irruption de publicités, sur ce site, qui sont de l'unique initiative et responsabilité de l'hébergeur, over-blog. Vous pouvez nous suivre désormais sur le site (sans publicité) de B2

Bruxelles2 en quelques mots

Derrière les murs, la politique (européenne) des affaires étrangères (PESC), de sécurité et de défense commune (PeSDC) est décryptée. Stratégie, politique, gestion de crises, industrie ou transport aérien militaire, surveillance maritime et protection civile...Missions militaires et civiles de l'UE (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Géorgie, Moldavie / Ukraine, Afghanistan, Irak, Palestine, Congo RDC, Guinée-Bissau, Haïti, Océan indien, Somalie, Tchad).

logo_ouestfrancefr.pngL'éditeur : Nicolas Gros-Verheyde. Journaliste, correspondant "Affaires européennes" du premier quotidien régional français Ouest-France après avoir été celui de France-Soir. Spécialiste "défense-sécurité". Quelques détails bios et sources.